Dans le monde moderne actuel, nous ne considérons pas la malnutrition comme quelque chose qui concerne les pays riches. Pourtant, une maladie notoire du 18ème siècle causée par l’absence d’une seule vitamine a fait son apparition dans un pays qui gaspille, chaque année, un quart de la nourriture totale préparée.

La vitamine C n’a été découverte qu’en 1912, mais bien avant cela, le médecin écossais James Lind avait déjà compris que les agrumes pouvaient guérir le scorbut, une maladie causée par le simple manque de vitamine C.

Nous avons tendance à considérer le scorbut comme une maladie historique. Dans le grand âge de l’exploration, des centaines de marins ont succombé aux symptômes dévastateurs jusqu’à ce qu’un remède soit trouvé. Mais le scorbut n’a pas pour autant disparu de la surface du globe : en réalité, il a même fait un retour percutant dans un endroit auquel « nous ne penserions même pas », comme le souligne un nouveau documentaire intitulé Vitamania, présenté par Derek Muller.

Des saignements de gencives, des dents en décomposition, des cheveux clairsemés et une fatigue terrible, ont été les symptômes qui ont conduit Sonny Lopez de Springfield, au Massachusetts (États-Unis), au cabinet du médecin Eric Churchill. Ces éléments se sont révélés être des signes de scorbut : maladie qui peut être mortelle si elle n’est pas traitée.

Pour Churchill, il ne s’agissait même pas du premier patient souffrant de cette carence. « Nous avons diagnostiqué notre premier cas il y a cinq ou six ans. Le cas initial est arrivé par le biais d’un l’hôpital, et c’était dramatique ; une personne souffrant d’un problème de santé mentale ne mangeait que du pain et du fromage. Depuis, nous avons diagnostiqué quelques 20 à 30 cas de scorbut », a déclaré Churchill.

Vous aimerez également :

La « Maladie X » pourrait être la prochaine épidémie mortelle globale

Churchill et son équipe du centre de santé du Baystate High Street Health Center (basé à Springfield), se sont penchés sur les régimes alimentaires de leurs patients et dirigent actuellement un projet de recherche sur le scorbut en milieu urbain. « Je pensais avoir une sorte de maladie vicieuse et j’avais vraiment très peur », a déclaré Lopez dans Vitamania.

Lopez, qui vit au seuil de la pauvreté, a passé des années à ne manger qu’un seul repas par jour, et s’est retrouvé avec une « ordonnance » pour des oranges à consommer quotidiennement, afin de combler et prévenir la carence en vitamine C.

Cependant, sa situation de vie représente un réel défi pour obtenir un régime alimentaire sain : « de nombreuses personnes qui ont des difficultés à se nourrir ont tendance à choisir des aliments très nourrissants, mais qui sont aussi riches en matières grasses et en calories. Si vous avez un budget alimentaire limité, ce sont les repas qui vous combleront et vous satisferont davantage que la consommation de fruits et de légumes », explique Churchill dans le reportage.

Des cas comme celui-ci montrent bien l’importance de la qualité de la nourriture consommée et surtout des vitamines, plutôt que la quantité. En effet, de nombreux patients atteints de scorbut sont en surpoids, voire même obèses. De plus, les États-Unis ne sont pas le seul pays riche où le scorbut a refait son apparition. En 2016, un rapport australien indiquait une incidence choquante du scorbut, cette fois-ci chez un groupe de patients diabétiques.

« Lorsque je me suis renseignée sur leur régime alimentaire, une personne mangeait peu ou pas de fruits et de légumes frais, mais le reste mangeait des quantités raisonnables de légumes. Ces derniers cuisaient simplement trop leurs légumes, détruisant de ce fait la vitamine C », a déclaré la clinicienne et chercheuse Jenny Gunton, de l’Institut de recherche médicale Westmead.

Bien que la recherche de Gunton n’ait pas révélé de modèle social spécifique parmi ses patients, pour Churchill, le scorbut n’est qu’un exemple parmi d’autres de la manière dont l’inégalité socioéconomique peut nuire à la population.

« Les personnes chez lesquelles le scorbut a été diagnostiqué disposent souvent de très peu de ressources pour répondre au stress ou aux perturbations dans leur vie, au point que parfois elles ne sont même pas capables de satisfaire leurs besoins nutritionnels de base », a-t-il déclaré.

Ce type de marginalisation et de disparité sociale finit par mener à la malnutrition, en rappelant à tous que le scorbut et autres carences similaires ne sont pas seulement un problème rare qui se manifeste dans les pays moins développés et dans les camps de réfugiés.

« La pauvreté dans le monde nuit de nombreuses manières : exposition à la violence, manque de voix et d’opportunités, accès limité aux aliments de qualité et aux soins de santé. Le scorbut est si facile à éviter, et pourtant ces personnes ont été victimes d’une maladie qui ne devrait tout simplement plus exister dans un pays développé », a déclaré Churchill.

Sources : Vitamania, ABC

2 Réponses

  1. Emilie

    Merci j’ai trouvé cet article très instructif je ne pensais pas que ce type de maladie pouvait réapparaître dans nos pays développés.
    Comment savoir quels sont nos besoins en vitamine C et comment être certains de les couvrir ?

    Répondre
    • Emilia

      Tu trouveras les besoins sur le site de l’Efsa, sinon tu peux t’aider d’une application pour savoir si tes apports en vitamine C sont couverts, tu peux utiliser Fitatu.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.