3.3K Partages

Dans la majorité des cas de cécité acquise, la perte de la vision provient d’une lésion partielle ou totale des nerfs optiques. Plusieurs méthodes, au cours des dernières décennies, se sont concentrées sur les yeux pour rétablir, avec un succès relativement médiocre, une vue partielle chez des personnes aveugles. Pour la première fois, des chercheurs ont développé un implant contournant les nerfs optiques endommagés pour acheminer l’information directement au cerveau.

Les chercheurs ont partiellement rétabli la vue des aveugles à l’aide d’un implant révolutionnaire qui relie les images perçues directement au cerveau. La nouvelle méthode, appelée Orion, utilise une caméra vidéo reliée à une paire de lunettes qui envoie des informations aux électrodes implantées directement dans le cortex visuel du cerveau, en contournant totalement les nerfs optiques lésés qui ne fonctionnent plus.

Une équipe de neurochirurgiens du Baylor Medical College au Texas et de l’Université de Californie à Los Angeles a réalisé l’opération chirurgicale sur six personnes, avec des résultats impressionnants.

Contourner les nerfs optiques lésés pour rétablir la vue

« Jusqu’à présent, les résultats sont prometteurs. Alors que nos sujets décrivent leur capacité à identifier l’emplacement de certains objets, ils ne voient pour l’instant ni formes ni bords nets ; ils voient un petit nombre de points de lumière correspondant à l’endroit où cet objet est situé » déclare William Bosking, professeur assistant de neurochirurgie.

Bien que les patients n’aient toujours pas une vision claire, ils sont maintenant en mesure de saisir des formes visuelles élémentaires, telles que l’emplacement du trottoir et de la pelouse ou la position d’une fenêtre. C’est suffisant pour faire une énorme différence dans leur vie quotidienne.

« Ce n’est peut-être pas encore une vision complète, mais c’est quelque chose. Et pour quelqu’un qui n’a rien vu depuis 25 ans, c’est un accomplissement énorme » explique Benjamin Spencer, l’un des sujets de l’étude ayant reçu l’implant.

voies optiques

Les nerfs optiques font transiter les impulsions lumineuses jusqu’aux cortex visuels, où l’information électrique est convertie en image. Dans les cas de cécité, les nerfs optiques sont souvent lésés, et l’information ne transite plus. Le nouvel implant contourne les nerfs optiques pour acheminer directement l’information au cortex visuel. Crédits : ProfxExpress

Les tentatives précédentes de restauration de la vue se sont souvent concentrées sur l’œil lui-même. Par exemple, une étude réalisée en 2018 dans laquelle des chercheurs ont implanté de minuscules photorécepteurs prothétiques en or dans les yeux de souris aveugles.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

La révolution de ce nouvel implant réside dans le fait qu’il contourne les nerfs optiques endommagés. L’implant est constitué de 60 électrodes pouvant transmettre des schémas de stimulation à la partie visuelle du cerveau.

Un espoir pour une restauration totale de la vue ?

Chez les patients qui ne sont pas nés aveugles, le cerveau peut toujours utiliser ces informations brutes pour reconstituer l’environnement qui les entoure. Le projet en est encore à ses balbutiements, après avoir été démontré avec succès sur une demi-douzaine de personnes. Néanmoins, les chercheurs sont optimistes sur le fait que leur technologie pourrait être affinée et exploitée dans les années à venir, au point de pouvoir éventuellement rendre une vue fonctionnelle à des aveugles.

Sur le même sujet : Un nouveau type d’implant rétinien artificiel a été créé et il pourrait à terme restaurer la vue de millions de personnes

Dans cette vidéo, les chercheurs expliquent leurs travaux et le fonctionnement de l’implant :

« Quand on pense à la vision, on pense aux yeux, mais l’essentiel du travail est fait dans le cerveau. Les impulsions lumineuses projetées sur la rétine sont converties en signaux neuronaux, qui sont transmis le long du nerf optique à des zones du cerveau » explique Daniel Yoshor, président et professeur de neurochirurgie à Baylor.

« Théoriquement, si nous avions des centaines de milliers d’électrodes dans le cerveau, nous pourrions produire une image visuelle riche. Pensez à une peinture qui utilise le pointillisme, où des milliers de petites taches se rejoignent pour créer une image complète. Nous pourrions potentiellement faire la même chose en stimulant des milliers de taches sur la partie occipitale du cerveau » conclut Yoshor.

Sources : Baylor College of Medicine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3.3K Partages
3.3K Partages
Partager via
Copier le lien