Soutenez le journalisme scientifique indépendant ! [et supprimez la pub]
[-20% avec le code 0pub20pourcent]
JE M'ABONNE

La NASA propose un nouveau modèle pour la forme de la bulle d’influence du Soleil, l’héliosphère, englobant notre système solaire

heliosphere
Un modèle mis à jour suggère une nouvelle forme pour la bulle d'influence du Soleil, l'héliosphère (en jaune). | NASA/Crédits: Opher, et al

Une nouvelle étude a permis aux scientifiques de la NASA de réimaginer l’héliosphère, entourant notre système solaire, et le résultat est bien différent de ce que l’on imaginait jusqu’à présent.

Jusqu’à présent, seuls deux objets créés par l’Homme ont voyagé au-delà des confins du Système solaire : les sondes spatiales Voyager 1 et Voyager 2 de la NASA. Il faut savoir qu’au-delà de l’héliosphère, la zone en forme de bulle allongée dans l’espace engendrée par les vents solaires, se trouve le vide interstellaire, séparant les systèmes stellaires au sein de notre galaxie.

Durant des années, les astronomes ont suggéré que l’héliosphère possède la forme d’une comète, avec une longue queue caractéristique qui aide à agir comme un bouclier, bloquant les rayons cosmiques entrants.

heliosphere
Certaines recherches antérieures suggèrent que l’héliosphère a une longue queue, un peu comme une comète, bien qu’un nouveau modèle pointe vers une forme différente. Crédits : Scientific Visualization Studio/Conceptual Imaging Lab/NASA

Mais selon de nouvelles recherches, sa forme pourrait être bien plus particulière que cela : un peu comme un « croissant dégonflé », selon un communiqué de la NASA. Pour concevoir le nouveau modèle, une équipe d’astronomes a examiné de plus près les données recueillies par l’Interstellar Boundary Explorer (IBEX) de la NASA. La mission a analysé les atomes neutres énergétiques, alors que les rayons cosmiques voyagent du Soleil vers l’extérieur, vers l’héliopause (la limite théorique où le vent solaire est arrêté par le milieu interstellaire), à environ 10 milliards de kilomètres de la Terre.

L’équipe a également examiné les données sur les particules chargées réfléchies vers le Système solaire interne, grâce à la mission Cassini de la NASA, ainsi que les mesures de la mission New Horizons, également de la NASA. Les astronomes ont découvert que plus le vent solaire s’éloignait du Soleil, plus il interagissait avec une quantité croissante de matière provenant de l’espace interstellaire. C’est avec toutes ces données en main que l’équipe s’est ensuite mise au travail pour élaborer un modèle 3D de l’héliosphère.

heliosphere
Un modèle mis à jour suggère que la forme de la bulle d’influence du Soleil, l’héliosphère (vue en jaune), peut être d’une forme de croissant dégonflé, plutôt que la forme de comète à longue queue suggérée par les précédents modèles. Crédits : NASA/Crédits : Opher, et al

Le nouveau résultat est bien plus particulier que la forme élégante de comète des modèles conventionnels précédents. Deux jets jaillissent du centre de ce « croissant », formé par le champ magnétique solaire. Par ailleurs, la forme générale est beaucoup plus petite, plus ronde et plus étroite que le modèle conventionnel.

À LIRE AUSSI :
Découverte d’une « super-Terre » presque aussi âgée que l’Univers

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !

J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Vous aimerez également : Solar Orbiter ; des photos prises au plus près du Soleil !

Connaître la forme de l’héliosphère pourrait s’avérer utile pour déterminer si d’autres systèmes stellaires pourraient également être protégés par une bulle similaire, et abriter ainsi la vie. En effet, il faut savoir que l’héliosphère bloque la plupart des rayons cosmiques galactiques, qui peuvent s’avérer dangereux, en particulier pour les astronautes.

À présent, les astronomes espèrent que l’Interstellar Mapping and Acceleration Probe (IMAP) de la NASA, dont l’objectif est l’étude du vent solaire et du milieu interstellaire local, pourra nous éclairer davantage sur la forme réelle de l’héliosphère de notre système solaire. La sonde, dont le lancement est prévu pour 2024, tentera également de mesurer le comportement des particules énergétiques et leur interaction avec le vent solaire.

Sources : Nature Astronomy, NASA

Laisser un commentaire
Plus d'articles
gènes cas sévères covid-19
Des scientifiques identifient 5 gènes clés liés aux cas de COVID-19 sévères
definition galaxie grande structure Une galaxie est une grande structure cosmique composée d'un assemblage d'étoiles, de gaz et de poussières. Il en existe plusieurs types, classés selon leur masse et leur morphologie, formées à différentes... [...]

Lire la suite