Des experts appellent à l’ouverture d’une véritable enquête sur les origines de la COVID

experts appellent ouverture veritable enquete origines covid
| iStock

Lors de la survenue de la pandémie de COVID, de nombreuses hypothèses quant à l’émergence du coronavirus SARS-CoV-2 ont été proposées. Si l’origine naturelle a été majoritairement retenue, l’origine accidentelle n’a jamais été vraiment abandonnée malgré le caractère complotiste qui lui a été attaché. Récemment, une vingtaine d’éminents chercheurs, experts en virologie et immunologie, ont publié un appel dans la revue Science afin de rouvrir une enquête approfondie et indépendante sur l’origine possible de la fuite d’un laboratoire.

Il y a un an, l’idée que la pandémie de COVID aurait pu être causée par un accident de laboratoire a été dénoncée comme une théorie du complot par les principaux journaux, scientifiques et organes de presse du monde. Mais l’origine du virus qui a tué des millions de personnes reste un mystère, et la probabilité qu’il provienne d’un laboratoire n’a jamais pu être définitivement écartée.

Désormais, dans une lettre de la revue Science, 18 biologistes éminents — y compris le plus grand chercheur mondial sur les coronavirus — viennent appuyer les appels à une nouvelle enquête sur toutes les origines possibles du virus, et appellent les laboratoires et les agences chinoises à « ouvrir leurs enregistrements » à une analyse indépendante. « Nous devons prendre au sérieux les hypothèses sur une survenue naturelle et hors du laboratoire jusqu’à ce que nous ayons suffisamment de données », écrivent les scientifiques.

La conclusion injustifiée de l’enquête de l’OMS

La lettre, qui a été lancée par le microbiologiste de l’Université de Stanford David Relman et le virologue de l’Université de Washington Jesse Bloom, vise une récente étude conjointe sur les origines du coronavirus entreprise par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et la Chine, qui a conclu qu’un virus de chauve-souris a probablement atteint l’Homme via un animal intermédiaire et qu’un accident de laboratoire était « extrêmement improbable ».

À LIRE AUSSI :
Un médicament coûtant moins de 2€ par jour aide au traitement des formes graves de COVID-19

Cette conclusion n’était pas scientifiquement justifiée, selon les auteurs de la nouvelle lettre, car aucune trace de la façon dont le virus s’est propagé pour la première fois aux humains n’a été trouvée et la possibilité d’un accident de laboratoire n’a eu le droit qu’à une enquête superficielle. Seule une poignée des 313 pages du rapport sur les origines de l’OMS et de ses annexes est consacrée à ce sujet.

covid-19 origine fuite laboratoire
Les enquêteurs de l’OMS avaient conclu que l’hypothèse de la fuite du laboratoire était extrêmement improbable. © USAMR

Marc Lipsitch, un épidémiologiste bien connu de l’Université Harvard, qui fait partie des signataires de la lettre, déclare qu’il n’a exprimé aucune opinion sur l’origine du virus jusqu’à récemment, choisissant plutôt de se concentrer sur l’amélioration de la conception des études épidémiologiques et des essais de vaccins, en partie parce que le débat sur la théorie du laboratoire est devenu si controversé. « Je suis resté en dehors de cela parce que j’étais occupé à gérer l’issue de la pandémie plutôt que son origine. Mais lorsque l’OMS publie un rapport qui fait une affirmation spécieuse sur un sujet important… cela vaut la peine de s’exprimer ».

Accident de laboratoire : une hypothèse à considérer

Plusieurs de ceux qui ont signé la lettre, dont Lipsitch et Relman, ont par le passé appelé à un examen plus approfondi de la recherche sur le « gain de fonction », dans laquelle les virus sont génétiquement modifiés pour les rendre plus infectieux ou virulents. Des expériences visant à concevoir des agents pathogènes étaient également en cours à l’Institut de virologie de Wuhan, le principal centre chinois d’étude des virus de chauve-souris similaires au SARS-CoV-2. Certains voient dans le fait que la COVID est apparue pour la première fois dans la même ville où se trouve le laboratoire une preuve circonstancielle qu’un accident de laboratoire pourrait être à blâmer.

À LIRE AUSSI :
Un virus extrêmement mortel se propage en Inde

Lipsitch avait précédemment estimé le risque de pandémie causée par la libération accidentelle d’un virus hors d’un laboratoire de haute sécurité entre 1 sur 1000 et 1 sur 10 000 par an, et il avait averti que la prolifération de milliers de ces laboratoires dans le monde deviendrait une préoccupation majeure. Même si des scientifiques chinois ont déclaré qu’aucune fuite de ce type ne s’était produite dans ce cas, les auteurs de la lettre disent que cela ne peut être établi que par une enquête plus indépendante.

code genetique virus sequences conservees
Représentation schématique des génomes du SARS-CoV et SARS-CoV-2. Même si de nombreuses études ont conclu que le génome ne comportait pas d’indices sur une origine artificielle, l’hypothèse demeure toujours. © Nature

« Une enquête appropriée doit être transparente, objective, fondée sur des données, inclure une vaste expertise, soumise à une surveillance indépendante et gérée de manière responsable pour minimiser l’impact des conflits d’intérêts. Les agences de santé publique et les laboratoires de recherche doivent ouvrir leurs dossiers au public. Les enquêteurs doivent documenter la véracité et la provenance des données à partir desquelles les analyses sont menées et les conclusions tirées », écrivent les auteurs.

Les critiques des scientifiques chinois

Le scientifique en chef pour les maladies émergentes à l’Institut de virologie de Wuhan, Shi Zhengli, a déclaré dans un courrier électronique que les soupçons de la lettre étaient déplacés et nuiraient à la capacité du monde à répondre aux pandémies. « Ce n’est absolument pas acceptable. Qui peut fournir une preuve qui n’existe pas ? », déclare Shi à propos de l’appel du groupe pour voir les archives de son laboratoire.

« C’est vraiment triste de lire cette lettre écrite par ces 18 éminents scientifiques. L’hypothèse d’une fuite de laboratoire est simplement basée sur l’expertise d’un laboratoire qui travaille depuis longtemps sur les coronavirus de chauve-souris qui sont phylogénétiquement liés au SARS-CoV-2. Ce type d’affirmation nuira certainement à la réputation et à l’enthousiasme des scientifiques qui se consacrent à travailler sur les nouveaux virus animaux qui présentent un risque potentiel de contagion pour les populations humaines et affaiblissent finalement la capacité des humains à prévenir la prochaine pandémie », affirme Shi.

À LIRE AUSSI :
PayPal veut que les cryptomonnaies deviennent un moyen de paiement standard sur sa plateforme

Un appel regroupant des experts reconnus

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

La lettre fait écho à certaines des préoccupations d’un précédent appel à une nouvelle enquête, publié dans le Wall Street Journal, par un groupe de 26 analystes politiques et scientifiques, qui ont exigé un examen plus approfondi du laboratoire de Wuhan et ont fait valoir que « l’équipe de l’OMS n’a pas pu avoir le mandat, l’indépendance ou les accès nécessaires » pour mener une enquête complète et sans restriction.

Mais ce groupe était en grande partie composé de noms peu connus, et la lettre a été rejetée par certains virologues établis au motif que ses signataires manquaient de l’expertise appropriée. « Il est difficile de trouver quelqu’un avec une expérience pertinente qui a signé », a tweeté Kristian Andersen, immunologiste et expert en virus du Scripps Research Institute qui a fait valoir que les preuves disponibles indiquent une origine naturelle.

Une telle critique ne sera pas possible avec cette nouvelle lettre, dont les signataires incluent Akiko Iwasaki, un immunologiste de Yale qui a dirigé la recherche sur la réponse du système immunitaire au SARS-CoV-2, et Ralph Baric, le virologue de l’Université de Caroline du Nord qui est considéré comme la première autorité mondiale sur les coronavirus, et qui a été le pionnier des techniques de manipulation génétique de ces virus qui sont devenues un aspect majeur de la recherche à l’Institut de virologie de Wuhan.

Sources : Science

Laisser un commentaire