Un ingénieur trouve un moyen d’extraire des maladies du sang en utilisant un système à aimantation

sang extraction maladie aimant
| Getty

Un ingénieur britannique a trouvé un moyen de filtrer les cellules non désirées du sang à l’aide d’aimants. Son outil pourrait être utilisé dans des essais cliniques dès l’année prochaine. Selon lui, en théorie, le système pourrait fonctionner pour de nombreux cas : retrait de poisons, d’agents pathogènes, de virus et de bactéries…

Grâce aux recherches existantes, le scientifique en biochimie George Frodsham savait qu’il était techniquement possible de forcer des nanoparticules magnétiques à se lier à des cellules spécifiques du corps. Mais alors que d’autres chercheurs appliquaient ce savoir principalement pour faire apparaître ces cellules pour observation et analyse, lui s’est demandé si la même technique pourrait permettre aux médecins d’éliminer certaines cellules non désirées du sang.

« Quand quelqu’un a une tumeur, il faut l’extraire. Le cancer du sang est une tumeur dans le sang, alors pourquoi ne pas le supprimer de la même manière ? », a déclaré Frodsham.

C’est donc dans cette optique que Frodsham a créé MediSieve, une technologie de traitement qui fonctionne de la même manière que la dialyse, soit en prélevant le sang d’un patient et en lui injectant des nanoparticules magnétiques conçues pour se lier à une maladie spécifique. La méthode nécessite ensuite des aimants pour extraire et piéger ces cellules, avant de pomper le sang filtré dans le patient.

systeme sang aimant extraction maladie
George Frodsham, qui a proposé le nouveau système. Crédits : Harry Parvin

L’idée est que les médecins pourraient faire circuler le sang d’une personne dans la machine plusieurs fois, jusqu’à ce que le niveau de la maladie soit suffisamment bas pour pouvoir être éliminé par les médicaments ou par le système immunitaire du patient.

À l’heure actuelle, l’équipe de Frodsham attend l’accord de la Réglementation des médicaments et des produits de santé (une agence exécutive du ministère de la Santé et des Services sociaux du Royaume-Uni), dans le but de pouvoir tester le système sur des patients infectés par le parasite du paludisme, naturellement magnétique grâce à la consommation de ses propres déchets à base de fer.

À LIRE AUSSI :
Une nouvelle étude identifie l'une des causes probables de la maladie d'Alzheimer

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Vous aimerez également : De la peau vivante peut maintenant être imprimée en 3D, vaisseaux sanguins inclus

Le premier essai sur l’Homme pourrait débuter dès 2020 et, si tout se déroule bien et comme prévu, un deuxième essai de MediSieve sur des bactéries responsables du sepsis pourrait suivre en 2021.

« En théorie, vous pouvez extraire presque n’importe quoi de la sorte », a déclaré Frodsham. « Qu’il s’agisse de poisons, d’agents pathogènes, de virus, de bactéries, tout ce à quoi nous pouvons spécifiquement nous lier, nous pouvons le supprimer », a-t-il ajouté.

Source : Nanomaterials

Laisser un commentaire