6.7K Partages

L’adoption de nouvelles consonnes dans la prononciation des mots est un processus évolutif chez l’Homme. Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte, et des chercheurs ont récemment montré que l’essor de l’agriculture et de la préparation des aliments était l’un d’eux. En effet, la capacité à prononcer des sons en « f » et « v » proviendrait de la transformation de la structure de la mâchoire, induite par le changement de régime alimentaire apporté par l’agriculture.

Lorsque les humains sont passés aux aliments transformés après la propagation de l’agriculture, ils ont moins utilisé leurs dents. Cela a changé la croissance de leurs mâchoires, donnant aux adultes la supraclusion normale chez les enfants. En quelques milliers d’années, ces légères supraclusions ont permis aux personnes vivant des cultures agricoles de produire des sons comme « f » et « v », ouvrant ainsi un monde de mots nouveaux.

Ces nouvelles consonnes, appelées labiodentales, ont contribué à stimuler la diversification des langues en Europe et en Asie il y a au moins 4000 ans. Selon le linguiste et auteur principal, Balthasar Bickel, de l’Université de Zurich en Suisse, ils ont entraîné des changements tels que le remplacement de la loi proto-indo-européenne à l’ancienne langue anglaise il y a environ 1500 ans.

L’article montre « qu’un changement culturel peut modifier notre biologie de telle sorte qu’il affecte notre langue » déclare la morphologiste évolutionniste Noreen Von Cramon-Taubadel de l’université de Buffalo. Les résultats de l’étude ont été publiés dans la revue Science.

schemas labiodentales dents

La modélisation biomécanique montre que les sons labiodentaux tels que « f » sont plus faciles à produire (et à se produire accidentellement) sous obstruction et surjet (A) que sous morsure bord à bord (B), qui prévalait avant le néolithique (C). Les supraclusions ont persisté uniquement lorsque l’humain a été exposé aux régimes alimentaires plus souples, qui sont devenus caractéristiques de la production alimentaire (D versus E) et, plus récemment, à l’intensification de la transformation des aliments (F). Les deux développements ont conduit à une propagation des sons labiodentaux. Crédits : D. E. Blasi et al. 2019

Damián Blasi et Steven Moran du laboratoire de Bickel ont entrepris de tester une idée proposée par le linguiste américain Charles Hockett. Il a noté en 1985, que les langues des chasseurs-cueilleurs étaient dépourvues de labiodentales et avait supposé que leur régime alimentaire en était en partie responsable : le fait de mâcher des aliments fibreux exerce une force sur l’os de la mâchoire en croissance et appuie les molaires.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

En réponse, la mâchoire inférieure grossit et les molaires s’élargissent et dérivent en avant sur la mâchoire inférieure en saillie, de sorte que les dents supérieures et inférieures s’alignent. Cette morsure bord à bord rend plus difficile le fait de pousser la mâchoire supérieure vers l’avant pour toucher la lèvre inférieure, ce qui est nécessaire pour prononcer les labiodentales. Mais d’autres linguistes ont rejeté cette idée et Blasi a déclaré que lui-même, Moran et leurs collègues « s’attendaient à ce que Hockett ait tort ».

Premièrement, les six chercheurs ont utilisé une modélisation informatique pour montrer qu’avec une supraclusion, produire des labiodentales demande 29% moins d’efforts qu’avec une dentition bord à bord. Ensuite, ils ont examiné les langues du monde et ont découvert que les langues des chasseurs-cueilleurs ne représentent qu’un quart environ du nombre de labiodentales par rapport aux langues des sociétés agricoles.

Sur le même sujet : Comme se fait-il que les langues écrites se ressemblent dans le monde ?

Dans cette vidéo, les chercheurs présentent les résultats de leurs recherches :

Enfin, ils ont examiné les relations entre les langues et ont constaté que les labiodentales peuvent se répandre rapidement, de sorte que les sons peuvent devenir rares ou communs au cours des 8000 ans écoulés depuis l’adoption généralisée de l’agriculture et des nouvelles méthodes de transformation des aliments, telles que la mouture du grain en farine.

Bickel suggère qu’au fur et à mesure que les adultes développaient des supraclusions, ils ont accidentellement commencé à utiliser davantage « f » et « v ». En Inde et à Rome (durant l’antiquité), les labiodentales ont peut-être été une marque de statut, signalant un régime plus doux et une richesse, dit-il. Ces consonnes se propagent également à travers d’autres groupes linguistiques ; aujourd’hui, ils apparaissent dans 76% des langues indo-européennes.

Le linguiste Nicholas Evans de l’Australian National University de Canberra trouve « l’approche multi-méthodes du problème » de l’étude convaincante. Ian Maddieson, linguiste à l’Université du Nouveau-Mexique à Albuquerque, n’est pas sûr que les chercheurs aient correctement calculé les données labiodentales, mais convient que l’étude montre que des facteurs externes, tels que le régime alimentaire, peuvent modifier les sons de la parole.

Source : Science

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

6.7K Partages
6.7K Partages
Partager via
Copier le lien