Tout comme le virus de la grippe et d’autres coronavirus, le SARS-CoV-2 pourrait devenir saisonnier

covid19 saison
| CNS

Tandis que les cas de personnes infectées par le coronavirus SARS-CoV-2 continuent d’augmenter à travers le monde, les épidémiologistes pensent de moins en moins que le virus sera amené un jour à disparaître naturellement. Tout comme le virus de la grippe et d’autres coronavirus actuellement en circulation parmi les populations humaines, il devrait s’inscrire dans un cadre saisonnier, disparaissant au printemps et en été pour revenir en autonome et en hiver.

Les experts pensent que le coronavirus COVID-19 deviendra probablement une partie permanente du répertoire des virus respiratoires humains. « Il va rester avec nous pendant un certain temps — il est endémique dans les populations humaines et ne disparaîtra pas sans vaccin », déclare Amesh Adalja, expert en maladies infectieuses au Johns Hopkins Center for Health Security.

Le virus provoque une maladie, appelée COVID-19, caractérisée par de la fièvre, de la toux et parfois des infections pulmonaires graves. Au moins 3000 personnes sont décédées et plus de 90’000 sont tombées malades, principalement en Chine. Le président chinois Xi Jinping et le président Donald Trump ont tous deux exprimé leur optimisme quant à la météo printanière imminente, car la chaleur pourrait empêcher la propagation du virus d’une manière similaire à la grippe saisonnière.

COVID-19 : un coronavirus amené à devenir un virus saisonnier ?

C’est peut-être le cas, selon Adalja : « La fréquence de transmission pourrait diminuer et ainsi nous donner le temps de faire passer un vaccin à plus grande échelle avant sa prochaine apparition ». Mais cela ne signifie pas pour autant que le coronavirus disparaîtra définitivement.

À LIRE AUSSI :
La communauté scientifique condamne la Déclaration de Great Barrington sur l'immunité collective

Si SARS-CoV-2 finit par fluctuer avec les saisons comme la grippe, il pourrait reculer en été et revenir chaque année en automne et en hiver. « Nous savons que les virus respiratoires sont très saisonniers, mais pas exclusivement. On pourrait espérer que le printemps progressif aidera à faire reculer ce virus. Nous ne pouvons pas en être sûrs », explique William Schaffner, spécialiste des maladies infectieuses à l’Université Vanderbilt.

2019 ncov
Le coronavirus SARS-CoV-2, responsable de COVID-19, observé au microscope électronique. Comme le virus de la grippe et d’autres coronavirus, il pourrait devenir saisonnier. Crédits : CDC Chine

Les virus respiratoires sont saisonniers car les températures plus fraîches renforcent la membrane qui entoure les particules virales pendant qu’elles sont dans l’air. Une coquille plus solide leur permet de survivre assez longtemps dans les airs pour voyager d’une personne à l’autre. Le virus de la grippe, par exemple, survit mieux dans des températures fraîches et sèches, selon Amanda Simanek, épidémiologiste à l’Université du Wisconsin.

Sur le même sujet : La protéine du coronavirus vient d’être cartographiée, ouvrant la voie à un vaccin

Le début des propagations communautaires

Quatre autres coronavirus humains sont déjà endémiques dans la population mondiale. Ils sont tous saisonniers et provoquent généralement un rhume léger, bien que chacun puisse provoquer une pneumonie. Selon Adalja, le nouveau coronavirus pourrait très bien être lui aussi maintenant membre du club des coronavirus en circulation constante.

Mercredi, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) ont signalé le premier cas possible de « propagation communautaire » de coronavirus aux États-Unis. Le patient est dans un hôpital de Sacramento, en Californie. Cela signifie que le nouveau coronavirus se propage d’une personne à l’autre aux États-Unis, a déclaré Adalja, plutôt que seulement parmi celles récemment revenues de Chine.

Plus d'articles
sonde osiris rex atterrit succes asteroide bennu cellecte echantillons
C’est un succès ! La sonde OSIRIS-REx s’est posée sur l’astéroïde Bennu pour collecter des échantillons