Coronavirus : Un nouveau revêtement antiviral pour protéger les surfaces jusqu’à 90 jours

coronavirus revetement
| AFP

Des chercheurs de l’Université des sciences et technologies de Hong Kong (HKUST) ont déclaré avoir développé un revêtement antiviral et antimicrobien qui pourrait fournir jusqu’à 90 jours de protection contre les bactéries et les virus, tels que le nouveau coronavirus SARS-CoV-2.

Les scientifiques ont travaillé durant dix ans pour développer le revêtement, appelé MAP-1. Bien qu’il n’ait pas été spécialement développé pour lutter contre la pandémie actuelle du nouveau coronavirus, SARS-CoV-2, il se pourrait qu’il tombe à pic. À présent, après plus d’une année de tests cliniques, le produit va enfin être commercialisé.

Les chercheurs estiment que ce dernier pourrait être pulvérisé sur des surfaces fréquemment utilisées par les habitants, comme les boutons d’ascenseur et les mains courantes. « Ces endroits sont fréquemment touchés et, en même temps, servent de moyen très efficace pour la transmission des maladies », a déclaré Joseph Kwan, professeur adjoint de l’HKUST et l’un des principaux chercheurs de l’équipe qui a développé le produit.

Le revêtement qui se forme après la pulvérisation contient des millions de nanocapsules contenant des désinfectants, qui, selon Kwan, restent efficaces pour tuer les bactéries, les virus et les spores, même après que le revêtement a complètement séché. Contrairement aux méthodes de désinfection courantes, telles que l’eau de Javel diluée et l’alcool, « le revêtement MAP-1 est encore renforcé par des polymères thermosensibles qui encapsulent et libèrent des désinfectants au contact humain », a déclaré Kwan.

revetement anti virus
Un homme montre comment pulvériser MAP-1, un revêtement antimicrobien et antiviral qu’une équipe de chercheurs universitaires présente comme efficace pour neutraliser les virus, les bactéries et les spores. Ici dans un appartement à Hong Kong, en Chine, le 21 avril 2020. Crédits : Reuters/Yoyo Chow

Selon les chercheurs, le revêtement est non toxique et sans danger pour la peau et l’environnement. Après des tests cliniques effectués cette année dans un hôpital de Hong Kong ainsi que dans un Home pour personnes âgées, le revêtement a été mis à la disposition du commerce par Germagic, une unité du partenaire industriel de l’HKUST, soit Chiaphua Industries Ltd.

Une commercialisation du produit prévue pour le mois prochain

Le revêtement a été approuvé pour une utilisation officielle et grand public en février 2020, et arrivera dans les magasins de Hong Kong le mois prochain.

À LIRE AUSSI :
COVID : les mesures de confinement ont réduit de 95 000 les décès liés à la pollution atmosphérique

À Hong Kong, c’est à l’aide d’un organisme de bienfaisance local que le revêtement non toxique a déjà été pulvérisé autour des maisons de plus d’un millier de familles à faible revenu. « J’ai l’impression que cela a renforcé notre protection contre le virus », a déclaré Law Ha-yu, une mère de deux enfants dont son habitation a récemment été vaporisée avec le revêtement.

coronavirus revetement
Des conduites d’eau (à gauche) avec revêtement MAP-1 et une autre conduite d’eau (à droite) sans revêtement. Crédits : HKUST

Les chercheurs ont également déclaré que les centres commerciaux, les écoles et les centres d’entraînement sportifs de la ville avaient adopté le revêtement. L’application du revêtement dans les écoles coûte entre 20’000 HK (∼2400 EUR) et 50’000 HK (∼6000 EUR), selon la taille de la zone pulvérisée. La société prévoit également d’introduire des versions à usage domestique de 50ml et 200ml, avec des prix allant de 70 à 250 HK (soit 8.3 à 29.7 EUR).

Source : Hong Kong University of Science and Technology

Laisser un commentaire