386 Partages

Une nouvelle étude effectuée par des chercheurs de l’Université d’État de New York à Binghamton, examine le lien entre les lipides et les bactéries, dans le but de déterminer pourquoi l’eczéma se développe et potentiellement aider à identifier de meilleurs traitements.

L’eczéma, une affection cutanée chronique également connue sous le nom de dermatite atopique. Dans le monde, environ 5% des adultes et environ 15% des enfants souffrent de symptômes tels qu’une peau sèche, présentant des éruptions cutanées, très irritantes (démangeaisons) avec des plaies ouvertes. Bien qu’il existe de nombreux traitements plus ou moins efficaces pour l’eczéma, tels que des crèmes médicales et des remèdes naturels, les causes exactes de la maladie restent à ce jour inconnues.

Dans leur nouvelle recherche, l’équipe de scientifiques : soit le professeur agrégé Guy German et le doctorant Zachary W. Lipsky du département d’ingénierie biomédicale de la Thomas J. Watson School (de l’Université d’État de New York à Binghamton), ainsi que la professeure agrégée Claudia N.H. Marques du département des sciences biologiques de la Harpur College of Arts and Sciences (également de l’Université d’État de New York), a relié deux aspects de la recherche sur l’eczéma, qui sont rarement étudiés ensemble.

Une des conséquences de la dermatite atopique est une diminution du niveau d’huiles cutanées, appelées lipides (matières grasses), en particulier un groupe de lipides appelé céramides. Il faut savoir que les lipides à la surface de la peau servent à réguler l’hydratation et aident également à défendre le derme contre les envahisseurs étrangers, soit indirectement par la signalisation immunitaire, soit directement par leur activité antimicrobienne inhérente. Un autre résultat de l’eczéma est une augmentation des bactéries staphylocoques dans la peau, ce qui peut provoquer une irritation et une infection.

Selon les chercheurs, la cause de l’eczéma est probablement une combinaison de facteurs génétiques et de facteurs environnementaux : German a déclaré que la génétique peut jouer un rôle dans le fait que quelqu’un souffre d’eczéma ou non, mais que les personnes exerçant certaines professions sont également plus susceptibles de souffrir de la maladie, notamment les personnes qui travaillent dans le domaine de la santé, les métallurgistes, les coiffeurs et les travailleurs de la transformation des aliments. Mais alors, quel est le lien ? Selon les chercheurs, il s’agirait d’une fréquence accrue de lavage des mains, ou un contact régulier avec des détergents.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

« Que se passe-t-il si, soit par une mutation, soit par des risques professionnels, la présence de lipides sur la peau diminue ? », s’est questionné German. « L’essence de cette étude est que, dans des conditions normales et saines, les bactéries ne pénètrent pas la barrière cutanée. Mais dans des conditions de dermatite atopique, ou lorsque les taux de lipides sont compatibles avec la dermatite atopique, alors les bactéries peuvent pénétrer la barrière cutanée – et cela prend systématiquement neuf jours », a-t-il expliqué.

Et comme les bactéries staphylocoques sont immobiles, elles doivent se multiplier en nombre pour se développer à travers la couche externe protectrice de la peau, connue sous le nom de stratum corneum (dit SC, ou couche cornée), qui est la couche cellulaire la plus superficielle de l’épiderme.

Vous aimerez également : Des bactéries intestinales capables d’influencer notre mental

Les chercheurs de la Thomas J. Watson School pensent que les bactéries ne se développent pas autour des cellules de la peau mais bien à travers elles. Et que c’est avec l’épuisement lipidique (encore une fois, que ce soit par la génétique ou par les facteurs environnementaux et par des risques professionnels), la peau semble devenir plus vulnérable à l’invasion bactérienne et à l’infection des tissus cutanés sous-jacents. « Quand nous pensons habituellement aux huiles de notre peau, nous pensons à la rétention d’eau et à l’hydratation », a déclaré Lipsky. « À présent nous mettons en lumière à quel point ces lipides sont importants pour la protection contre ces micro-organismes qui peuvent entrer et provoquer des maladies », a-t-il ajouté.

Bien que cette étude n’ait pas dévoilé tous les secrets de la dermatite atopique, le fait de démontrer que les bactéries pourraient être la cause plutôt que le résultat de la maladie est un grand pas en avant. Bien entendu, des recherches supplémentaires sont nécessaires, et c’est précisément ce que compte faire l’équipe de l’étude.

« Maintenant que nous savons que les bactéries peuvent pénétrer à travers la peau appauvrie en lipides, de quelle manière affectent-elles la peau mécaniquement ? », se demande Lipsky. « Est-ce que cela rend la peau plus faible et plus susceptible de se fissurer ? Pouvons-nous comprendre comment les bactéries se déplacent à travers les différentes couches de la peau ? », continue Lipsky. Et German a ajouté : « Dans la recherche scientifique, vous obtenez une réponse et trois questions supplémentaires apparaissent. Nous avons toujours des choses à faire ».

Source : Tissue Barriers

eczéma mains dermatite atopique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

386 Partages
386 Partages
Partager via
Copier le lien