596 Partages

Pour la toute première fois, des chercheurs ont réussi à reprogrammer les cellules souches d’une femme de 114 ans, la donneuse de cellules souches la plus âgée à ce jour.

Dans un premier temps, les scientifiques ont transformé les cellules de son échantillon de sang en cellules souches pluripotentes induites (CSPi), puis ont produit des cellules souches mésenchymateuses, qui aident à maintenir et à réparer les tissus comme les os, le cartilage et la graisse. « Nous avons décidé de répondre à une grande question : est-il possible de reprogrammer des cellules aussi anciennes ? », déclare le biologiste spécialisé en cellules souches Evan Snyder, du Sanford Burnham Prebys Medical Discovery Institute, en Californie. « À présent, nous avons démontré que cela peut être fait, et que nous avons un outil précieux pour trouver les gènes ainsi que d’autres facteurs qui ralentissent le processus de vieillissement », a-t-il ajouté.

cellules souches pluripotentes

Les cellules souches pluripotentes induites (CSPi ; iPS en anglais) peuvent se transformer en n’importe quelle cellule du corps. Crédits : SBP Medical Discovery Institute

Les cellules souches, une véritable mine d’or pour les scientifiques

Les cellules souches sont de véritables mines d’informations pour les chercheurs car elles permettent d’étudier les maladies, le cancer, le vieillissement ainsi que la régénération comme jamais auparavant.

Les cellules souches qui ont le plus de valeur pour les scientifiques sont les cellules souches embryonnaires (CSE). Cependant, leur acquisition soulève certains problèmes éthiques. De ce fait, obtenir ces cellules reste difficile à ce jour. À savoir que les CSE sont des cellules souches pluripotentes issues de la masse cellulaire interne d’un embryon préimplantatoire au stade de blastocyste (un embryon humain atteint le stade de blastocyste 4 à 5 jours après la fécondation et consiste en un amas de 50 à 150 cellules).

cellule souche embryonaire

Des cellules souches embryonnaires (CSE). Crédits : Science Photo Library/Steve Gschmeissner/Getty Images

Fort heureusement, des cellules somatiques ou des cellules souches adultes peuvent être trouvées chez tout être humain et nous avons aujourd’hui la technologie pour reprogrammer génétiquement ces unités en cellules souches pluripotentes induites, qui sont presque aussi importantes que les CSE.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Cependant, jusqu’à présent, nous ne savions pas exactement pendant combien de temps les cellules d’un adulte restent programmables de cette manière. En effet, tandis que certaines recherches antérieures suggèrent que les cellules souches plus anciennes ne peuvent pas être reprogrammées, ces dernières années, les scientifiques ont été en mesure de générer des CSPi à partir du sang d’individus centenaires.

Qu’en est-il des « supercentenaires » ?

Actuellement, dans le monde entier, nous ne connaissons que 28 personnes âgées de plus de 110 ans. Cette population est unique et est difficile à étudier en raison de la taille limitée de cette tranche de la population (qui fait qu’il n’y a pas assez de données).

Néanmoins, jusqu’à présent, les recherches ont démontré que les supercentenaires non seulement vieillissent plus lentement, mais qu’ils montrent également une immunité mystérieuse contre les maladies chroniques liées à l’âge, comme la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson, qui ne semblent pas avoir grand-chose à voir avec le mode de vie. « Pourquoi les supercentenaires vieillissent-ils si lentement ? Nous sommes maintenant prêts à répondre à cette question comme jamais auparavant », affirme Snyder.

Pour ce faire, l’équipe a reprogrammé les lymphoblastes de trois donneurs : la femme supercentenaire, une personne de 43 ans en bonne santé et un enfant de 8 ans atteint d’une maladie qui provoque un vieillissement rapide. Non seulement les cellules de la supercentenaire se sont transformées en CSPi aussi facilement que les autres, mais les télomères (séquences d’ADN « protecteurs » qui se trouvent aux extrémités de nos chromosomes et qui rétrécissent avec l’âge) ont également été réinitialisés à des niveaux plus jeunes.

Vous aimerez également : Un nouveau type de cellule souche permettant la croissance des os a été identifié

Certes, cette réinitialisation des télomères ne s’est pas produite aussi fréquemment dans les cellules plus anciennes (seulement un tiers du temps). Néanmoins, les scientifiques expliquent que ce qu’ils ont pu réaliser à ces occasions équivalait à faire reculer l’horloge cellulaire de 114 ans à zéro. Ce qui est absolument fascinant. « Ces données indiquent qu’un âge extrême n’est pas un obstacle absolu à la reprogrammation des cellules souches avec restauration de la longueur des télomères », expliquent les chercheurs.

De plus, leur technique n’a nécessité que quatre facteurs de reprogrammation : un nombre gérable qui permettra aux scientifiques de voir comment ces cellules souches supercentenaires se comportent à long terme.

Les scientifiques affirment également que la reprogrammation des cellules de donneurs à partir de donneurs âgés est possible, et qu’en procédant ainsi avec des échantillons rétrospectifs, nous pourrions être en mesure d’étendre ce petit bassin de donneurs.

À présent, les auteurs de l’étude espèrent que leurs recherches nous permettront de mieux étudier comment et pourquoi les supercentenaires vivent si longtemps et sont si extraordinairement résistants aux maladies dégénératives.

Source : Biochemical and Biophysical Research Communications

cellule souche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

596 Partages
596 Partages
Partager via
Copier le lien