Il y a 106 ans, un journal de Nouvelle-Zélande prédisait littéralement l’avenir de notre planète, et les prédictions n’étaient pas très réjouissantes. Le 14 août 1912, le journal appelé Rodney and Otamatea Times a publié un paragraphe prémonitoire dans sa section « notes scientifiques ».

Le journal avertissait déjà que l’atmosphère de la Terre était en train de changer à cause de la manière dont les économies mondiales accéléraient la production de combustibles fossiles : « la consommation de charbon affectant le climat », pouvait y être lu en titre.

titre journal nouvelle zelande prediction prevision

Crédits : National Library of New Zealand/Creative Commons

Voici ce qui est écrit : « Les fourneaux du monde brûlent maintenant environ 2 millions de tonnes de charbon par an. Lorsque le charbon est brûlé, qu’il est assemblé à l’oxygène, cela ajoute environ 7 millions de tonnes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère chaque année. (…) Ceci tend à faire de l’atmosphère une véritable couverture plus « efficace » pour la planète, ce qui a pour effet d’augmenter sa température. L’effet sera probablement considérable dans quelques siècles ».

Sur le même thème :

Le réchauffement climatique ralentit dangereusement la circulation de l’océan Atlantique

Il s’agit d’une explication étrangement claire de la manière dont les gens ont contribué au réchauffement de l’atmosphère terrestre. De plus, les Néo-Zélandais ne furent pas les premiers à écrire cela : le même texte avait été publié un mois plus tôt, le 17 juillet 1912, dans le journal australien Braidwood Dispatch. Et avant cela, une parution datant de mars 1912 de Popular Mechanics a été la première parution de ce texte.

À l’époque déjà, l’idée se répétait dans la conscience collective. En réalité, le New York Times retrace la discussion scientifique sur les effets du charbon sur notre atmosphère depuis les années 1850 déjà. Et aujourd’hui, nous n’avons pas réellement changé notre manière de faire.

En effet, en 2016, le population mondiale a consommé plus de 5.3 milliards de tonnes de charbon. L’atmosphère de la Terre contient désormais une quantité de CO2 sans précédent : sa concentration a dépassé les 411 parties par million, le niveau le plus élevé depuis 800’000 ans.

Il faut savoir que la forte concentration de pollution dans l’air provoque aussi des décès, et ce à un rythme alarmant. La chaleur piégée dans l’atmosphère alimente les incendies et fait monter le niveau de la mer. Selon certaines recherches, des températures plus élevées encore pourraient même avoir comme conséquence le « ralentissement » du cerveau humain.

temperature rechauffement climatique climat planete

Graphique illustrant la corrélation entre l’augmentation de la concentration de CO2 et l’augmentation de la température globale annuelle. L’on peut constater une augmentation de la température de 1 °C en moins de 60 ans (de 1956 à 2016). Crédits : Skye Gould/Business Insider

Tandis que le taux de production de charbon ralentit aux États-Unis, nous continuons tout de même de brûler des tonnes d’autres combustibles, qui contribuent au réchauffement terrestre. De plus, la production de charbon est en hausse dans d’autres pays en développement, ainsi que dans certaines économies en croissance telles que l’Inde et la Chine. Bien que la consommation de charbon ralentisse légèrement en Chine, elle représenterait encore 60% du bouquet énergétique du pays.

Cette activité entraîne des conséquences dévastatrices pour les écosystèmes de la Terre et pour quiconque résidant dans les zones polluées. Nous le savons apparemment depuis de très nombreuses années, il serait donc grand temps de changer notre manière de consommer à travers le monde, afin d’avoir de l’espoir pour les générations futures.

Sources : Papers Past, EHP, DotEarth, Trove

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.