Les scientifiques d’ExxonMobil avaient prédit avec précision le réchauffement climatique dès les années 1970

prévisions Exxon réchauffement climatique
| Matthew Brown/Associated Press
⇧ [VIDÉO]   Vous pourriez aussi aimer ce contenu partenaire (après la pub)

Les grandes industries du gaz et du pétrole affirment depuis des années qu’aucun lien de causalité n’aurait pu être établi entre l’usage des combustibles fossiles et le réchauffement climatique du fait de l’incertitude des modèles utilisés à l’époque. Une étude publiée dans Science prouve qu’au moins l’une d’entre elles, ExxonMobil, disposait au contraire d’un aperçu très clair de l’impact planétaire de ses activités.

Selon l’analyse publiée dans Science, réalisée par des chercheurs de Harvard et du Potsdam Institute for Climate Impact Research, les projections établies en interne par ExxonMobil à partir de la fin des années 1970 sur l’impact des combustibles fossiles sur le changement climatique étaient très précises, et « conformes à celles prévues par les modèles universitaires et gouvernementaux indépendants ». Ils avaient non seulement prédit que le réchauffement climatique anthropique serait détectable en l’an 2000 (± 5 ans), mais aussi estimé la quantité de CO2 qui conduirait à un réchauffement dangereux.

C’est en 2015 que des journalistes d’investigation ont découvert des mémos internes à l’entreprise révélant que la compagnie pétrolière savait depuis longtemps que ses produits pourraient avoir des effets environnementaux dramatiques. Mais personne ne s’était penché avec attention sur les données numériques et graphiques incluses dans ces documents. Dans cette étude, Geoffrey Supran, du Département de l’histoire des sciences de Harvard, et deux collaborateurs ont donc entrepris d’évaluer l’exactitude de ces prévisions. « Nous avons découvert qu’entre 1977 et 2003, d’excellents scientifiques d’Exxon ont modélisé et prédit le réchauffement climatique avec, franchement, une compétence et une précision choquantes », a déclaré Supran.

:: LE T-SHIRT QUI SOUTIENT LA SCIENCE ! ::
Montrez au monde votre passion pour l'espace et que vous soutenez aussi la lutte contre le réchauffement climatique.

De modèles et analyses « remarquablement fiables »

Naomi Oreskes, professeure d’histoire des sciences et co-auteure de l’étude, ajoute que non seulement leurs prévisions étaient extrêmement précises, mais qu’elles étaient souvent plus justes que les prévisions faites par des scientifiques universitaires et gouvernementaux indépendants exactement au même moment ! Malgré ces prévisions, le géant multinational de l’énergie a passé les deux décennies suivantes à nier les faits, en mettant l’accent sur les incertitudes, ou en dénigrant les modèles climatiques.

Les auteurs de l’étude ont analysé 32 documents produits en interne par des scientifiques et des responsables d’ExxonMobil entre 1977 et 2002, ainsi que 72 publications scientifiques à comité de lecture rédigées ou co-écrites par des scientifiques d’ExxonMobil entre 1982 et 2014. Ils ont découvert qu’Exxon disposait d’une série de modèles et d’analyses remarquablement fiables, prévoyant avec une grande précision le réchauffement climatique dû aux émissions de CO2 au cours des prochaines décennies.

Pour tester les performances de ces modèles, Supran et ses co-auteurs ont utilisé les techniques statistiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Ils ont constaté que 63 à 83% des projections établies par les scientifiques d’Exxon se sont avérées exactes. À titre de comparaison, les prévisions du scientifique de la NASA James Hansen, présentées au Congrès américain en 1988, ont obtenu des scores allant de 38 à 66%. L’équipe a calculé que les prévisions d’Exxon avaient un « score de compétence » moyen de 72% (± 6%) — ce qui signifie qu’elles étaient vraiment très proches de la réalité.

résumé modèles prévisions réchauffement climatique Exxon
Résumé des projections de réchauffement climatique rapportées par les scientifiques d’ExxonMobil dans des documents internes entre 1977 et 2003 (lignes grises), superposées aux changements de température historiquement observés (en rouge). Les lignes grises pleines indiquent les projections modélisées par les scientifiques d’ExxonMobil eux-mêmes ; les lignes en pointillés indiquent les projections reproduites en interne à partir de sources tierces. Les nuances de gris correspondent aux dates des projections, de la plus ancienne (1977 : la plus claire) à la plus récente (2003 : la plus sombre). © G. Supran et al.

Ces modèles prévoyaient que les émissions de CO2 entraîneraient un réchauffement climatique moyen de 0,20 °C par décennie, avec une marge d’erreur de 0,04 °C — une tendance qui s’est avérée (malheureusement) largement exacte. Les scientifiques d’Exxon avaient estimé que ce réchauffement d’origine humaine serait détectable dès l’an 2000, à plus ou moins cinq ans.

Un discours destiné à rejeter la faute sur les consommateurs

Supran et Oreskes avaient déjà publié en 2017 une série d’articles analysant les 40 ans de communication d’Exxon sur le climat : ils ont conclu qu’il y avait « une divergence systématique » entre ce qu’Exxon disait en interne et dans les cercles universitaires et ce que l’entreprise déclarait au grand public. En 2021, ils ont également publié une étude sur la rhétorique des communications d’ExxonMobil sur le changement climatique, dans laquelle ils expliquent comment la compagnie a subtilement façonné le discours public sur le sujet — une stratégie que les auteurs de l’étude assimilent à « la propagande de l’industrie du tabac ».

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Dans cette étude, ils soulignent par exemple que le fait d’employer le terme de « risque » climatique permettait à Exxon de minimiser la réalité et la gravité du changement climatique. De même, le fait de parler de « demande » des consommateurs et non d’« offre » de combustibles avait pour but de rejeter la responsabilité du réchauffement climatique sur les consommateurs. Exxon déclarait également que les énergies renouvelables n’étaient pas fiables.

Cette nouvelle étude, qui évalue les connaissances d’Exxon d’un point de vue qualitatif prouve aujourd’hui à quel point le grand public a été dupé pendant des années. « Nous avons maintenant des preuves totalement irréfutables qu’Exxon a prédit avec précision le réchauffement climatique des années avant de faire volte-face et d’attaquer publiquement la science du climat et les scientifiques », conclut Supran.

À savoir que des compagnies pétrolières et gazières font aujourd’hui l’objet de poursuites judiciaires par plusieurs États et villes, pour leur « connaissance scientifique interne de longue date des causes et des conséquences du changement climatique et des campagnes de tromperie du public ».

Source : G. Supran et al., Science

Laisser un commentaire