Il y avait pratiquement autant de chasseuses que de chasseurs dans les Amériques durant le pléistocène

premieres chasseuse ameriques femmes
Illustration d'une chasseuse des Andes d'il y a 9000 ans. | Matthew Verdolivo/UC Davis IET Academic Technology Services

Pendant des siècles, les historiens et les scientifiques ont convenu que lorsque les premiers groupes humains partaient à la recherche de nourriture, les hommes chassaient et les femmes cueillaient. Cependant, selon une nouvelle étude menée à l’Université de Californie à Davis, une sépulture d’une chasseuse qui aurait vécu il y a 9000 ans dans les Andes en Amérique du Sud, révèle une histoire bien différente.

« Une découverte archéologique et une analyse des premières pratiques funéraires renverse l’hypothèse de longue date de « l’homme chasseur » », a déclaré Randy Haas, professeur adjoint d’anthropologie et auteur principal de l’étude, intitulée « Female Hunters of the Early Americas » et publiée dans la revue Science Advances. Elle a été menée en collaboration avec plusieurs laboratoires de l’UC Davis.

« Nous pensons que ces résultats sont particulièrement opportuns à la lumière des conversations contemporaines sur les pratiques de travail sexospécifiques et les inégalités », a-t-il ajouté. « Les pratiques de travail au sein des sociétés récentes de chasseurs-cueilleurs sont fortement sexuées, ce qui pourrait amener certains à croire que les inégalités sexistes pour des sujets comme le salaire ou le rang sont en quelque sorte « naturelles » ». Mais il est maintenant clair que la division sexuelle du travail était fondamentalement différente — probablement plus équitable — dans le passé profond des chasseurs-cueilleurs de notre espèce.

En 2018, lors de fouilles archéologiques sur un site en haute altitude appelé Wilamaya Patjxa dans l’actuel Pérou, les chercheurs ont découvert une sépulture contenant une boîte à outils de chasse avec des pointes de projectile et des outils de traitement des animaux.

Selon les chercheurs, les objets qui accompagnent les personnes dans la mort ont tendance à être ceux qui les ont accompagnés dans la vie. Il a été déterminé que le chasseur était probablement une femme, sur la base des conclusions de l’ostéologue de l’équipe, James Watson de l’Université de l’Arizona. L’estimation du sexe a ensuite été confirmée par l’analyse des protéines dentaires.

Cette illustration tirée du document des chercheurs montre des outils récupérés dans le sol de la fosse d’enfouissement, notamment des pointes de projectiles (1 à 7), des écailles non modifiées (8 à 10), des écailles modifiées (11 à 13), un éventuel couteau à manche (14), des grattoirs (15 et 16), des grattoirs/hachoirs (17 à 19), des pierres de brunissage (17, 20 et 21) et des nodules rouges ocre (22 à 24). Crédits : Randy Haas/UC Davis

Entre 30 et 50% de femmes parmi les chasseurs

La découverte surprenante de la tombe de la chasseuse a conduit l’équipe à se demander si elle faisait partie d’un modèle plus large de chasseuses ou s’il s’agissait d’un cas isolé. En examinant les enregistrements publiés des sépultures du pléistocène tardif et du début de l’holocène en Amérique du Nord et du Sud, les chercheurs ont identifié 429 individus sur 107 sites. Parmi ceux-ci, 27 individus étaient associés à des outils de chasse de gros gibier — 11 étaient des femmes et 15 des hommes. L’échantillon était donc suffisant pour « justifier la conclusion que la participation des femmes à la chasse de gros gibier n’était probablement pas triviale », ont déclaré les chercheurs.

L’analyse statistique montre qu’entre 30 et 50 pour cent des chasseurs de ces populations étaient des femmes. Ce niveau de participation contraste fortement avec les chasseurs-cueilleurs récents, et même les sociétés agricoles et capitalistes, où la chasse est une activité résolument masculine avec un faible taux de participation féminine, certainement inférieur à 30 pour cent, explique Haas. De plus, l’analyse a identifié la chasseuse de Wilamaya Patjxa comme étant la première inhumation de chasseur dans les Amériques. Ce qui suggère qu’au départ, il y avait peut-être encore plus de femmes chasseuses que ce que démontre l’étude (plus de 50%).

À LIRE AUSSI :
Homo sapiens et Néandertal : ils se sont battus pendant plus de 100'000 ans

Parker, expert médico-légal au département de toxicologie environnementale de l’UC Davis, a aidé à déterminer le sexe grâce à une technique protéomique qu’il a récemment développée. Dans le laboratoire du professeur Jelmer Eerkens, Jenny Chen, une chercheuse de premier cycle au moment de l’étude, a découvert la signature isotopique distincte de la consommation de viande dans les os, étayant davantage la conclusion que la femme de Wilamaya Patjxa était bien une chasseuse.

Si la recherche répond à une vieille question sur la division sexuelle du travail dans les sociétés humaines, elle en soulève également de nouvelles… L’équipe souhaite maintenant comprendre comment la division sexuelle du travail et ses conséquences à différentes époques et lieux ont changé parmi les populations de chasseurs-cueilleurs dans les Amériques.

Source : Science Advances

Plus d'articles
Homo sapiens Néandertaliens battus pendant 100'000 ans
Homo sapiens et Néandertal : ils se sont battus pendant plus de 100’000 ans