article placeholder

portal-ble-systeme-realite-augmentee-hardware-supplementaire

À gauche, le dispositif additionnel démonté, incluant une batterie, un micro-ordinateur (pour augmenter la puissance de calcul), le dispositif Leap Motion (détection), un support imprimé en 3D et une sacoche de transport. Crédits : Huang Lab/Brown University
article placeholder

sentiments-fb

Tableau récapitulant les sentiments généralement ressentis par 307 utilisateurs après avoir consulté Facebook. Crédits : Hanna Krasnova et al.
article placeholder

compteurs-likes

Pour réduire le sentiment de mal-être que peuvent expérimenter certains utilisateurs, Facebook souhaite masque les compteurs de likes sous les publications. Crédits : Facebook
article placeholder

erreur-relative

Graphiques montrant les erreurs relatives du calcul flottant d'une carte de Bernouilli généralisée pour les valeurs 3, 5 et 7. Crédits : Bruce M. Boghosian et al. 2019
article placeholder

meteo-simulation

Les simulations de prévision météorologique nécessitent un très grand nombre de paramètres et variables initiaux. La moindre approximation sur la valeur de ces entrées peut entraîner une accumulation d'imprécisions et d'erreurs de calcul. Crédits : NASA
article placeholder

caracteristiques-pbits

Comparaison entre une une jonction tunnel magnétique (MTJ) à p-bits et un ordinateur classique LFSR. La MTJ nécessite bien moins d'énergie et de transistors. Crédits : William A. Borders et al. 2019
article placeholder

mram-pbit

La structure d'une jonction tunnel magnétique et la conception de la barrière d'énergie pour les applications MRAM et p bits. La jonction tunnel magnétique est constituée de couches ferromagnétiques libres et fixes qui prennent en sandwich une barrière de tunnel isolante mince. Le sens de l'aimantation de la couche libre, représentant les informations numériques 0 et 1, peut être modifié par une entrée électrique externe. Pour les applications MRAM, la barrière d'énergie entre les états 0 et 1 est conçue pour être grande par rapport à la fluctuation thermique, tandis que pour l'application p bits, elle est conçue pour être proche du niveau de fluctuation thermique tel que l'aimantation fluctue dans le temps. Crédits : Shunsuke Fukami/Kerem Camsari