3.7K Partages

Marcher lentement permet souvent de prendre son temps, d’admirer ce qui nous entoure, de contempler notre environnement. Toutefois, une cause sous-jacente pourrait expliquer la vitesse lente de marche chez certaines personnes. Une nouvelle étude a récemment mis en évidence le lien potentiel entre marche lente et déclin progressif des fonctions physiques et cognitives au cours de la vie.

Une nouvelle étude longitudinale menée dans les années 1970 sur un peu plus de 900 Néo-Zélandais a montré que les personnes dans la quarantaine qui marchent lentement ont plus de chances de montrer des signes d’accélération du vieillissement biologique et d’altérer l’intégrité du cerveau. Les résultats ont été publiés dans la revue JAMA Network Open.

« Ce qui est vraiment frappant, c’est que l’étude concerne des personnes âgées de 45 ans, et non des patients gériatriques qui sont généralement évalués avec de telles mesures » déclare la chercheuse en biomédecine Line J.H. Rasmussen de l’Université de Duke. Rasmussen et d’autres chercheurs ont examiné les participants à l’étude Dunedin, une étude longitudinale extrêmement longue sur la santé, qui a débuté il y a près de cinq décennies avec un groupe de plus de 1000 enfants âgés de trois ans.

Un lien entre vitesse de marche lente et déclin des fonctions organiques et cognitives

Dans une nouvelle recherche évaluant la santé de 904 des participants restants à l’âge de 45 ans, l’équipe a constaté que la vitesse de marche à mi-vie semblait offrir une fenêtre unique sur les processus de vieillissement de la vie qui remontent à l’enfance. « Cette étude a couvert la période allant des années préscolaires à l’âge de la quarantaine et a révélé qu’une marche lente est un signe de problème des décennies avant le grand âge » explique Terrie E. Moffitt, psychologue et neuroscientifique à Duke.

graphiques declin marche

Graphiques montrant le rythme de vieillissement (A), l’âge facial (B), l’état des fonctions neurocognitives infantiles (C) et le déclin cognitif (D) en fonction de la vitesse de marche. Crédits : Line Jee Hartmann Rasmussen et al. 2019

Dans l’étude, les participants âgés de 45 ans dont la vitesse de marche a été mesurée ont été évalués sur un certain nombre de mesures de la fonction physique quotidienne.

Ils ont également été évalués pour rechercher des signes de vieillissement accéléré — comprenant 19 biomarqueurs différents, allant de la pression artérielle à la santé dentaire — et leur cerveau a été scanné via IRM. Les données historiques de l’étude longitudinale ont également été prises en compte, telles que les mesures de la capacité neurocognitive basées sur des tests effectués lorsque les participants étaient des enfants.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Les résultats sont révélateurs, montrant qu’une vitesse de marche plus lente au milieu de la quarantaine est associée à une fonction physique médiocre et à un vieillissement accéléré — indiquée par une détérioration plus rapide de plusieurs systèmes organiques (basée sur les lectures de biomarqueurs) et en alignement avec une analyse visuelle distincte des âges faciaux des participants, réalisée par un panel. De plus, la lenteur de la marche à mi-vie était associée à un fonctionnement neurocognitif plus faible — et pas seulement au moment des tests.

graphiques declin cerveau

Graphiques montrant le volume cérébral (A), l’épaisseur corticale moyenne (B) et la surface cérébrale (C), en fonction de la vitesse de marche. Crédits : Line Jee Hartmann Rasmussen et al. 2019

Bien que l’échantillon de Dunedin n’ait pas subi d’analyses du cerveau au début de l’étude, selon les tests actuels, les marcheurs lents ont montré en moyenne une réduction du volume du cerveau et de l’épaisseur de la corticale.

Sur le même sujet : Des scientifiques ont réussi à renverser le vieillissement sur des cellules humaines

Mieux comprendre le vieillissement biologique pour le ralentir

Malgré les limites reconnues par les chercheurs (notamment le manque de mesures de la vitesse de la marche lors des tests précédents avec le groupe, ainsi que le manque de données historiques d’imagerie cérébrale chez les participants), les chercheurs affirment qu’il y a beaucoup à analyser dans l’examen du lien entre fonctionnement neurocognitif de l’enfance et vitesse de la démarche à la quarantaine dans les recherches futures.

« Nous ne devons pas présumer que les résultats médiocres des tests cognitifs chez les enfants de trois ans les condamnent à des problèmes permanents » explique Stephanie Studenski, chercheuse en médecine gériatrique à l’université de Pittsburgh. « Mais examiner plutôt ce qui pourrait contribuer à une performance plus médiocre et explorer des stratégies pour améliorer ces résultats ».

Si nous pouvons apprendre à comprendre la nature des liens que semble montrer cette étude qui porte sur presque cinq décennies, nous pourrions potentiellement influer positivement sur des facteurs sociaux susceptibles d’accroître la longévité biologique et la fonction neurocognitive, et potentiellement aider à arrêter le déclin cognitif. Ce sont, bien sûr, de très gros problèmes à résoudre — mais évaluer la vitesse de la marche, même chez les personnes d’âge moyen, pourrait s’avérer être un élément négligé mais important de la solution, explique Studenski.

Sources : JAMA Network Open

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3.7K Partages
3.7K Partages
Partager via
Copier le lien