1.7K Partages

La maladie de l’étoile de mer est une épidémie touchant plusieurs espèces d’étoiles de mer depuis plusieurs années. Des populations entières sont décimées, déréglant progressivement les écosystèmes marins. Récemment, des biologistes ont découvert que cette peste sous-marine s’attaquait également à l’étoile de mer tournesol, qui est vitale pour réguler les populations d’invertébrés des forêts de varech. Le réchauffement climatique serait en outre un facteur aggravant.

Une « apocalypse zombie sous-marine ». C’est ainsi que le vétérinaire Joe Gaydos de l’Université de Californie (UC) décrit la « maladie de l’étoile de mer », un fléau qui a décimé plus de 20 espèces d’étoiles de mer du Mexique à l’Alaska depuis 2013. Une nouvelle étude réalisée par Gaydos et ses collègues est encore plus pessimiste : la maladie a touché l’étoile de mer tournesol (Pycnopodia helianthoides) — un prédateur clé des forêts de varech — la plus résistante de toutes.

Cette espèce autrefois commune a disparu de la majorité de son aire de répartition. L’équipe a également découvert une association inquiétante entre le réchauffement de la température de l’océan et la gravité de l’épidémie, ce qui suggère que les changements climatiques pourraient exacerber les futures épidémies marines.

« C’est choquant » déclare Mark Carr, écologiste marin. « Il ne s’agit pas simplement d’une réduction de population, il s’agit pratiquement de la perte d’une espèce clé sur des milliers de kilomètres. Nous n’avons jamais rien vu de tel auparavant ».

Une maladie dévastatrice d’origine inconnue

La maladie des étoiles de mer progresse extrêmement rapidement. Des lésions blanches apparaissent puis se développent dans les fissures du tissu en fusion. Les membres tombent et rampent. Et finalement, l’étoile de mer se désintègre en un monticule pâle de chair en décomposition.

maladie etoile tournseol

Photo d’une étoile de mer tournesol infectée par la maladie, en train de pourrir sous l’action de la virulence du pathogène. Crédits : Jenn Collins

Les scientifiques n’ont toujours pas identifié le pathogène responsable de la maladie. La recherche suggère que le coupable est un virus, mais celui-ci reste inconnu. Des disparitions similaires ont frappé la côte ouest au cours des décennies précédentes, mais aucune n’a été aussi meurtrière sur une zone aussi vaste. Des tests de laboratoire ont montré que l’étoile de mer tournesol était l’une des plus sensibles parmi les 20 espèces touchées.

L’étoile de tournesol à 24 bras, faisant en moyenne un mètre de large, traque dans les forêts de varech des proies comme des oursins entassés. En tant que l’un des principaux prédateurs d’invertébrés, ces étoiles géantes aident à maintenir l’équilibre dans l’écosystème de la forêt de varech. Si rien n’est fait, les oursins peuvent abattre les forêts de varech, laissant derrière eux un paysage sous-marin dénudé et déprimé.

L’étoile de mer tournesol : un prédateur essentiel des forêts de varech

Après sa disparition, les populations d’oursins ont drastiquement augmenté. Le nord de la Californie a perdu plus de 90% de ses forêts de varech, selon le Département californien des poissons et de la faune. La perte de ces forêts de varech a laissé les autres espèces qui en dépendent affamées, sans abri ou mortes.

En décembre 2018, la Californie a décidé d’interdire la pêche récréative de l’ormeau rouge (Haliotis rufescens) après que des enquêtes eurent montré que les mollusques, qui se nourrissent de varech, mouraient de faim en très grand nombre.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Les impacts sur les espèces de poissons sont plus difficiles à quantifier, mais Carr dit que les forêts de varech sont d’une importance vitale non seulement comme nourriture, mais aussi comme habitat, en particulier pour les jeunes poissons espérant échapper aux prédateurs.

Sur le même sujet : Voici pourquoi des milliers d’étoiles de mer ont disparu après le passage de la « Bête de l’est »

Pour évaluer l’impact de la maladie de la perte d’étoiles de mer sur l’étoile de mer tournesol, le collègue de Gaydos, Drew Harvell, écologiste marin à la Cornell University, basée à Friday Harbor dans l’État de Washington ainsi d’autres membres de l’équipe, ont analysé le nombre d’étoiles de mer tournesol provenant de près de 11’000 plongées en eau peu profonde et proches, ainsi que 9 000 relevés au chalut de fond en eaux plus profondes.

disparition etoile tournesol

Graphes montrant la distribution de la biomasse d’étoiles de mer tournesol selon différents relevés géographiques. La barre grise indique l’année 2013 et le début du déclin massif des populations d’étoiles de mer tournesol. Crédits : C. D. Harvell et al. 2019

Des centaines de scientifiques citoyens formés pour identifier et enregistrer la présence de l’étoile de mer tournesol ont effectué les relevés en eaux peu profondes, et la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) a mené les chaluts de fond, consistant à tirer systématiquement un filet sur le fond marin.

Ces ensembles de données couvraient près d’une décennie avant l’effondrement des étoiles de mer et plus de 3000 kilomètres de côtes. Les relevés en eaux peu profondes et en eaux profondes ont montré des populations stables suivies d’un déclin important de l’étoile de mer tournesol, allant d’une réduction de population de 60% à 100% dans certaines zones après l’apparition de la maladie du dépérissement en 2013, rapportent les chercheurs dans la revue Science Advances.

« De nombreuses personnes s’attendaient à ce que les étoiles de mer tournesol se réfugient dans des eaux profondes où nous ne pouvions pas les compter » déclare Steve Lonhart, spécialiste des forêts de varech de la NOAA, qui n’a pas participé à l’étude. « Nous espérions qu’elles se cachaient là-bas — cette recherche montre que l’espoir était naïf ».

Une disparition des étoiles de mer également liée au réchauffement des eaux

L’apparition de cette maladie a également coïncidé avec la période de trois ans la plus chaude jamais enregistrée dans les eaux côtières de la Californie — 2014, 2015 et 2016 — selon le chercheur en climatologie de la NOAA, Nate Mantua.

Pour déterminer s’il existait un lien entre la température de l’eau et la maladie, les auteurs de l’étude ont comparé les températures de surface de la mer à partir de l’heure et du lieu de chaque relevé, avec le déclin des étoiles de mer tournesol.

Leur analyse a révélé que les époques et les endroits où le plus grand nombre de morts avait été enregistré coïncidaient avec la présence d’eau anormalement chaude.

Il est peu probable que les forêts de varech en déclin du nord de la Californie se rétablissent si les oursins ne succombent pas eux-mêmes à une épidémie de peste, ou si leurs prédateurs naturels sont restaurés. Harvell pense que l’étoile de mer tournesol en péril devrait faire l’objet d’une attention particulière pour être ajoutée à la liste des espèces en voie de disparition des États-Unis, et qu’un plan de reconstitution formel pourrait être nécessaire.

Source : Science Advances

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1.7K Partages
1.7K Partages
Partager via
Copier le lien