Une seule dose du vaccin Pfizer suffirait à procurer une immunité de 90% après 21 jours

une dose vaccin pfizer immunite 90 pourcent 21 jours
| GALLUP

Selon une nouvelle analyse de l’UEA des données de terrain issues du programme de vaccination de masse d’Israël, une dose unique du vaccin Pfizer/BioNTech serait plus protectrice que ce qui a été affirmé précédemment. Elle confèrerait une protection d’environ 90% contre la COVID-19 en 21 jours — le temps que le corps réagisse au vaccin et constitue les défenses nécessaires.

L’analyse des données, réalisée par des chercheurs de l’Université d’East Anglia avec un financement du gouvernement britannique, va à l’encontre d’une étude antérieure d’Israël qui suggérait qu’une seule dose pourrait ne pas conférer une protection adéquate. En effet, le professeur Nachman Ash, responsable de la vaccination en Israël, a déclaré le mois dernier qu’une seule dose semblait « moins efficace que nous le pensions », et que la protection était également inférieure à ce que Pfizer avait suggéré (52% après une seule dose).

Mais le professeur Paul Hunter et le Dr Julii Brainard affirment maintenant que leur nouvelle analyse des données montre une protection élevée peu de temps avant l’administration de la deuxième dose, à 21 jours. Toutefois, ils avertissent que le risque d’infection a doublé au cours des huit premiers jours suivant la vaccination, et ce peut-être parce que les gens deviennent moins prudents, alors que de plus, l’effet du vaccin est incomplet.

Espacer davantage les deux doses pour protéger un maximum de personnes

Le Royaume-Uni a pris la décision d’administrer les deuxièmes doses des vaccins Pfizer/BioNTech et Oxford/AstraZeneca jusqu’à 12 semaines après la première dose, pour maximiser le nombre de personnes protégées. Les résultats de l’étude, qui n’a pas été revue par des pairs, ont été publiés sur medRxiv.

« Mais cette décision a suscité des critiques de la part de certains milieux, en partie parce que l’on pensait qu’une seule injection pourrait ne pas conférer une immunité suffisante », a déclaré Hunter de l’école de médecine de Norwich de l’UEA. « Un récent document préimprimé non révisé par des pairs, basé sur l’expérience d’Israël, a examiné les données de 500’000 personnes qui avaient reçu le vaccin Pfizer. Il indique qu’une seule dose pourrait ne pas fournir une protection adéquate. […] Mais nous avons constaté un certain nombre de défauts dans la façon dont ils ont examiné les données, notamment le fait qu’ils n’ont pas tenté d’estimer l’efficacité du vaccin à partir du 18e jour. Cela aurait donné une meilleure indication de l’efficacité d’une seule dose du vaccin si la deuxième dose était retardée de 12 semaines ».

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

À LIRE AUSSI :
Des chercheurs ont mis au point un vaccin révolutionnaire contre la polyarthrite rhumatoïde

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Les chercheurs indiquent également que le nombre de cas en Israël a augmenté parmi ceux qui ont reçu une première dose jusqu’à huit jours après la vaccination, puis a diminué. « Étonnamment, l’incidence quotidienne des cas a fortement augmenté après la vaccination jusqu’au huitième jour environ – doublant approximativement. Nous ne savons pas pourquoi il y a eu cette augmentation initiale du risque d’infection, mais elle pourrait être liée au fait que les gens sont moins prudents quant au maintien de comportements protecteurs dès qu’ils ont reçu l’injection », a déclaré Hunter.

« Nous avons constaté que l’efficacité du vaccin était encore pratiquement nulle jusqu’à environ 14 jours après que les gens ont été vaccinés. Mais après le 14e jour, l’immunité a augmenté progressivement de jour en jour pour atteindre environ 90% au 21e jour, puis ne s’est plus améliorée. Toute l’amélioration observée s’est produite avant toute deuxième injection », ajoute-t-il. Cela montre qu’une seule dose de vaccin est hautement protectrice, même s’il faut parfois jusqu’à 21 jours pour y parvenir.

Il estime que cela devrait être rassurant pour le Royaume-Uni et le reste du monde. Les chercheurs ne savent pas combien de temps la protection durera après une seule injection, mais « nous ne verrons probablement pas de baisse importante au cours des neuf semaines suivantes », ajoute Hunter.

Source : medRxiv

Laisser un commentaire
Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.