3.8K Partages

Aujourd’hui nous mettons en lumière 5 grenouilles récemment découvertes à Madagascar : elles sont vraiment minuscules, et trois d’entre elles sont totalement inconnues de la science. Ces dernières forment donc un nouveau genre, le genre Mini.

La plus grande de ces grenouilles mesure 14 millimètres (1.4 cm) et la plus petite d’entre elles mesure seulement 8 mm (0.8 cm), ce qui en fait non seulement certaines des plus petites grenouilles connues au monde, mais également certains des plus petits vertébrés connus !

Il s’agit de Mini mum, Mini scule, et Mini ature. Oui oui, ce sont vraiment leurs noms officiels.

Concernant ces noms, « nous avons été aussi surpris que vous », a déclaré le biologiste de l’évolution et auteur principal de l’étude publiée dans PLOS One, Mark Scherz. « Nous avons recherché dans toutes les bases de données que nous avons pu trouver et personne ne semblait avoir utilisé ces noms auparavant. À partir de là, les jeux de mots se sont mis en place », a-t-il ajouté.

La plus petite des grenouilles miniatures, Mini mum, a une taille variant entre 8 mm et 11 mm (soit à peu près l’équivalent d’un grain de riz) et peut clairement rivaliser avec la plus petite grenouille connue. La plus petite est Paedophryne amauensis, de Papouasie-Nouvelle-Guinée, et fait 7.7 mm. La plus grande de ces grenouilles récemment découvertes, Mini ature, ne mesure que 14 mm. Vous pourriez donc sans autre en mettre deux rien que sur un ongle.

Il faut savoir que Madagascar abrite environ 350 espèces de grenouilles, et beaucoup d’entre elles sont devenues minuscules au fil du temps, ce qui peut compliquer leur découverte. « Cela demande beaucoup de pratique et de patience. Vous pouvez passer une heure à chercher un individu, et ne pas réussir à l’attraper », explique Scherz. « Heureusement, ils sont souvent abondants localement, ce qui facilite un peu les choses », a-t-il ajouté.

grenouille mini scule

Une grenouille Mini ature. Crédits : Dr Andolalao Rakotoarison

Mais une fois que vous en avez trouvé une, la difficulté ne s’arrête pas là. « Lorsque les grenouilles deviennent petites, elles commencent à se ressembler remarquablement. Il est donc facile de sous-estimer leur diversité », a déclaré Scherz dans un communiqué de presse. Lui ainsi que son équipe de recherche ont dû recourir à la numérisation microCT pour identifier les différences minimes dans les os (et même les dents) de ces créatures absolument minuscules, afin de s’assurer qu’il s’agissait bien d’un genre nouveau et d’une espèce nouvelle.

Pourquoi Madagascar est-il le lieu idéal pour que des grenouilles miniatures y évoluent ?

« Ce n’est pas seulement à Madagascar, mais aussi en Asie du Sud-Est et en Amérique du Sud que de minuscules grenouilles évoluent encore et encore. Il doit y avoir une raison d’adaptation, ou du moins, cela ne doit pas être trop désavantageux, pour qu’elles ne soient pas éradiquées par la sélection naturelle », a déclaré Scherz. « Cela est très probablement lié au fait qu’elles peuvent explorer des habitats plus complexes, s’éloigner des prédateurs et puiser dans des ressources trop petites pour être exploitées par de plus grandes grenouilles », a-t-il ajouté.

grenouille mini scule mum madagascar

Voici une grenouille Mini scule. Crédits : Sam Hyde Roberts

« Cela signifie également que vous pouvez intégrer la même taille de population dans une zone plus petite », explique Scherz. « Madagascar… a un taux de déforestation extrêmement élevé. Un simple coup d’œil aux images de Google Earth montre clairement à quel point la déforestation a été grave dans cette région et combien d’habitats ont été détruits », a-t-il ajouté.

grenouille mini scule mum madagascar

Un cliché d’une grenouille Mini mum. Crédits : Dr Andolalao Rakotoarison

C’est pourquoi capturer l’attention et l’intérêt du public à l’aide de noms composés de jeux de mots n’est pas seulement frivole. En effet, cela peut les rendre plus attrayantes, et en ayant connaissance de ces espèces, les scientifiques pourront potentiellement faire le nécessaire à l’avenir pour les sauver, si leur habitat venait à disparaître totalement.

Ces nouveaux noms ont suscité de vives réactions, notamment au sein de la communauté scientifique. « Cela n’a pas empêché quelques personnes de dire que le botaniste suédois Linnaeus devait se retourner dans sa tombe », a déclaré Scherz. « Mais d’un autre côté, Linnaeus a également érigé le genre ‘‘Phallus’’, et si cela n’est pas une taxonomie humoristique, je ne sais pas qu’est-ce qui le serait », a-t-il continué.

Source : Plos One

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share via
3.8K Partages
3.8K Partages