Les poissons « parlent », et une nouvelle étude vous permet désormais de les entendre

Et certains depuis plus de 155 millions d’années.

poissons produisent aussi sons pour communiquer
Les Actinoptérygiens, dont font partie les poissons rouges. | Pixabay
⇧ [VIDÉO]   Vous pourriez aussi aimer ce contenu partenaire (après la pub)

L’utilisation du son comme moyen de communication est aisément reconnue chez les vertébrés terrestres et les mammifères marins comme les baleines et les dauphins. Elle l’est beaucoup moins chez les poissons, même si l’émission de leurs sons a déjà été captée à de nombreuses reprises. Une nouvelle étude de l’université Cornell (États-Unis) révèle que la grande majorité des poissons communiquent entre eux de cette façon pour attirer un partenaire, défendre une source de nourriture, ou encore indiquer aux autres leur localisation.

Certains poissons utiliseraient même le son à cette fin depuis plus de 155 millions d’années. « Nous savons depuis longtemps que certains poissons émettent des sons », a déclaré dans un communiqué l’auteur principal, Aaron Rice, chercheur au K. Lisa Yang Center for Conservation Bioacoustics. « Mais les sons émis par les poissons ont toujours été perçus comme de rares bizarreries. Nous voulions savoir s’il s’agissait de cas uniques ou s’il existait un modèle plus large de communication acoustique chez les poissons ».

Les actinoptérygiens représentent plus de la moitié des vertébrés

Aaron Rice s’est intéressé aux actinoptérygiens, une branche de poissons à nageoires rayonnées qui englobe plus de 34 000 espèces et représente plus de la moitié des vertébrés existants. Les chercheurs se sont plus précisément penchés sur 175 familles de ces vertébrés, dont les deux tiers des espèces sont capables de communiquer par le son. Ils ont envisagé une approche phylogénétique quantitative pour tester l’hypothèse selon laquelle la production de sons est un comportement ancien qui a évolué plus d’une fois chez les poissons à nageoires rayonnées, comme cela a été démontré pour les tétrapodes en 2020.

À LIRE AUSSI :
La santé des carlins est si fragile qu’ils ne peuvent pas être considérés comme des chiens typiques


En tout, les scientifiques ont utilisé trois sources d’information : des enregistrements existants et des articles scientifiques qui décrivent les sons des poissons, l’anatomie connue d’un poisson (s’il possède les bons outils pour émettre des sons, comme certains os, une vessie d’air et des muscles spécifiques aux sons), ainsi que des références dans la littérature du XIXe siècle avant l’invention des microphones sous-marins.

arbre phylogenetique actinoptérygiens
Le comportement sonifère cartographié sur l’arbre phylogénétique des familles d’actinoptérygiens : l’arbre montre trois différentes lignes de preuve du comportement sonifère utilisées ici et sa distribution phylogénétique. © Aaron N. Rice, Stacy C. Farina and al. 2022.

« Nos résultats soutiennent fortement l’hypothèse selon laquelle le comportement sonifère est ancien »

Sur 175 familles de poissons, deux tiers étaient donc susceptibles de communiquer par le son. La compilation des caractères morphologiques liés au son montre 60 familles présentant des muscles couplés à la vibration de la vessie natatoire et 39 familles qui utilisent le mouvement des parties du squelette les unes contre les autres. En effet, les adaptations et spécialisations des vertébrés aquatiques au fil du temps entrent en jeu dans la production de sons.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Cette dernière a ainsi évolué indépendamment au moins 33 fois au sein des actinoptérygiens. Le langage des poissons est apparu il y a environ 155 millions d’années, ce qui correspond à l’époque où les animaux terrestres dotés d’une colonne vertébrale ont également commencé à produire des sons. « Nos résultats soutiennent fortement l’hypothèse selon laquelle le comportement sonifère est ancien », écrit l’équipe dans son article. « Ensemble, ces résultats soulignent la forte pression de sélection favorisant l’évolution de ce caractère à travers les lignées de vertébrés ».

À LIRE AUSSI :
Des chauves-souris imitent les guêpes et les frelons pour éloigner les prédateurs


Toutefois, il ressort de l’étude des incertitudes liées à l’unique analyse des enregistrements de présence vocale : il se peut que d’autres groupes de poissons n’aient pas pu faire entendre leur « voix ». Les auteurs relèvent également s’être basés sur l’hypothèse de la conservation de la production de sons au niveau de la famille et sur un sous-échantillonnage des espèces. Malgré cela, les analyses montrent que ces modèles d’ascendance partagée sont robustes. Les groupes de poissons les plus bavards étaient le poisson-crapaud et le poisson-chat, nommés d’ailleurs d’après le son qu’ils émettent !

Qu’échangent les poissons entre eux par ce biais sonore ? Selon l’auteur principal de l’étude, ils tentent d’attirer un partenaire, de défendre une source de nourriture ou un territoire, ou encore de communiquer aux autres où ils se trouvent. Rice a l’intention de poursuivre sa découverte de nouveaux sons chez les espèces de poissons et de les ajouter à sa base de données. « Les poissons font tout : ils respirent de l’air, ils planent, ils mangent tout et n’importe quoi… à ce stade, rien ne me surprendrait concernant les poissons et les sons qu’ils peuvent émettre », conclut le chercheur.

Source : Ichthyology & Herpetology

Laisser un commentaire