Une étude révèle pourquoi certaines personnes sont agacées par les bruits de mastication

etude revele pourquoi personnes agacees par bruits bouche
| Shutterstock

Certains d’entre vous sont peut-être fortement agacés, dégoûtés, voire mis en colère par les bruits de mastication, respiration ou déglutition des personnes qui les entourent. Ce trouble neuropsychique commun est appelé misophonie (littéralement haine du son). De récentes recherches ont montré que chez les individus atteints de misophonie, il existait un lien particulier entre la région cérébrale traitant les sons et celles contrôlant la bouche et la gorge. Une découverte qui devrait ouvrir la voie à de potentielles thérapies contre ce trouble.

Des scintigraphies cérébrales effectuées par des chercheurs de l’Université de Newcastle ont révélé que les personnes atteintes de misophonie ont une connectivité plus forte entre la partie du cerveau qui traite les sons et la partie du cortex prémoteur qui gère les mouvements musculaires de la bouche et de la gorge.

Lorsque les personnes atteintes de misophonie ont entendu un « son de déclenchement », les scans ont montré que la région du cerveau impliquée dans les mouvements de la bouche et de la gorge était suractivée par rapport à un groupe témoin de volontaires qui ne souffraient pas de la maladie. « Ce que nous suggérons, c’est que dans la misophonie, le son de déclenchement active la zone motrice même si la personne n’écoute que le son », explique Sukhbinder Kumar, neuroscientifique à l’Université de Newcastle.

Le système neuronal miroir en cause

« Cela leur donne l’impression que les sons les envahissent ». Kumar et ses collègues pensent que les sons déclencheurs activent ce que l’on appelle le système neuronal miroir du cerveau. On pense que les neurones miroirs se déclenchent lorsqu’une personne effectue une action, mais aussi lorsqu’elle voit d’autres faire des mouvements particuliers.

scan cerebral misophonie
Scans cérébraux montrant les zones du cerveau activées lors de l’écoute d’un son déclencheur chez un patient atteint de misophonie. Le graphique du bas montre la force de la connexion entre les zones cérébrales traitant le son et celles contrôlant la bouche/gorge pour des sons déclencheurs ; la comparaison est faite entre les patients misophones et un groupe contrôle. © Sukhbinder Kumar et al. 2021

L’activation du système de neurones miroirs avec des sons de déclenchement n’a pas incité les personnes atteintes de misophonie à mâcher ou à avaler involontairement. Mais les chercheurs pensent que cela peut produire une envie de passer par ce qu’ils appellent « l’hyper-miroir ». Kumar indique que certaines personnes atteintes de cette maladie imitent le son qui les déclenche parce que cela leur apporte un certain confort, peut-être en réaffirmant le contrôle des sensations qu’elles ressentent.

À LIRE AUSSI :
Un traitement contre le surpoids et l'obésité ultra-efficace approuvé par la FDA

Vers de potentielles thérapies contre la misophonie

Si la découverte rapportée dans la revue Journal of Neuroscience se confirme dans les recherches futures, elle pourrait ouvrir la voie à des thérapies plus efficaces pour la misophonie, que certains patients trouvent profondément désagréable. Kumar déclare que le système de neurones miroirs peut être entraîné, de sorte qu’il peut être possible pour les gens de rompre le lien entre un son particulier qui les agace et les effets pénibles qu’ils ressentent. La recherche sur les médecins de premier cycle au Royaume-Uni cette année a révélé qu’environ 12% présentaient des symptômes modérés de misophonie, et 0.3% avaient une forme sévère.

Tim Griffiths, professeur de neurologie cognitive à Newcastle et auteur principal de l’étude, explique que le travail souligne l’importance de traiter la misophonie comme plus qu’un problème lié aux régions de traitement du son du cerveau, ajoutant que les thérapies efficaces doivent également tenir compte des régions motrices.

Sources : Journal of Neuroscience

Laisser un commentaire