États-Unis : tous les véhicules pourraient être équipés d’un système anti-ébriété d’ici 2027

etats-unis vehicules pourraient equipes systeme anti-ebriete 2027
| DADSS

L’alcool au volant est responsable de millions de morts chaque année à travers le monde. Certains pays ont adopté la présence obligatoire d’éthylotests dans l’habitacle, tandis que d’autres ont renforcé leur système pénal contre cette infraction. Mais les États-Unis souhaitent aller encore plus loin pour endiguer ce fléau : un projet de loi exige que, d’ici 2027, tous les véhicules embarquent un système intégré de détection de l’alcoolémie.

Enfouie profondément dans le projet de loi bipartite sur les infrastructures de 2700 pages, une disposition oblige toutes les voitures fabriquées à partir de 2027 à être équipées d’un système de surveillance des conducteurs ivres, dans l’espoir de mettre fin à un comportement qui entraîne environ 10 000 décès aux États-Unis chaque année. S’il est adopté avec cette disposition, le projet de loi donnerait une date de sortie ferme à un programme de recherche sur lequel le gouvernement fédéral et un groupe de l’industrie automobile collaborent depuis plus d’une décennie.

Depuis 2008, une multitude d’institutions travaille sur un partenariat public-privé pour inventer une nouvelle technologie qui peut empêcher la conduite en état d’ébriété. La National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) s’est associée à l’Automotive Coalition for Traffic Safety (ACTS), un groupe industriel représentant tous les principaux constructeurs automobiles, pour former le Driver Alcohol Detection System for Safety Program, qui porte le curieux acronyme de DADSS.

detecteur tactile ebriete voiture
L’un des deux systèmes de détection du DADSS se compose d’un capteur tactile infrarouge analysant l’alcoolémie du conducteur. © DADSS

Le DADSS travaille sur deux systèmes de détection distincts. L’un détecte le taux d’alcool dans l’haleine d’un conducteur à travers l’air ambiant dans l’habitacle, distinguant soi-disant l’haleine du conducteur de celle des passagers. L’autre utilise un capteur tactile avec des lumières infrarouges qui peuvent être incorporées au bouton de démarrage du moteur pour détecter l’alcoolémie à travers la peau. Les deux sont conçus pour être des systèmes de surveillance passifs, ce qui signifie que le conducteur n’a rien à faire pour être testé.

À LIRE AUSSI :
Le MIT annonce une « avancée majeure » dans la fusion nucléaire

La question de l’efficacité d’une technologie anti-ébriété

Si, en théorie, le système détecte une alcoolémie supérieure à la limite légale, la voiture ne sera pas autorisée à rouler, mais pourra rester allumée pour alimenter la climatisation ou recharger un téléphone. La technologie sera sous licence libre (open source), de sorte que tout fournisseur ou constructeur automobile pourra l’utiliser aux mêmes conditions, bien qu’elle ne soit pas gratuite.

Bien que la disposition du projet de loi sur les infrastructures ne mentionne pas spécifiquement le DADSS, elle demande au secrétaire aux transports d’exiger que tous les véhicules de tourisme fabriqués après 2027 soient équipés d’une technologie passive de prévention de l’ivresse et de la conduite avec facultés affaiblies, une référence claire au programme. Bien sûr, éliminer la conduite en état d’ébriété grâce à un système de surveillance passive semble très bien en théorie. La grande question est de savoir si cette technologie fonctionne réellement.

Même de simples éthylotests connectés aux allumages des voitures qui sont souvent ordonnés par le tribunal après une conduite en état d’ivresse peuvent mal fonctionner, et la tolérance pour un appareil capricieux qui empêche parfois les personnes sobres de conduire leur voiture ne conviendrait pas au grand public. Étant donné qu’une telle technologie serait probablement utilisée des centaines de millions de fois chaque jour si elle était obligatoire, un taux d’erreur de 0.01% entraînerait des millions d’erreurs par jour.

Des tests menés in situ pendant 200 jours

Le DADSS teste actuellement ce qu’il appelle le capteur d’haleine « GEN 3.3 » et indique qu’il l’installe dans des véhicules de flotte avec des politiques d’alcool de tolérance zéro pour les conducteurs plus tard cette année (ce qui peut indiquer que les capteurs ne peuvent pas encore distinguer de manière fiable les niveaux d’alcool à ou près de la limite de 0.08 d’alcoolémie). Dans une vidéo Youtube révélant une mise à jour de leurs recherches, le programme indique qu’ils ont mené 200 jours d’étude dans des conditions réelles avec 338 personnes dans 40 véhicules intégrant des capteurs de test.

À LIRE AUSSI :
Des chercheurs développent un nouveau tissu pour nous protéger de la chaleur

Le DADSS prédit que le prochain système « GEN 4.0 » sera suffisamment petit et fiable pour s’intégrer dans les véhicules grand public d’ici 2024. Le capteur tactile, selon l’estimation du calendrier du programme, a environ un an de retard. Il y a une disposition dans le projet de loi qui permet au secrétaire aux transports de retarder l’exigence si la technologie n’est pas prête. Une autre question concernant le système de surveillance de la conduite en état d’ébriété est la confidentialité des utilisateurs.

L’inquiétude quant à la confidentialité des données

Les voitures sont des cauchemars pour la vie privée, aspirant des masses de données sur tout ce qu’un conducteur fait, de l’ouverture de la porte à la mise en place de sa ceinture de sécurité jusqu’à où il va et à quelle vitesse. Les forces de l’ordre obtiennent régulièrement des mandats pour rechercher les données dans les systèmes d’infodivertissement automobile. Si les données sur ces systèmes passifs de surveillance de la conduite en état d’ébriété sont stockées dans la voiture elle-même, il est probable que la police pourrait également obtenir ces données.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Lorsque le magazine Motherboard a interrogé le DADSS sur les contrôles de confidentialité de son système, le porte-parole Jake McCook a répondu : « la législation autorisant le programme DADSS et l’accord de coopération en vertu duquel la NHTSA et les constructeurs automobiles opèrent stipulent spécifiquement que des procédures d’exploitation et des mesures de sécurité doivent être mises en place pour protéger les données contre la divulgation (ou la divulgation par inadvertance) aux parties autorisées. Aujourd’hui, tous les constructeurs automobiles ont mis en place des mesures de sécurité pour protéger les données des clients contre l’accès par des parties non autorisées, et les normes du DADSS ne seront pas différentes ».

À LIRE AUSSI :
La consommation régulière d'avocats permettrait de réduire la graisse abdominale chez les femmes

Vidéo du DADSS présentant en détail ses deux systèmes de détection :

Laisser un commentaire