Quel est le rôle de l’appendice chez les humains ?

quel est le role appendice
| SA

L’appendice est un petit sac sans fermeture qui dépasse du caecum, le début du gros intestin. L’appendice est souvent considéré comme un artefact inutile de l’évolution ; environ 1 personne sur 100 000 naît sans appendice et environ 1 personne sur 20 contracte l’appendicite (inflammation de l’appendice). Pendant longtemps, après les travaux de Darwin, les scientifiques l’ont donc considéré comme un pseudo-organe résiduel sans réelle fonction. Cependant, des études au cours des dernières années ont montré que l’appendice possède des fonctions utiles pour notre organisme.

Charles Darwin a suggéré que l’appendice était un organe résiduel de nos ancêtres qui mangeaient des feuilles, les aidant potentiellement à digérer la nourriture. Alors que ces ancêtres ont évolué pour s’appuyer sur un régime à base de fruits plus facile à digérer, Darwin a supposé que l’appendice ne remplissait plus sa fonction, tout comme le petit os du coccyx triangulaire à la base de la colonne vertébrale humaine, un reste d’os de queue de nos lointains ancêtres.

Cependant, si Darwin avait su alors ce que les scientifiques savent aujourd’hui sur l’appendice, il n’aurait jamais suggéré que ce soit un vestige sans valeur de l’évolution, indique William Parker, professeur de chirurgie à la Duke University School of Medicine de Durham. En 2007, Parker et ses collègues ont découvert que l’appendice pouvait servir de réservoir de bactéries intestinales utiles, celles qui aident le corps à digérer les aliments.

Le rôle de l’appendice dans le microbiote intestinal et le système immunitaire

Lorsque les maladies éliminent les bonnes et mauvaises bactéries de l’intestin, de bonnes bactéries peuvent émerger dans l’environnement sécuritaire de l’appendice pour aider à restaurer l’intestin dans un état sain. De plus, l’appendice possède une concentration élevée de tissu lymphoïde. Ce tissu génère des globules blancs connus sous le nom de lymphocytes, qui aident à renforcer les réponses du système immunitaire aux germes envahisseurs, ce qui suggère que l’appendice peut aider à fabriquer, diriger et entraîner ces cellules immunitaires.

À LIRE AUSSI :
Origines de la COVID : quels éléments alimentent le débat ?
schema mecanisme immunite appendice
Schéma illustrant le mécanisme par lequel le système immunitaire humain participe à la maintenance d’un réservoir protégé de bactéries intestinales saines dans l’appendice. Dans et à partir de celui-ci, les bactéries génèrent un biofilm participant à l’immunité intestinale. © R. Randal Bollinger et al. 2007

Lorsque les chercheurs ont enquêté sur l’évolution de l’appendice dans le règne animal, ils ont découvert que l’appendice existait dans l’évolution des mammifères depuis au moins 80 millions d’années, bien plus longtemps que prévu si l’appendice était vraiment un vestige. De plus, ils ont également découvert que l’appendice avait évolué indépendamment au moins 32 fois chez les mammifères, chez des espèces aussi diverses que les orangs-outans, les wombats, les ornithorynques, les castors, les koalas, les porcs-épics et les lamantins.

« Lorsque nous avons examiné les espèces qui ont un appendice, nous n’avons trouvé aucun point commun dans le régime alimentaire, ni aucune information sur leurs interactions sociales ou modes de vie, mais les espèces qui avaient un appendice avaient une forte concentration de tissu immunitaire dans cette zone, donc étant donné ce point commun, on pourrait présumer une fonction commune », explique Parker.

Les conséquences d’une évolution sans appendice

Si l’appendice disparaissait dans une société de chasseurs-cueilleurs, il y aurait certainement bien plus de décès dus aux maladies infectieuses. Ensuite, sur une longue période, sur des millions d’années, un système physiologique évoluerait lentement, fonctionnant de la même manière qu’un appendice pour limiter les décès parmi les individus.

Si l’appendice disparaissait dans une société ayant développé l’agriculture après que les gens aient commencé à vivre en colonies, les décès seraient bien plus nombreux. Les gens auraient commencé à vivre dans des zones surpeuplées, et avec un assainissement médiocre, les maladies se propageraient davantage, selon les chercheurs.

Des transplantations fécales pour compenser l’absence d’appendice

Cependant, si l’appendice disparaissait dans une société moderne après la révolution industrielle, les gens auraient des antibiotiques pour les aider à survivre. Néanmoins, sans appendice, les individus n’auraient pas le réservoir de bactéries utiles de l’appendice pour les aider à se remettre d’infections nocives. Et lorsque cela se produit, des transplantations fécales peuvent être nécessaires.

À LIRE AUSSI :
Origines de la COVID : quels éléments alimentent le débat ?
schema greffe fecale
Sans appendice, les humains auraient bien plus souvent recours aux transplantations (ou greffes) fécales afin de restaurer un microbiote intestinal sain. © AFA

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Ces procédures de plus en plus courantes transfèrent les bactéries provenant des excréments de personnes en bonne santé dans les intestins de patients souffrant de problèmes intestinaux, via un tube ou une capsule placé dans la gorge ou dans le rectum. L’idée est que la greffe amènera des bactéries saines dans les intestins envahis par des bactéries pathogènes. Ces dernières peuvent devenir plus courantes à mesure que les antibiotiques sont surutilisés et que les germes développent une résistance à ces médicaments.

Les risques liés à l’appendicite

L’un des avantages potentiels d’un monde sans appendices est la disparition de l’appendicite. Dans le monde, il y a plus de 10 millions de cas d’appendicite chaque année, et jusqu’à 50 000 personnes en meurent chaque année. L’appendicectomie, ou ablation chirurgicale de l’appendice, est l’une des chirurgies abdominales les plus fréquemment pratiquées. Si nous n’avions pas d’appendice en premier lieu, il n’y aurait aucun décès dû aux appendicites.

Cependant, des travaux antérieurs ont suggéré que l’appendicite pourrait être due à des changements culturels liés à la société industrialisée et à l’amélioration de l’assainissement. L’idée est que ces changements ont laissé nos systèmes immunitaires avec trop peu de travail, augmentant les risques de dysfonctionnement.

Laisser un commentaire