Un vaccin COVID-19 expérimental à préparer soi-même est déjà utilisé par une poignée d’individus

vaccin coronavirus covid-19 nasal spray
| Tim Sloan/Staff/Getty Images

Un « kit de vaccin COVID-19 » non approuvé (ni pour son efficacité ni pour sa sûreté) a été distribué par un groupe appelé The Rapid Deployment Vaccine Collaborative (ou RADVAC), et personne ne sait s’il fonctionne réellement et quels en sont les risques. Les ingrédients de ce vaccin arrivent par la poste, dans le but d’être préparés par les destinataires, chez eux ou dans leur laboratoire.

La collaboration RADVAC, composée de plus de 20 scientifiques, technologues et « passionnés de science », dont certains sont affiliés à l’Université Harvard et au MIT, n’a pas demandé l’autorisation de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis avant de concevoir son vaccin ou avant de l’utiliser. Le groupe n’a pas non plus demandé l’approbation d’un comité d’éthique avant de lancer le projet et de se porter volontaire avec ses propres sujets de test dans ce qui pourrait être considéré comme un essai clinique non officiel, selon le MIT Technology Review. Les membres ont également distribué du matériel pour les vaccins à des dizaines d’individus dans leurs cercles sociaux. La FDA n’a pas immédiatement répondu aux questions du MIT Technology Review, quant à savoir si l’initiative pouvait être considérée comme légale.

Cependant, le généticien Preston Estep, qui a fondé RADVAC et qui en est le scientifique en chef, a déclaré que la FDA n’a pas compétence sur le projet car les participants mélangent et administrent le vaccin eux-mêmes, sans payer de frais de collaboration en échange. Il reste à voir si la FDA pourrait intervenir pour réglementer le projet, d’autant plus que de plus en plus de personnes apprennent l’existence de ce vaccin expérimental et le prennent. « Nous ne suggérons pas que les gens changent de comportement s’ils portent des masques, mais [le vaccin] fournit potentiellement plusieurs couches de protection », a déclaré Estep. Cependant, à l’heure actuelle, RADVAC n’a pas encore de preuves que le vaccin déclenche une réponse immunitaire adéquate pour être protectrice par rapport à la maladie COVID-19.

À LIRE AUSSI :
Des chercheurs découvrent des organismes mangeurs de virus

Le groupe a commencé à mener des études pour répondre à cette question. Certaines de ces études sont menées dans le laboratoire de Harvard du généticien George Church, qui a déjà pris deux doses du vaccin. (À noter qu’Estep est un ancien étudiant diplômé et collaborateur actuel du laboratoire de Church). « Je pense que nous courons un risque beaucoup plus grand avec la COVID [qu’avec le vaccin expérimental], compte tenu de toutes les formes existantes de la maladie et de la variabilité des conséquences », a déclaré Church. Ce dernier a également ajouté que, bien qu’il pense que le vaccin est sûr (en l’absence de données prouvant que c’est le cas), il estime que « le plus grand risque est qu’il soit inefficace ».

vaccin nasal coronavirus
Le généticien Preston Estep (à gauche) a dirigé la conception d’un vaccin nasal COVID-19. Son mentor, le généticien de l’Université Harvard George Church (à droite), l’a testé en juillet. Crédits : MS Tech/Alex Hoekstra

Que ce vaccin expérimental assure ou non une protection contre le coronavirus, il faut savoir que les vaccins comportent toujours un certain risque d’effets secondaires. Les plus de 30 vaccins candidats COVID-19 testés dans le cadre d’essais cliniques doivent subir plusieurs séries de tests d’efficacité et de sécurité pour être approuvés. Dans les premiers essais, les concepteurs de vaccins surveillent les effets secondaires aigus qui surviennent peu de temps après l’administration du vaccin, qui peuvent inclure un gonflement, une rougeur et une douleur au niveau du site d’administration, ou potentiellement de la fièvre. Dans les essais cliniques avancés, ils peuvent surveiller les effets secondaires qui peuvent survenir lorsqu’une personne vaccinée est exposée au virus dans un scénario réel.

Un effet secondaire qui pourrait survenir lors de l’exposition est connu sous le nom de la facilitation de l’infection par des anticorps (ou ADE, de l’anglais Antibody-dependant enhancement) : un phénomène rare qui rend paradoxalement le corps plus vulnérable aux infections sévères après la vaccination, et qui a déjà été observé dans des études animales sur des vaccins contre les coronavirus liées au SARS-CoV-2, le virus qui cause la COVID-19.

À LIRE AUSSI :
Un groupe a fait un concert à l'intérieur de bulles en plastique, tout comme son public

De ce fait, auto-expérimenter avec le vaccin de RADVAC n’est « pas la meilleure idée – en particulier dans ce cas, car vous pourriez aggraver les choses en déclenchant l’ADE », a expliqué George Siber, l’ancien responsable des vaccins de la société pharmaceutique Wyeth. « Vous avez vraiment besoin de savoir ce que vous faites ici », a-t-il ajouté. Siber a également ajouté que, compte tenu des ingrédients du vaccin et de sa voie d’administration (par le nez), il n’est pas sûr qu’il soit suffisamment puissant pour être réellement protecteur, même s’il s’avère sûr.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

En juillet, RADVAC a publié un livre blanc détaillant la recette du vaccin, avec une clause de non-responsabilité stipulant que toute personne utilisant ces informations doit être un adulte consentant, basé aux États-Unis, qui accepte de « prendre l’entière responsabilité » de l’utilisation de ces informations, du vaccin et du matériel requis pour la production et l’administration de ce dernier. RADVAC a également ajouté que, en outre, toute personne accédant au site doit d’abord « reconnaître et accepter que toute utilisation de ces informations pour développer et autoadministré une substance est un acte d’auto-expérimentation », dont la légalité peut différer selon l’endroit où vous vivez.

Sous les avertissements se trouvant dans le document, le groupe décrit la formulation du vaccin, qui contient de courts fragments de protéines, appelés peptides, trouvés sur le coronavirus. Ces peptides ne peuvent pas causer la maladie COVID-19 à eux seuls, mais devraient en théorie être reconnus par le système immunitaire et inciter à la construction d’anticorps capables de cibler et de désactiver le virus. Cela dit, selon le MIT Technology Review, Estep a appelé Siber à propos du vaccin plus tôt cette année, et Siber lui aurait dit que les peptides courts ne provoquent pas systématiquement une forte réponse immunitaire.

À LIRE AUSSI :
COVID-19 : une potentielle immunité remise en cause par les cas de réinfection

Sur le même thème : Une récente étude indique les facteurs clés qui réduiraient la transmission du coronavirus

En plus des peptides, le vaccin RADVAC contient du chitosane, une substance présente dans les coquilles de crustacés comme les crevettes, selon le livre blanc. Dans ce cas, le chitosane est destiné à enrober les peptides et à faciliter leur délivrance à travers les tissus muqueux du nez. Les développeurs de RADVAC ont choisi d’administrer leur vaccin par le biais d’un spray nasal, plutôt que par injection, dans le but de déclencher une forte réponse immunitaire localisée dans le nez, où l’infection COVID-19 s’installe souvent en premier lieu.

Il faut savoir que les tissus muqueux, comme celui du nez, ont leur propre flotte spécialisée de cellules immunitaires qui aident à protéger les tissus quelque peu perméables contre les débris et les agents pathogènes. Idéalement, un vaccin COVID-19 efficace déclencherait à la fois cette réponse immunitaire localisée et une réponse immunitaire systémique dans tout le corps. Certains experts partagent le point de vue de RADVAC, dans le sens où ils pensent que les vaccins COVID-19 administrés par le nez seraient plus protecteurs que les vaccins injectables.

vaccin nasal coronavirus
Un individu s’administre un vaccin nasal expérimental, à faire soi-même, contre le coronavirus. Ici, le 26 avril 2020 dans un lieu inconnu de Boston, aux États-Unis. Crédits : Alex Hoekstra

Cependant, Siber a déclaré au MIT Technology Review qu’il n’avait connaissance d’aucun vaccin existant à la fois basé sur des peptides et qui était administré par le nez : des études seraient nécessaires pour confirmer que ces vaccins pourraient déclencher de manière fiable une réponse immunitaire robuste. Bien que la théorie sous-jacente puisse se révéler vraie, l’efficacité des vaccins individuels ne peut être démontrée que par une analyse rigoureuse de la réponse immunitaire du corps. Et pour l’heure, RADVAC n’a pas terminé de telles études.

À LIRE AUSSI :
Des microrobots capables de rétablir les connexions et les communications entre les neurones

C’est en n’ayant présenté aucune preuve que le vaccin offre une protection contre la maladie COVID-19, ou qu’il est sûr à administrer, que les chercheurs ont déjà distribué du matériel pour le vaccin à des individus dans leurs cercles sociaux. « Nous avons livré du matériel à 70 personnes. Ils doivent le mélanger eux-mêmes, mais nous n’avons pas eu de rapport complet sur le nombre de personnes qui l’ont pris », a déclaré Estep.

Source : MIT Technology Review, RADVAC

Plus d'articles
scientifiques proposent lever confinement pour individus moins vulnérables couv
Des chercheurs proposent de lever totalement le confinement pour les individus les moins vulnérables