Se termine dans
00 Days
00 Hrs
00 Mins
00 Secs
Expiré
-50% sur l'abonnement Premium !
OK, JE SUPPRIME LES PUBS !

Des scientifiques ont eu recours à l’édition de gènes pour guérir l’herpès chez la souris. À présent, ils espèrent que cette percée changera le dialogue autour de la recherche concernant ce virus, et qu’elle permettra de mettre en pratique l’idée que nous pouvons commencer à penser à une guérison, plutôt qu’à un contrôle du virus.

Dans une étude historique, des chercheurs ont utilisé avec succès l’édition de gènes pour éliminer le virus de l’herpès oral (HSV-1, soit le virus Herpes simplex de type 1) chez la souris. Tandis que les recherches précédentes se sont principalement concentrées sur le traitement et la suppression des symptômes parfois douloureux de l’herpès, cette étude a adopté une approche plus radicale, en tentant d’éliminer complètement le virus.

« Le grand défi ici est de faire cela dans des tubes à essai, puis chez un animal », a déclaré Keith Jerome, chercheur au Fred Hutchinson Cancer Research Center de l’Université de Washington et auteur principal de la nouvelle étude. « J’espère que cette étude changera le dialogue autour de la recherche concernant l’herpès, et appuiera l’idée que nous puissions commencer à penser à une guérison, plutôt qu’au simple contrôle du virus », a-t-il ajouté.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, environ deux tiers de la population mondiale de moins de 50 ans sont porteurs du virus. Durant leur essai, les chercheurs ont livré une charge virale aux souris, qui a coupé l’ADN du virus à deux endroits en utilisant deux types de « ciseaux génétiques », ou techniques d’édition de gènes. En utilisant les deux techniques ensemble, « nous avons pu déchirer le virus », ont expliqué les chercheurs.

En effet, cette technique a permis d’éliminer environ 90% du virus. Un pourcentage qui, selon les chercheurs, est suffisant pour faire en sorte que le virus ne se manifeste plus. « Nous utilisons une double méganucléase qui cible deux sites sur l’ADN du virus », a déclaré l’auteure Martine Aubert, scientifique senior chez Fred Hutch. « Lorsqu’il y a deux coupures, les cellules semblent dire que l’ADN du virus est trop endommagé pour être réparé et d’autres acteurs moléculaires interviennent pour le retirer du corps cellulaire », a ajouté Aubert.

Vous aimerez également : le virus de l’herpès provoque des signes de maladie d’Alzheimer dans les cellules du cerveau

Les chercheurs ont ainsi réussi à réduire de 92% la présence d’ADN viral à l’intérieur des tissus nerveux des souris, là où le virus est généralement en dormance. Et bien que les chercheurs aient utilisé des souris, selon eux, cette technique pourrait également fonctionner chez les humains : « Les niveaux d’élimination du HSV observés dans ces études, s’ils étaient traduits chez l’Homme, réduiraient probablement de manière significative la réactivation et les lésions du HSV », ont écrit les chercheurs dans leur article.

Ils suggèrent également que leurs études pourraient mener à un remède. Dans un prochain essai, l’équipe tentera de faire la même chose pour le virus responsable de l’herpès génital (HSV-2 : Herpes simplex de type 2).

Sources : Nature Communications, News Medical Live Sciences

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.