La limite des 14 jours pour la recherche sur les embryons humains a été levée

limite 14 jours recherche embryons humains plus standard
| Dreamstine

La recherche concernant les embryons humains est une question soumise à débat depuis de nombreuses années au regard de sa dimension éthique. Au mois de mai dernier, la Société internationale pour la recherche sur les cellules souches (ISSCR), qui se présente comme « la voix de la communauté de recherche sur les cellules souches », a annoncé qu’elle n’approuvait plus la norme internationale en vigueur limitant la recherche sur les embryons humains à 14 jours après la fécondation.

La recherche sur l’embryon humain a longtemps été une question éthique épineuse en raison de points de vue divergents sur le statut moral de l’embryon en développement. Certaines personnes soutiennent que les embryons humains ont le statut moral de personnes et sont considérés comme des vies humaines protégeables — que les embryons ne devraient pas être utilisés pour la recherche, en particulier la recherche qui aboutit à leur destruction.

D’autres rejettent de telles affirmations, soulignant les avantages scientifiques et thérapeutiques potentiels de la recherche impliquant des embryons humains. Ces avantages comprennent l’étude du développement humain, la croissance des cellules cancéreuses, les maladies congénitales et les causes des fausses couches. Les applications de ces recherches comprennent le développement de contraceptifs, le diagnostic de maladies génétiques, le traitement de l’infertilité et d’autres maladies.

La limite des 14 jours

Les directives antérieures de l’ISSCR de 2016 interdisaient la culture et l’utilisation d’embryons au-delà de 14 jours. Les directives mises à jour annoncées le 26 mai éliminent cette interdiction. Au lieu de cela, l’ISSCR recommande que les académies nationales des sciences, les sociétés universitaires, les bailleurs de fonds et les régulateurs, engagent le public dans une conversation sur les questions scientifiques, sociétales et éthiques associées à la limite de 14 jours, et si cela devrait être prolongé en fonction de la recherche.

À LIRE AUSSI :
Une nouvelle étude identifie l'une des causes probables de la maladie d'Alzheimer

La règle des 14 jours, également connue sous le nom de « limite de 14 jours », « est devenue un élément standard de la surveillance de la recherche sur les embryons grâce à la convergence des délibérations de divers comités nationaux au fil des décennies ». Aujourd’hui, différents pays ont des règles différentes plus ou moins étroitement alignées sur l’une des perspectives concurrentes sur le statut moral des embryons humains.

Des législations différentes selon les pays

Certains pays – comme l’Autriche, l’Allemagne, l’Italie, la Russie et la Turquie – n’autorisent pas la recherche impliquant des embryons humains. D’autres pays, dont le Canada, la Chine, l’Inde, le Japon, l’Espagne et le Royaume-Uni, autorisent des recherches limitées sur les embryons humains jusqu’à (et pas au-delà de) 14 jours. D’autres pays encore autorisent de telles recherches sans imposer de délai, par exemple le Brésil et la France.

En 1979, à la suite d’une vaste consultation publique, le Conseil consultatif d’éthique du ministère américain de la Santé, de l’Éducation et du Bien-être a publié un rapport à l’appui de la recherche limitée sur l’embryon humain. Le conseil a conclu que la recherche impliquant des embryons humains devrait être autorisée, à condition que les embryons ne soient pas « maintenus in vitro au-delà du stade normalement associé à l’achèvement de l’implantation (14 jours après la fécondation) ».

schema developpement embryon
C’est à partir de la troisième semaine que la crête neurale se différencie en plusieurs structures, notamment les structures cérébrales. © WellMind

Cinq ans plus tard, également à la suite d’une vaste consultation publique, le rapport Warnock du Comité d’enquête sur la fécondation humaine et l’embryologie au Royaume-Uni, est parvenu à une conclusion similaire. L’accent dans ce rapport, cependant, était mis sur un phénomène biologique différent : l’apparition de la ligne primitive (un précurseur du cerveau et de la moelle épinière), qui apparaît le 14e ou le 15e jour après la fécondation.

À LIRE AUSSI :
COVID : la protéine de pointe du virus peut modifier certaines cellules au niveau du cœur

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

La première loi nationale instituant la limite éthique proposée de 14 jours a été introduite au Royaume-Uni dans le Human Fertilization and Embryology Act de 1990. Depuis lors, d’autres pays ont emboîté le pas et ont introduit une législation similaire. Au Canada, la Loi de 2004 sur la procréation assistée stipule que nul ne doit sciemment « conserver un embryon hors du corps d’une personne de sexe féminin après le 14e jour de son développement suivant la fécondation ou la création, à l’exclusion de toute période pendant laquelle son développement a été suspendu ». Jusqu’à présent, les directives de l’ISSCR étaient étroitement liées aux lois, règlements et directives approuvant la limite de 14 jours.

Limite des 14 jours : elle ne représente plus un obstacle scientifique

Jusqu’à récemment, les chercheurs n’étaient pas en mesure de maintenir l’embryon humain en laboratoire au-delà de 14 jours, et la limite établie n’avait donc aucun effet pratique. Mais en 2016, deux équipes de recherche – l’une à l’Université de Cambridge au Royaume-Uni et l’autre à l’Université Rockefeller aux États-Unis – ont réussi à maintenir des embryons humains in vitro pendant 12 à 13 jours. Ils auraient pu continuer leurs expériences, mais les ont terminés conformément à la règle des 14 jours.

La recherche menée au Royaume-Uni a fait référence à la législation comme la raison de la conclusion des expériences. La recherche menée aux États-Unis, où il n’y a pas de législation particulière, fait explicitement référence aux lignes directrices de l’ISSCR. Depuis lors, le débat dans les cercles universitaires sur les mérites de la règle des 14 jours s’est intensifié. Maintenant qu’il est possible de surmonter les limitations techniques, certains ont l’intention de déplacer les limitations éthiques. Une suggestion est d’étendre le délai à 28 jours pour permettre aux chercheurs d’en savoir plus sur les processus de développement embryonnaire.

Laisser un commentaire