Première détection potentielle de la « singularité triangulaire », un mystérieux processus subatomique

premiere detection potentielle singularite triangulaire
premiere detection potentielle singularite triangulaire
⇧ [VIDÉO]   Vous pourriez aussi aimer ce contenu partenaire (après la pub)

Une équipe internationale de chercheurs affirme, après avoir passé en revue d’anciennes données issues d’accélérateurs de particules, avoir identifié des preuves d’un mystérieux processus subatomique proposé par le physicien russe Lev Landau dans les années 1950, mais qui n’a jamais été prouvé jusqu’à présent : la singularité triangulaire.

Dans les années 1950, le physicien Lev Landau a émis l’hypothèse de l’existence de la singularité triangulaire, un processus subatomique rare dans lequel les particules échangent leur identité avant de s’éloigner les unes des autres. Dans ce scénario, deux particules — appelées kaons — forment les deux coins du triangle, tandis que les particules qu’elles échangent forment le troisième point du triangle.

« Les particules concernées ont échangé des quarks et changé d’identité au cours du processus », déclare dans un communiqué Bernhard Ketzer, co-auteur de l’étude, publiée dans la revue Physical Review Letters, et membre de l’Institut Helmholtz de physique nucléaire et des rayonnements de l’université de Bonn.

On l’appelle une singularité parce que les méthodes mathématiques permettant de décrire les interactions entre les particules subatomiques s’effondrent. Si cet échange d’identité de particules s’est réellement produit, il pourrait aider les physiciens à comprendre l’interaction forte (ou force forte), qui lie les quarks au sein des nucléons (noyaux atomiques).

Singularité triangulaire : la clé pour la compréhension de l’interaction forte ?

En 2015, des physiciens étudiant les collisions de particules au CERN, en Suisse, pensaient avoir eu un bref aperçu d’un ensemble de particules exotiques de courte durée appelé tétraquark. Mais la nouvelle étude propose une interprétation différente — quelque chose d’encore plus étrange. Au lieu de former un nouveau groupe, une paire de particules a échangé son identité avant de disparaître. Cet échange d’identité est connu sous le nom de singularité triangulaire, et cette expérience pourrait avoir fourni de manière inattendue la première preuve de ce processus.

À LIRE AUSSI :
Des signes de neutrinos détectés pour la première fois au LHC

L’expérience COMPASS (Common Muon and Proton Apparatus for Structure and Spectroscopy) du CERN étudie l’interaction forte. Si la force a une fonction très simple (maintenir les protons et les neutrons ensemble), la force elle-même est d’une complexité vertigineuse, et les physiciens ont eu du mal à décrire complètement son comportement dans toutes les interactions. Pour comprendre l’interaction forte, les scientifiques de COMPASS font entrer en collision des particules à très haute énergie dans un accélérateur appelé Super Proton Synchrotron. Puis ils observent ce qui se passe.

Ils commencent par un pion (ou « méson pi »), composé de deux éléments fondamentaux, un quark et un antiquark. La force forte maintient le quark et l’antiquark collés ensemble à l’intérieur du pion. Contrairement aux autres forces fondamentales de la nature, qui s’affaiblissent avec la distance, l’interaction forte se renforce à mesure que les quarks s’éloignent les uns des autres (imaginez les quarks d’un pion attachés par un élastique).

Ensuite, les scientifiques accélèrent ce pion à une vitesse proche de celle de la lumière et le font entrer en collision avec un atome d’hydrogène. Cette collision brise le lien de force entre les quarks, libérant ainsi toute l’énergie accumulée. « Celle-ci est convertie en matière, ce qui crée de nouvelles particules », explique Ketzer. « Des expériences comme celles-ci nous fournissent donc des informations importantes sur l’interaction forte ».

representation singularite triangulaire
Représentation de la singularité triangulaire. La particule a1 produite lors de la collision se désintègre en deux particules K* et K-quer. Celles-ci interagissent entre elles pour produire les deux particules π et f0. © Bernhard Ketzer/Uni Bonn

Un signal confondu avec celui du tétraquark

En 2015, l’expérience COMPASS a analysé un nombre record de 50 millions de collisions de ce type et a trouvé un signal intriguant. À la suite de ces collisions, dans moins de 1% des cas, une nouvelle particule est apparue. Ils ont baptisé cette particule « a1 (1420) » et ont d’abord pensé qu’il s’agissait d’un nouveau groupement de quatre quarks — un tétraquark. Cependant, ce tétraquark était instable et s’est désintégré en d’autres éléments.

Les quarks se présentent normalement par groupes de trois (qui constituent les protons et les neutrons) ou par paires (comme les pions). Un groupe de quatre quarks était en effet une découverte rare. Mais la nouvelle analyse propose une interprétation encore plus étrange. Au lieu de créer brièvement un nouveau tétraquark, toutes ces collisions de pions ont produit quelque chose d’inattendu : la mystérieuse singularité triangulaire.

À LIRE AUSSI :
Des chercheurs recréent les conditions du noyau terrestre pour étudier le comportement du fer

Selon les chercheurs à l’origine de cette nouvelle analyse, le pion s’écrase sur l’atome d’hydrogène et se brise, toute l’énergie de la force forte produisant un flot de nouvelles particules. Certaines de ces particules sont des kaons, qui sont une autre sorte de paire quark-antiquark. Très rarement, lorsque deux kaons sont produits, ils commencent à prendre des chemins différents.

Ces kaons finiront par se désintégrer en d’autres particules plus stables. Mais avant cela, ils échangent l’un de leurs quarks avec l’autre, se transformant par la même occasion. C’est ce bref échange de quarks entre les deux kaons qui imite le signal d’un tétraquark. « Les particules impliquées ont échangé des quarks et changé d’identité au cours du processus », déclare Ketzer, qui est également membre du projet de recherche transdisciplinaire « Building Blocks of Matter and Fundamental Interactions » (TRA Matter). « Le signal résultant ressemble alors exactement à celui d’un tétraquark ».

Si vous tracez les trajectoires des particules individuelles après la collision initiale, la paire de kaons forme deux « jambes », et les particules échangées en forment une troisième entre elles, ce qui fait apparaître un triangle dans le diagramme, d’où le nom de ce processus.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Bien que les physiciens aient prédit l’existence des singularités triangulaires depuis plus d’un demi-siècle, cette expérience est la plus proche d’une première observation. Mais ce n’est pas encore gagné. Le nouveau modèle du processus impliquant des singularités triangulaires comporte moins de paramètres que le modèle des tétraquarks et correspond mieux aux données. Mais il n’est pas concluant, puisque le modèle original du tétraquark pourrait encore expliquer ces données.

À LIRE AUSSI :
Ce nouveau verre en carbone est presque aussi dur que du diamant !

Il s’agit néanmoins d’une idée intrigante. Si elle se confirme, elle constituera une puissante sonde de l’interaction nucléaire forte, car l’apparition de singularités triangulaires est une prédiction de notre compréhension de cette force, qui n’a pas encore été pleinement examinée.

Les protons, neutrons, pions et autres particules (appelées hadrons) ont une masse. Ils l’obtiennent grâce au mécanisme dit de Higgs, mais évidemment pas exclusivement : un proton a une masse environ 20 fois supérieure à celle qui peut être expliquée par le seul mécanisme de Higgs. « La part beaucoup plus importante de la masse des hadrons est due à l’interaction forte », explique Ketzer. « Cependant, la manière exacte dont les masses des hadrons se forment n’est pas encore claire. Nos données nous aident à mieux comprendre les propriétés de l’interaction forte, et peut-être les façons dont elle contribue à la masse des particules ».

Source : Physical Review Letters

Laisser un commentaire
  1. Plus les années passent et plus la science fait de nouvelles découvertes étranges et même spectaculaires et donc plus je me dis que dans une certaine mesure il y a de la magie dans notre univers. C’est fou que des particules changent carrément d’identité. Tout comme c’est fou que deux particules infiniment éloignées soient intriquées et s’échangent instantanément de l’information, même si elles sont éloignées à des milliards de milliards d’années lumières. Bref quand on y songe c’est de la magie. Encore plus quand on songe aux plausibles possibilités de monde parallèles etc, etc. C’est en soit une forme de magie… Même Einstein, bien que scientifique, parlait de voir Dieu à travers la science. Il était quand même convaincu de l’existence de Dieu. Serait ce Dieu qui fait de la magie ?
    Quand on essaie d’y réfléchir, avec toutes les étrangetés de l1 science, des choses qui se produisent dans l’univers, des théories et actions extraordinaires, on peut se demander si derrière tout ça il n’y a pas une intelligence qui échappe à notre compréhension, à notre esprit ? Surtout quand on pense que nous avons même pas atteint la compréhension de l’univers, du tout, ne serait-ce que le millième. Nous sommes à des années lumières de tout comprendre et il y a des choses que le cerveau humain même le plus intelligent des plus intelligents qui n’ait jamais existé, n’arrivera à comprendre. Tant de choses échappent au cerveau humain le plus brillant.
    Il doit forcément y avoir une vraie magie dans l’univers et pas que de manière métaphorique.
    Einstein refusait de croire que tout ce qui se déroule dans l’univers soit le fruit du hasard. Il parlait de particule de Dieu et ce n’était pas qu’une métaphore.
    D’ailleurs, tout ce qui a existé, existe et existera dans l’univers sont fait de la même matière ; l’atome. Et nous sommes aussi fait d’atome. L’univers est donc relié, nous sommes reliés à tout ce qui existe dans notre univers. Il y a même d’imminents scientifiques qui ont fait des travaux et études extrêmement poussés sur le cerveau et qui ont découverts que lorsque nous mourront les atomes de notre cerveau, particulièrement ceux de la mémoire continuent d’exister après notre mort En fait leurs travaux tendent à démontrer qu’une partie des informations du cerveau, de notre mémoire, s’échappent sous formes d’atomes dans l’univers.
    D’autant que les atomes qui nous composent continueront d’exister infiniment. D’une certaine manière c’est comme si on avait la preuve que nous sommes éternels puisque après la mort nos atomes continuent d’exister en se propageant dans l’univers.
    Alors, à y réfléchir, la magie n’est elle pas réelle ? On aura beau faire toujours de nouvelles découvertes on arrivera jamais à tout comprendre, car des choses tellement complexes se produisent quelles échapperont toujours à notre compréhension.
    Il y a de la magie dans la science, dans l’univers, dans tout. Le fait même d’exister est magique. Il a fallu seulement un atome de plus qu’un anti-atome pour que l’univers lui même soit tel qu’il est, qu’il soit réel. C’est de la magie.

  2. Ce bestiaire de particules élémentaires semble bien volumineux… Pas de chance pour ceux qui espèraient trouver le « niveau ultime »…

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

definition neutron Le neutron est une particule subatomique de charge électrique nulle qui, avec le proton, constitue les noyaux des atomes, et plus généralement la matière baryonique. De nombreux domaines d'application se... [...]

Lire la suite

Dans le Modèle Standard, les hadrons sont des particules composites constituées de quarks liés entre eux par... [...]

Lire la suite