766 Partages

Après que le scientifique chinois He Jiankui ait choqué la communauté scientifique et le monde entier en annonçant, le mois dernier, avoir modifié les gènes d’embryons humains, ce dernier a mystérieusement disparu de la surface de la planète. Mais à présent, il a été retrouvé : le New York Times rapporte que des gardes le retiennent dans une maison d’hôtes de son université, la Southern University of Science and Technology, en Chine.

À l’heure actuelle, nous ne savons pas si ces gardes travaillent pour le gouvernement chinois, l’université ou une autre organisation, mais leur présence est le dernier signe démontrant que la recherche transgressive de Jiankui a bouleversé l’équilibre délicat de la communauté de la recherche en génétique et des systèmes de réglementation, suscitant des représailles.

Le gouvernement chinois a condamné le travail du chercheur après son annonce en lançant une enquête et en lui interdisant de poursuivre ses recherches. Cependant, ce qui n’était pas clair, c’était de savoir si sa disparition était le résultat de cette décision ou de sa détention quelque part pour d’autres raisons.

À présent, le Times a découvert qu’il résidait dans une maison d’hôtes universitaire habituellement utilisée pour accueillir des érudits en visite, où une douzaine de gardes en civil ont refusé de s’identifier à un journaliste du Times. L’endroit n’est cependant pas étranger à Jiankui : en effet, c’est dans cet environnement universitaire qu’il a effectué certains de ses travaux.

Sur le même sujet : Les bébés génétiquement modifiés par CRISPR-Cas9; 6 questions qui persistent

Selon le Times, le chercheur peut communiquer par courrier électronique et par téléphone, et a correspondu avec des collègues de travail. « Il a été extrêmement irresponsable envers les employés, les partenaires et les investisseurs », a déclaré Liu Chaoyu, avec qui He a cofondé la société de tests génétiques Vienomics.

Liu a vu He pour la dernière fois le jour avant la conférence, au cours de laquelle il a révélé l’existence des bébés génétiquement modifiés. « Il n’a discuté de rien avec nous avant de faire son annonce, et nous avons dû tout gérer de manière inattendue », a ajouté Liu Chaoyu.

La police de Shenzhen ainsi que l’université, n’ont pas souhaité émettre de commentaires à ce sujet. En réalité, il a été interdit à tous les employés de l’université de s’adresser à la presse, selon un message obtenu par le journal.

Dans tous les cas, ce qui est clair, c’est que le travail sans précédent de ce chercheur a provoqué une onde de choc, non seulement à travers l’écosystème de la recherche, mais également à travers les puissants mécanismes du gouvernement international.

À l’heure actuelle, de nombreuses questions subsistent encore sur les méthodes utilisées par le chercheur, celui-ci n’ayant pas encore publié de synthèse dans une revue scientifique, ni permis à des pairs d’évaluer son travail. Il n’a également pas donné d’informations quant à l’état de santé actuel des deux bébés.

Source : NY Times

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

766 Partages
766 Partages
Partager via