6.5K Partages

La NASA est à la recherche de volontaires qui passeront huit mois ensemble dans un simulateur de vol spatial à l’Institut des problèmes biomédicaux de Moscou et testeront des aspects environnementaux similaires à ceux que les astronautes expérimenteront lors des prochaines missions vers la Lune et vers Mars.

Pour l’agence spatiale, le but de cette mission est d’étudier les effets du temps passé en isolement et en confinement (répercussions physiologiques et psychologiques) en préparation des futures missions d’exploration spatiale, notamment la mission Artemis sur la Lune, ainsi que des futures missions de longue durée sur Mars.

En effet, les astronautes expérimentent divers aspects de l’isolement et du confinement sociaux au cours de leurs missions dans l’espace et les chercheurs de la NASA travaillent à développer des méthodes et des technologies pour atténuer et contrer les problèmes potentiels liés aux futures missions de vol spatial qui risquent d’être très longues.

« Les participants connaîtront des aspects environnementaux similaires à ceux que les astronautes devraient expérimenter lors de futures missions vers Mars. Ces derniers devront également effectuer des missions spatiales simulées pendant leur séjour », indique un communiqué de la NASA.

nasa simulation spatiale

L’installation de la mission, à Moscou, en Russie. Crédits : NASA/Institute for Biomedical Problems

Cette nouvelle mission de huit mois suivra une étude de quatre mois qui a été effectuée l’année dernière et qui a simulé un voyage aller-retour vers la Lune, dans la même installation russe. À ce jour, la plus longue mission effectuée dans l’Institut, appelée Mars 500, a duré 520 jours et visait à simuler un voyage vers Mars.

nasa simulation spatiale

L’équipe qui a effectué la mission de simulation de 4 mois, en 2019. Crédits : NASA/Institute for Biomedical Problems

La NASA recherche des participants en bonne santé âgés de 30 à 55 ans, qui ont une expérience professionnelle dans le domaine de la science, la technologie, l’ingénierie ou en mathématique, qui doivent également maîtriser le russe et l’anglais et qui doivent bien entendu être prêts à passer 8 mois enfermés dans une simulation de vol spatial. Les participants titulaires d’un bachelor et d’autres qualifications (par exemple, une formation supplémentaire pertinente, une expérience militaire ou professionnelle) peuvent également être des candidats potentiels pour la NASA.

Vous aimerez également : Exploration lunaire et spatiale; la NASA présente ses « Accords Artemis »

Les participants seront également rémunérés pour leur temps passé à l’intérieur du simulateur. L’agence spatiale a stipulé qu’il existait « différents niveaux de rémunérations », selon si le participant est associé la NASA ou non, ou si le participant est un employé ou un entrepreneur de la NASA, ou non. À l’heure actuelle, ces montants ne sont pas encore connus.

Dans tous les cas, les résultats de missions au sol comme celle-ci aident la NASA à se préparer aux défis réels de l’exploration spatiale et fournissent des données scientifiques importantes pour résoudre certains de ces problèmes et développer des contre-mesures.

Sources : NASA (1), NASA (2)
nasa simulation spatiale

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

6.5K Partages
6.5K Partages
Partager via
Copier le lien