Tandis que la population vieillit, notamment en France, de nombreuses personnes utilisent plusieurs médicaments différents pour soigner différentes maladies. Cela peut néanmoins conduire à des effets secondaires dont nous devrions tous être conscients.

Il est important de savoir que les médicaments peuvent non seulement interagir les uns avec les autres, mais ils peuvent également interagir avec les aliments et les boissons, ainsi qu’avec certains remèdes populaires à base de plantes. Voici donc quelques informations utiles, pour vous donner un aperçu des combinaisons à ne pas négliger.

Les statines et le jus de grapefruit :

De nombreuses personnes se voient prescrire des médicaments de la famille des statines pour prévenir les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux. Les statines constituent le pilier de la gestion du cholestérol, mais ne sont pas exempts d’interactions médicamenteuses et alimentaires. En effet, une interaction particulièrement importante à noter est celle de certaines statines avec le jus de pamplemousse.

Les personnes qui ont un taux de cholestérol élevé, modifient souvent leur mode de vie, ce qui peut entraîner une augmentation de la quantité de fruits et de légumes dans leur régime alimentaire.

Bien que cela soit encouragé, il est important de savoir que le jus de pamplemousse peut ralentir la dégradation des statines dans le corps, augmentant ainsi leur présence dans le sang, ce qui peut entraîner davantage d’effets secondaires.

Vous aimerez également : Enfin, un médicament suppresseur d’appétit semble être sans danger pour la santé

Le coumaphène (ou warfarine) et les légumes à feuilles vertes :

Le coumaphène est un médicament utilisé pour prévenir et traiter les caillots sanguins. Les personnes prenant ce médicament doivent passer des tests sanguins réguliers pour s’assurer qu’elles prennent la bonne dose, afin de traiter leur maladie. Cependant, une interaction intéressante de ce médicament est celle avec la vitamine K.

Les suppléments et les aliments contenant de la vitamine K, tels que les légumes à feuilles vertes et le thé vert, peuvent réduire les effets du médicament, en accélérant son élimination de l’organisme, ce qui signifie que les personnes qui en prennent peuvent en subir des conséquences graves, notamment un risque accru d’accidents vasculaires cérébraux ou de thrombose veineuse.

Lorsque vous prenez un médicament, et que vous apportez des modifications à votre régime alimentaire, informez-en votre médecin traitant, afin que la dose de médicament soit toujours ajustée en conséquence.

Les antidépresseurs et l’ibuprofène :

Prendre une classe d’antidépresseurs appelés inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) ainsi que des analgésiques anti-inflammatoires, tels que l’ibuprofène, peut augmenter le risque de saignement interne. Ceci est généralement associé à l’estomac, et les symptômes peuvent inclure des selles foncées, des crampes d’estomac, une sensation de fatigue, du sang dans les vomissures ainsi qu’une sensation d’évanouissement ou de vertige.

Cet effet secondaire peut être évité en prenant un médicament protégeant l’estomac, tel que le lansoprazole. Toutefois, il est important de noter que certains autres médicaments protecteurs de l’estomac peuvent également interagir avec les antidépresseurs.

Le métronidazole et l’alcool

Le métronidazole est un antibiotique couramment prescrit, en particulier pour les infections dentaires. Bien que votre pharmacien vous encourage souvent à ne pas boire d’alcool pendant que vous prenez un médicament prescrit, ce conseil est particulièrement important avec le métronidazole !

Boire de l’alcool pendant que vous prenez du métronidazole peut entraîner de graves nausées et des vomissements. Non seulement vous devriez particulièrement éviter l’alcool durant votre traitement au métronidazole, mais vous devriez également attendre quelques jours après la fin de la prise du médicament avant d’en consommer.

La pilule contraceptive et le millepertuis

Le millepertuis est un remède populaire à base de plantes, notamment utilisé pour traiter les symptômes de la dépression légère. Certaines personnes supposent que, puisqu’il s’agit d’un remède à base de plantes, il doit être inoffensif. Malheureusement, ça peut carrément être l’inverse.

En effet, le millepertuis est un exemple parfait d’inducteur enzymatique, une substance qui accélère la décomposition d’une autre substance. En encourageant la dégradation de l’autre médicament à un rythme plus rapide que la normale, cela signifie que l’autre médicament devient moins efficace.

Le millepertuis peut avoir cet effet sur de nombreux médicaments, notamment sur la pilule contraceptive. En effet, le millepertuis diminue l’efficacité de la pilule, augmentant ainsi le risque de tomber enceinte.

Suppléments de calcium et autres médicaments

Lorsque nous vieillissons, nos os deviennent plus fragiles. De ce fait, de nombreuses personnes se voient donc prescrire des suppléments de calcium et de vitamine D, afin de renforcer les os et prévenir les fractures. Bien que ces produits profitent à de nombreuses personnes, il est important de comprendre qu’ils peuvent également affecter la manière dont le corps absorbe les autres médicaments. Ceux-ci incluent des médicaments pour prévenir le paludisme, certains antibiotiques ainsi que des médicaments pour traiter l’insuffisance thyroïdienne.

Concernant la plupart des médicaments, cette interaction peut être évitée en laissant du temps entre la prise du produit à base de calcium et le médicament. Un délai de deux à six heures entre la prise du complément en calcium et d’autres médicaments suffit généralement.

Une conclusion ? Bien entendu, il est extrêmement important de savoir que, si vous êtes actuellement dans l’un des cas mentionnés ci-dessus, n’arrêtez pas de prendre votre médicament ou autre traitement avant d’avoir consulté un médecin. Toute modification soudaine d’un traitement peut avoir des conséquences plus graves que l’une des interactions répertoriées dans cet article. Notez aussi que cet article n’est pas exhaustif, d’autres interactions existent entre d’autres médicaments et aliments.

Sources : BMC Medicine, Cochrane Library

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.