Si vous faite partie des millions de personnes qui souffrent d’allergies, vous savez que parfois, les antihistaminiques ne suffisent pas.

Une réaction allergique est une réaction surdimensionnée du système immunitaire à une substance normalement bénigne. Des chercheurs se sont démenés pour trouver des traitements plus efficaces contre les allergies, et à présent, ils ont découvert comment un anticorps spécifique permet d’empêcher une réaction allergique avant même qu’elle ne se produise.

Lorsque le corps est exposé à un allergène, le système immunitaire s’active intensément et produit de grosses quantités d’un type spécifique d’anticorps, appelé immunoglobuline E (IgE). Il s’agit d’une grande molécule en forme de Y, qui s’attache aux cellules immunitaires chargées de libérer des substances chimiques s’attaquant aux éléments allergènes. Ces composés, en particulier l’histamine, produisent les différents symptômes d’une allergie, que ce soit le nez ou les yeux qui coulent ou encore une réaction anaphylactique plus importante, qui accompagne les allergies alimentaires graves ou les piqûres d’insectes.

De manière générale, les comprimés contre les allergies ciblent ces composés du système immunitaire, ou leurs récepteurs, ce qui empêche ou atténue les symptômes d’allergie. Mais si nous ciblons l’IgE, il y a une chance d’empêcher que la réaction allergique ne se produise.

Une équipe dirigée par des scientifiques de l’Université d’Aarhus, au Danemark, a découvert un mécanisme grâce auquel un anticorps spécifique « anti-IgE » peut effectuer ce véritable miracle. Ce nouvel anticorps, appelé 026 sdab, a d’abord été dérivé de lamas, et s’apparente à une gamme de molécules découvertes chez les espèces de camélidés et les poissons cartilagineux.

La manière dont fonctionne 026 sdab dans le corps humain est qu’il empêche les IgE d’atteindre deux types spécifiques de récepteurs immunitaires : CD23 et FceRI. De ce fait, il permet d’arrêter la réaction allergique avant même qu’elle ne commence. « Une fois que l’IgE sur les cellules immunitaires peut être éliminé, peu importe que le corps produise des millions de molécules d’IgE spécifiques à l’allergène », explique l’auteur principal de l’étude, Edzard Spillner de l’Université d’Aarhus. « Lorsque nous supprimons le déclencheur, alors la réaction allergique et les symptômes ne se produisent pas », ajoute-t-il.

Bien que l’anticorps n’ait pas encore été testé chez l’humain, l’équipe a utilisé des échantillons de sang provenant de personnes ayant des allergies diagnostiquées au pollen de bouleau et au venin d’insecte, et a observé comment l’anticorps se comportait.

En l’espace de 15 minutes, le traitement par 026 sdab a permis de réduire les taux d’IgE de 30% par rapport à la quantité initiale, et réduisait ce taux davantage lorsque le test durait plus longtemps. « Nous pouvons à présent cartographier de manière précise comment l’anticorps empêche la liaison des IgE à ses récepteurs », explique l’un des membres de l’équipe, le biologiste moléculaire Nick Laursen de l’Université d’Aarhus. « Cela nous permet d’envisager des stratégies complètement nouvelles quant à l’ingénierie de la médecine du futur », ajoute-t-il.

Il existe déjà un traitement anti-IgE sur le marché, appelé omalizumab, qui est approuvé dans plus de 90 pays concernant le traitement des cas d’asthme allergique, mais il n’est pas toujours efficace. Selon l’équipe, 026 sdab est un anticorps bien plus petit que ce qui est actuellement disponible, ou en développement. Il est également plus facile à produire et est « extrêmement stable », ce qui signifie qu’il ne doit pas être injecté, comme l’omalizumab. « Cela offre de nouvelles possibilités quant à la manière dont l’anticorps peut être administré aux patients », explique Spillner.

Maintenant, il reste encore beaucoup de chemin à faire avant que ce traitement étonnant ne puisse être utilisé à grande échelle chez les humains. En effet, de nombreux tests approfondis (y compris des tests de sécurité) devront être menés par les scientifiques avant que ce traitement ne puisse faire son apparition chez les humains.

Mais les découvertes de l’équipe de scientifiques pourraient également permettre de découvrir plus d’anticorps similaires, accélérant ainsi ce processus. « Notre description du mode d’action du 026 sdab devrait accélérer le développement de médicaments anti-allergiques et anti-asthmatiques dans le futur », explique l’équipe.

Sources : Nature Communications, Aarhus University

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share
Share

Ce site utilise des cookies

La publicité étant notre principale source de revenu (sans elle, nous n'existerions pas), nous utilisons des cookies afin de l'adapter. Ces derniers nous permettent également de faire des analyses statistiques (données anonymes) dans le but d'améliorer notre site. Les cookies sont également utiles à conserver vos préférences si vous êtes logués. Ainsi, nous pouvons vous garantir une meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez nos modalités relatives aux cookies.