Une entreprise néozélandaise a décidé d’innover et de tester l’implémentation d’une semaine de travail de 4 jours pour 5 jours payés. L’essai a duré deux mois, et il s’est si bien déroulé que la société aimerait préserver ce fonctionnement.

Bien qu’un certain nombre de recherches aient déjà démontré les nombreux avantages qu’une semaine de travail réduite peut procurer aux travailleurs, ce qui est différent dans ce test, c’est que les employés de la firme Perpetual Guardian ne devaient travailler que quatre jours par semaine tout en étant payés pour cinq.

Pour le fondateur de l’entreprise, Andrew Barnes, ce jeu plutôt risqué a bien porté ses fruits. En effet, bien que cela puisse paraître un peu dingue d’un point de vue gestion d’entreprise, ça en aura finalement valu le coup.

L’essai a duré 8 semaines, de mars à avril. La firme a offert à chacun de ses employés (240 au total) un jour de salaire par semaine. Le but était de voir l’incidence qu’un tel changement radical pouvait avoir sur l’entreprise.

Pour obtenir une étude de qualité scientifique, Perpetual Guardian a fait appel aux chercheurs de l’université d’Auckland et de l’université de technologie d’Auckland, qui ont mis en place un certain nombre de sondages indépendants. Ces derniers ont notamment révélé que les niveaux de stress du personnel étaient passés de 45% à 38% et que le rapport travail-vie s’était également amélioré, passant de 54% à 78%.

Vous allez aussi aimer lire :

Gagnez en productivité de manière simple et efficace avec la méthode Ivy Lee !

Il est évident qu’en proposant quelques semaines avec un fonctionnement de ce genre au sein de n’importe quelle entreprise, les résultats iront prévisiblement dans le même sens. Mais ce qui est étonnant ici, c’est que sur deux mois de test, cela n’a pas changé. Et ce qui est d’autant plus surprenant, c’est qu’il n’y avait presque aucun effet négatif sur la productivité globale.

scores avant apres test semaine 4 jours

Aperçu des résultats d’une partie des facteurs d’engagement examinés. Les chiffres montrent que les employés ont commencé à réagir et considérer l’entreprise comme un meilleur endroit où travailler une fois que l’annonce du test a été faite par la direction (colonne « Pre-Test score »). Après l’essai, les résultats ont encore augmenté (colonne « Post-Test score »). En résumé, les employés de toute l’organisation ont ressenti une augmentation de tous les facteurs d’engagement examinés. Crédits : Auckland University of Technology

« Notre équipe de direction a indiqué qu’il n’y avait pas de changement de productivité important dans les résultats de l’entreprise avant et pendant l’essai », a expliqué Barnes dans un communiqué de presse. « Ils n’ont perçu aucune réduction de la performance au travail et les données de l’enquête ont même montré une augmentation marginale dans la plupart des équipes » ajoute-t-il.

Au cours de l’essai, les répondants ont signalé des augmentations significatives dans des domaines tels que le leadership, l’engagement, la stimulation et l’autonomie.

« Nous avons constaté une augmentation considérable de l’engagement et de la satisfaction du personnel à l’égard du travail, une augmentation massive de l’intention du personnel de continuer à travailler pour la firme ainsi qu’aucune baisse de productivité », a expliqué Barnes au New Zealand Herald.

En raison de cet effet gagnant-gagnant, le fondateur et PDG a déclaré qu’il prévoit maintenant de faire de ces semaines de quatre jours une particularité de fonctionnement permanente de l’entreprise. Il a recommandé en personne que le changement soit adopté par le conseil d’administration.

« Nous payons pour la productivité », a déclaré Barnes. « Nous faisons une distinction claire entre le nombre d’heures que vous passez au bureau et ce que nous en tirons ».

Il reste cependant encore à voir si les résultats impressionnants du test peuvent être maintenus si la société adopte ce changement de façon permanente.

Des recherches antérieures ont montré que travailler à plein temps peut physiquement nuire à votre cerveau et à votre santé mentale, et d’autres analyses ont également démontré que la productivité est insuffisante lorsque les employés sont contraints de trop travailler. Il ne fait donc aucun doute que les avantages sont nombreux et variés si ces derniers peuvent consacrer moins de temps à travailler durant la semaine.

Pour cette raison, plusieurs experts disent que nous pourrions avoir un meilleur niveau de vie en adoptant une semaine de travail de quatre jours — ou une journée de travail réduite — parce que moins nous passons de temps au travail, plus nous pouvons nous épanouir à côté. Nous risquons également moins de souffrir de problèmes psychiques tels que la dépression ou l’anxiété, ou de graves blessures physiques pour les métiers physiquement exigeants.

« Au départ, c’était juste une théorie, quelque chose que j’imaginais comme potentiellement bénéfique et que je voulais essayer, car mon but était de créer un meilleur environnement pour mon équipe », a déclaré Barnes au CNN. « Ce qui se passe, c’est que vous obtenez une main-d’œuvre motivée, énergisée, stimulée et loyale, et je me suis retrouvé avec des statistiques qui indiquent que mon personnel est extrêmement fier de l’entreprise pour laquelle il travaille, car elle prend soin d’eux » conclut-il.

Sources :  University of Auckland & Auckland University of TechnologyNew Zealand Herald

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies

La publicité étant notre principale source de revenu (sans elle, nous n'existerions pas), nous utilisons des cookies afin de l'adapter. Ces derniers nous permettent également de faire des analyses statistiques (anonymes) dans le but d'améliorer notre site. Les cookies servent également à conserver vos préférences si vous êtes logués. Ainsi, nous vous garantissons une meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez nos modalités relatives aux cookies.