Une étude à long terme révèle les méfaits de la consommation régulière de cannabis sur la qualité de vie

etude long terme revele mefaits cannabis
| Pixabay

Plusieurs questions reviennent souvent quant à la consommation du cannabis, que ce soit à des fins récréatives ou médicales, dont les suivantes : à quel point son utilisation prolongée est-elle mentalement néfaste sur le long terme ? Et après combien de temps ? Des questions aux réponses floues jusqu’ici, mais qui se précisent au fil des années de recherche sur les bienfaits et méfaits de cette plante. Selon une nouvelle étude menée par l’Université du Queensland (UQ), l’utilisation régulière de cannabis a des effets psychologiques néfastes non négligeables sur la qualité de vie à l’âge adulte, et ce quel que soit l’âge auquel une personne commence à en consommer.

Cette étude a examiné des milliers de personnes ayant commencé à consommer régulièrement du cannabis au lycée ou au début de la vingtaine. Le groupe témoin était composé de personnes ne consommant pas de cannabis. L’auteur principal, le Dr Gary Chan du Centre national de recherche de l’UQ sur l’usage de substances chez les jeunes, précise que les résultats établissent un lien entre la consommation régulière de cannabis et les issues négatives dans la vie à 35 ans environ.

« Par rapport aux non-utilisateurs, les consommateurs réguliers de cannabis étaient plus susceptibles de consommer de l’alcool à haut risque, de fumer du tabac, de consommer d’autres drogues illicites et de ne pas être en couple à 35 ans », a déclaré le Dr Chan. « Ces résultats étaient plus courants chez ceux qui ont commencé à consommer régulièrement du cannabis à l’adolescence. Ils étaient également plus à risque de dépression et moins susceptibles d’avoir un emploi rémunéré ».

À LIRE AUSSI :
La dépression, les troubles bipolaires et la schizophrénie partagent des similitudes au niveau des bactéries intestinales

« Dans l’ensemble, l’usage régulier de cannabis – plus qu’une consommation hebdomadaire et surtout quotidienne – s’est avéré avoir des conséquences néfastes, quel que soit l’âge auquel les gens ont commencé à en consommer », ajoute-t-il.

Des effets néfastes à long terme sur la qualité de vie

Le projet de recherche a suivi 1792 lycéens australiens âgés de 15 ans en 1992, enquêtant sur des modèles de consommation de cannabis sur 20 ans. Dans ce cadre, les résultats de la vie à l’âge adulte à 35 ans ont été comparés pour les deux groupes (consommateurs et non consommateurs), y compris la consommation d’alcool, le tabagisme, la consommation de drogues illicites, l’état des relations, les difficultés financières, la dépression, l’anxiété et la situation professionnelle. Les résultats ont été publiés dans la revue Drug and Alcohol Review. L’étude a été menée en collaboration avec le Murdoch Children’s Research Institute et l’Université de Melbourne.

De nombreuses études antérieures avaient uniquement documenté les méfaits associés à la consommation régulière de cannabis chez les adolescents, peu ont donc examiné les conséquences néfastes associées à la consommation à partir du jeune âge adulte. « Les deux tiers des personnes qui consomment régulièrement du cannabis ont commencé à en consommer au début de la vingtaine », déclare Chan. « Parce qu’il est beaucoup plus fréquent que la prise de cette drogue commence à l’âge adulte plutôt qu’à l’adolescence, la plupart des méfaits associés au cannabis se situent effectivement dans le groupe qui commence à en consommer plus tard. […] Ceux qui ont commencé à en consommer régulièrement à l’âge adulte représentaient la proportion la plus élevée d’utilisation ultérieure de drogues illicites et de tabagisme dans la population, et une proportion beaucoup plus élevée de consommation à risque élevé ».

À LIRE AUSSI :
COVID : la protéine de pointe du virus peut modifier certaines cellules au niveau du cœur

Selon Chan, les résultats devraient être utilisés pour informer le public sur les risques de la consommation régulière de cannabis : « Les agences de santé publique et les décideurs politiques doivent délivrer un message clair et fort au public, que la consommation régulière de cannabis est nocive, quel que soit le moment où un individu commence à l’utiliser ». « C’est particulièrement important pour les juridictions qui ont déjà légalisé le cannabis récréatif, comme le Canada, certains États américains (et d’autres pays dans le monde) ».

Source : Drug and Alcohol Review

Laisser un commentaire