Découverte d’énormes empreintes de dinosaures au Texas, formant les plus longues pistes connues à ce jour

empreintes dinosaures texas sécheresse
Des traces de dinosaures mises au jour dans le lit d’une rivière, au Texas. | Dinosaur Valley State Park/AFP
⇧ [VIDÉO]   Vous pourriez aussi aimer ce contenu partenaire (après la pub)

De par la sécheresse qui sévit depuis plusieurs semaines dans différentes régions du monde, de nombreux fleuves et rivières atteignent des niveaux extrêmement bas. Si le phénomène est plutôt inquiétant, il permet aussi de faire d’étonnantes découvertes. La rivière Paluxy, qui traverse le Dinosaur Valley State Park, au Texas, a ainsi révélé la présence de nombreuses empreintes de pas de dinosaures, formant les plus longues pistes jamais découvertes.

Le Dinosaur Valley State Park, situé près de Glen Rose, au Texas, est caractérisé par ses roches sédimentaires datant du début du Crétacé, il y a environ 113 millions d’années, qui se sont déposées le long des rives d’un ancien océan. Au cours du dernier million d’années, ces dépôts sédimentaires ont été érodés, puis sculptés par la rivière Paluxy qui traverse aujourd’hui le site. Des empreintes de pas de dinosaures ont été découvertes dans les dépôts calcaires du lit de la rivière dès le début du 20e siècle.

Deux types de « pistes » de dinosaures sont visibles : certaines sont constituées d’empreintes de sauropodes (plus exactement, de Sauroposeidon, un animal de 60 tonnes et de plus de 30 mètres de long) ; les autres ont été tracées par des théropodes (probablement des Acrocanthosaurus, des bipèdes relativement plus petits). Au total, cinq zones principales de pistes ont été cartographiées dans le parc. Alors que la rivière Paluxy est aujourd’hui quasiment à sec, des pistes d’empreintes encore plus longues ont été mises au jour.

À LIRE AUSSI :
Découverte : le tombeau de Toutânkhamon pourrait mener à celui de Néfertiti

Des empreintes mesurant jusqu’à 90 centimètres

« En raison des conditions de sécheresse excessives de cet été, la rivière s’est complètement asséchée dans la plupart des endroits, ce qui a permis de découvrir plus de pistes ici dans le parc », a déclaré à l’AFP Stephanie Salinas Garcia, du Département des parcs et de la faune du Texas. Alors qu’en temps normal, les pistes nouvellement découvertes sont sous l’eau et remplies de sédiments (donc quasiment invisibles), le manque d’eau a révélé que le parc de Dinosaur Valley abrite l’une des plus longues pistes de dinosaures au monde.

pistes empreintes dinosaures rivière texas
La sécheresse qui sévit au Texas a révélé de nouvelles empreintes de dinosaures dans le lit de la rivière Paluxy, qui traverse le Dinosaur Valley State Park. © Dinosaur Valley State Park/AFP

La plupart de ces nouvelles empreintes ont été faites par un Acrocanthosaurus, un théropode carnivore, qui peuplait l’actuelle Amérique du Nord au cours du Crétacé inférieur — plusieurs fossiles de cette espèce ont été découverts en Oklahoma et au Texas. Ce prédateur bipède pesait près de 7 tonnes et mesurait jusqu’à 12 mètres de long ; la taille de ses empreintes peut atteindre 45 centimètres. Les autres pistes sont attribuables au Sauroposeidon, bien plus gros ; ses empreintes mesurent environ 90 centimètres de long.

Selon le site web du parc, la boue qui recouvrait le bord de l’ancien océan avait la consistance idéale pour préserver les traces de dinosaures, car elle contenait des dépôts de carbonate de calcium provenant des coquilles de crustacés. Toutefois, plusieurs empreintes de théropodes — normalement constituées de trois doigts — ne sont pas complètes, car la boue liquide et profonde recouvrait en partie les empreintes à chaque pas.

La sécheresse a donc offert une opportunité unique aux visiteurs du parc d’observer plus en détail ces traces d’une autre époque. Plusieurs photos et une vidéo ont été publiées sur Facebook, afin de garder une trace de cette découverte. La pluie étant de retour dans la région, les empreintes seront sans doute rapidement recouvertes à nouveau. Et heureusement, car l’eau permet de protéger les pistes de l’érosion naturelle et des intempéries.

À LIRE AUSSI :
Une étude démontre pour la première fois que les chiens pleurent (littéralement) de joie en retrouvant leur maître

Des découvertes parfois macabres

Ce n’est pas la première fois qu’un épisode de sécheresse révèle des secrets enfouis sous l’eau. En 2019, les conditions climatiques extrêmes avaient déjà révélé une construction mégalithique vieille de 4000 ans, en Espagne, offrant aux archéologues l’opportunité d’examiner de plus près cet ancien cercle de pierres. Le site, connu sous le nom de dolmen de Guadalperal, est aujourd’hui à nouveau pleinement visible — le niveau d’eau du réservoir dans lequel il réside ayant chuté à 28% de sa capacité. La même année, un temple bouddhiste submergé par la construction d’un barrage, il y a environ 20 ans, avait refait surface dans le centre de la Thaïlande.

dolmen guadalperal sécheresse Espagne
Vue aérienne du dolmen de Guadalperal, également connu sous le nom de « Stonehenge espagnol », mis au jour par la sécheresse. © Susana Vera/Reuters

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Plus récemment, au mois de juin, nous évoquions la mise au jour d’une barge datant de la Seconde Guerre mondiale, suite à la sécheresse exceptionnelle du Pô, en Italie. Habituellement dissimulée en grande partie sous les eaux du fleuve, cette barde de 50 mètres de long était pour la première fois cette année parfaitement visible de tous.

Idem du côté du Danube : le fleuve ayant atteint l’un de ses niveaux les plus bas de ce dernier siècle a récemment révélé plus de 20 carcasses de navires de guerre allemands, près de Prahovo, en Serbie. Plusieurs de ces anciens navires coulés pendant la Seconde Guerre mondiale contiennent encore des munitions et des explosifs, ce qui soulève l’inquiétude de la population locale.

À LIRE AUSSI :
Il y a 20 millions de milliards de fourmis sur la planète, selon une nouvelle estimation

Plusieurs ensembles de restes humains ont également été découverts au lac Mead, dans l’Utah, ces derniers mois — ce lac artificiel, plus grand réservoir d’eau du pays, ayant chuté à environ 27% de sa pleine capacité. Le phénomène a révélé les secrets d’une époque sombre, lorsque la pègre régnait sur Las Vegas dans les années 1960 et 1970. C’est une véritable scène de crime qui se dévoile à mesure que le niveau d’eau baisse ; la police locale tente désormais d’identifier les cadavres.

Laisser un commentaire