Réchauffement climatique : un tiers des plateformes de glace antarctiques menace de s’effondrer

rechauffement climatique tiers plateformes glace antarctique menace effondrer
| NOAA

En Antarctique, de nombreuses structures glaciaires épaisses ayant l’apparence de plateformes de glace constituent la banquise. Avec le réchauffement climatique, ces structures accumulent de l’eau de fonte en surface dont l’infiltration progressive provoque, à terme, la fissuration de la glace. À grande échelle, cela signifie que des dizaines de milliers de tonnes de glace pourraient s’effondrer, conduisant à une augmentation du niveau des mers. Des chercheurs ont récemment estimé que ce phénomène pourrait affecter jusqu’à un tiers des structures de glace antarctiques.

Environ un tiers des plateformes de glace retenant d’énormes glaciers en Antarctique risquent de s’effondrer si l’humanité ne prend pas suffisamment de mesures contre le changement climatique, selon de nouvelles projections. Les structures de glace entourant le continent sont vulnérables à l’eau de fonte à leur surface, ce qui provoque la fissuration et la désintégration de la glace, un processus connu sous le nom d’hydrofracturation.

Une modélisation informatique effectuée par Ella Gilbert de l’Université de Reading (Royaume-Uni) et Christoph Kittel de l’Université de Liège (Belgique), a montré que si le monde se réchauffe de 4 °C par rapport aux niveaux préindustriels, 34% des plateformes de glace du continent accumuleraient de l’eau de fonte à leur surface, signe qu’elles risqueraient de s’effondrer.

plateforme larsen b effondrement
Images montrant l’effondrement progressif de la plateforme glaciaire Larsen B en Antarctique. © NEO/Rosamund Pearce

L’impact de l’augmentation des températures

Cependant, ce chiffre tombe à 18% si l’augmentation des températures est contrôlée à 2 °C. Le monde se dirige actuellement vers une une augmentation de 2.9 °C, mais, s’ils étaient mis en œuvre, les plans climatiques et les objectifs zéro émission réduiraient ce chiffre à 2.1 °C. « Le réchauffement de 2 °C signifie que la moitié de la banquise risque de s’effondrer. Tel est le message : moins il y a de réchauffement, mieux c’est », déclare Gilbert.

À LIRE AUSSI :
Fukushima : ce qu'il faut savoir sur le plan de rejet des eaux contaminées

Elle et Kittel ont utilisé un modèle climatique de résolution beaucoup plus élevée que les recherches précédentes, avec des carrés de grille de 35 kilomètres de diamètre plutôt que de centaines de kilomètres de diamètre. Il représente également plus précisément la physique des nuages, ce qui est essentiel, car les estimations de la zone à risque d’effondrement dépendent de la quantité de glace perdue remplacée par les chutes de neige.

fonte ruissellement eau plateforme glace
Graphique montrant la fonte (ME), le ruissellement (RU) et l’équilibre de masse surfacique (SMB) en gigatonnes par année pour la période historique 1980-2009 (Historical) et pour les trois scénarios d’élévations des températures. © Gilbert & Kittel, 2021

La grande différence entre les scénarios d’augmentation de 2 °C et 4 °C provient du fait que la fonte l’emporte sur l’impact des chutes de neige dans un monde plus chaud de 4 °C. La plate-forme de glace Larsen C, à l’est de la péninsule antarctique, où un énorme iceberg s’est détaché en 2017, s’est avérée être l’une des zones les plus à risque.

Une élévation du niveau des mers allant jusqu’à 10 cm

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

« Cette étude montre que la fonte à la surface des plateformes de glace se propage vers le sud dans des parties du continent où d’énormes réservoirs de glace intérieure risquent de perdre leur barrière protectrice. Si cela se produit, nous pouvons nous attendre à une augmentation rapide de l’élévation du niveau de la mer le long de chaque littoral de notre planète », déclare Andrew Shepherd de l’Université de Leeds.

L’étude ne donne pas de chiffres sur l’augmentation du niveau de la mer dans le cas où les structures glaciaires s’effondreraient et libéreraient les glaciers dont elles dépendent. Cependant, selon les chercheurs, cela pourrait potentiellement contribuer à des dizaines de centimètres d’élévation. Éviter une élévation du niveau de la mer de 10 centimètres devrait exposer 10 millions de personnes de moins dans le monde aux risques d’inondations.

À LIRE AUSSI :
Extinction de masse en approche : les espèces marines fuient les eaux de l’équateur

Helene Seroussi, du Jet Propulsion Lab de la NASA, indique que la grande avancée de l’étude consiste à utiliser un modèle à plus haute résolution. Alors que la recherche identifie les plates-formes de glace qui pourraient être hydrofracturées, Seroussi explique qu’une analyse plus approfondie de la façon dont les plates-formes de glace se déplacent — le « régime de stress dynamique » — est nécessaire pour déterminer celles qui s’effondreront réellement.

Sources : Geophysical Research Letters

Laisser un commentaire