Un vaccin antipaludique montre une haute efficacité lors d’un essai clinique en Afrique

vaccin antipaludique montre haute efficacite essai clinique afrique
| AFP

Le paludisme (ou malaria) est une maladie infectieuse due à un parasite appelé Plasmodium, transmis par les moustiques. Il constitue la parasitose la plus répandue dans le monde, avec 220 millions de malades et plus de 400 000 décès par an, majoritairement de jeunes enfants. Un vaccin antipaludique mis au point par des chercheurs britanniques a récemment montré d’excellents résultats lors d’un essai clinique sur plus de 400 enfants africains. En effet, le vaccin a atteint 77% d’efficacité, ce qui est supérieur aux 75% imposés comme objectif par l’OMS.

Un vaccin contre le paludisme s’est avéré très efficace lors d’essais en Afrique, offrant la possibilité réelle de réduire le nombre de morts d’une maladie qui tue chaque année 400 000 enfants, pour la plupart en bas âge. Le vaccin, mis au point par des scientifiques du Jenner Institute de l’Université d’Oxford, a montré jusqu’à 77% d’efficacité dans un essai de 12 mois portant sur 450 enfants au Burkina Faso.

La course au vaccin antipaludique dure depuis près d’un siècle. L’un des candidats, le vaccin Mosquirix développé par GlaxoSmithKline, a fait l’objet de longs essais cliniques, mais n’est que partiellement efficace, prévenant 39% des cas de paludisme et 29% des cas de paludisme grave chez les jeunes enfants en Afrique. Il est piloté par l’Organisation mondiale de la santé dans certaines régions du Kenya, du Ghana et du Malawi.

Le vaccin Oxford est le premier à atteindre l’objectif de l’OMS de 75% d’efficacité contre la maladie parasitaire transmise par les moustiques. Des essais de plus grande envergure commencent maintenant, impliquant 4800 enfants dans quatre pays. Le professeur Adrian Hill, directeur du Jenner Institute, où le vaccin anti-COVID Oxford/AstraZeneca a été développé, déclare que ce vaccin a le potentiel de réduire considérablement le nombre de morts.

À LIRE AUSSI :
Une mystérieuse startup a administré une thérapie génique à des patients atteints de démence
cycle vie parasite paludisme
Schéma détaillant le cycle de vie du parasite Plasmodium. © AFP/OMS

« Ce que nous espérons faire, c’est ramener ces 400 000 décès à ‘plus que’ des dizaines de milliers au cours des cinq prochaines années, ce qui serait absolument fantastique », déclare Hill. D’autres interventions, telles que les moustiquaires imprégnées et les médicaments antipaludiques, ont réduit le nombre de morts d’un million par an, et celles-ci doivent se poursuivre. Mais, si le vaccin pouvait réduire le nombre de décès à des dizaines de milliers, les acteurs de la santé pourraient peut-être se tourner vers un objectif plus grand : éradiquer à terme le paludisme.

200 millions de doses par an en cas d’approbation d’urgence

Hill indique que l’institut pourrait demander une approbation d’urgence pour le vaccin antipaludique, tout comme il l’a fait pour le vaccin anti-COVID. « Je fais valoir avec autant de force que possible que, parce que le paludisme tue beaucoup plus de personnes que la COVID en Afrique, qu’il faut penser à l’autorisation d’utilisation d’urgence d’un vaccin antipaludique à utiliser en Afrique. Et cela n’a jamais été fait auparavant ».

L’institut demanderait probablement aux organismes de réglementation en Europe ou au Royaume-Uni un avis scientifique sur le vaccin, puis demanderait à l’Organisation mondiale de la santé d’approuver son utilisation dans le pays. Le Serum Institute a dû retarder la livraison du vaccin anti-COVID au reste du monde en raison de l’énorme augmentation des cas en Inde, mais a promis de livrer 200 millions de doses par an du vaccin antipaludique s’il est autorisé.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

À LIRE AUSSI :
Des chercheurs identifient l'un des mécanismes clés du trouble bipolaire

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Hill précise que le meilleur scénario est l’approbation d’ici la fin de 2022, date à laquelle l’Institut aurait une capacité suffisante. Cyrus Poonawalla et Adar Poonawalla, respectivement président et PDG du Serum Institute, ont déclaré dans un communiqué qu’ils étaient « très heureux de voir ces résultats sur un vaccin antipaludique sûr et très efficace qui sera disponible dans le monde entier ». Le projet a été réalisé en collaboration avec Oxford et Novavax, qui fournit l’adjuvant, une substance qui améliore la réponse du système immunitaire.

Jusqu’à 77% d’efficacité

Les enfants participant à l’essai, publié dans la revue The Lancet, étaient âgés de 5 à 17 mois et vivaient à Nanoro, une région englobant 24 villages avec une population d’environ 65 000 personnes. Ils ont été divisés en trois groupes : deux avaient été vaccinés, mais avec une dose d’adjuvant faible ou élevée, tandis que le troisième groupe recevait un vaccin contre la rage, agissant ainsi comme témoin. Les enfants ont reçu trois doses et ont depuis reçu un autre rappel. Le vaccin Mosquirix est également administré en quatre doses. L’efficacité était de 77% dans le groupe adjuvant à dose élevée et de 74% dans le groupe recevant la dose la plus faible.

« Nous pouvons mettre fin au paludisme dans notre génération, mais seulement si les gouvernements investissent dans la recherche nécessaire pour fournir les nouveaux médicaments et produits qui peuvent accélérer la fin de cette terrible maladie. Les travaux novateurs de l’Institut Jenner sur les nouveaux vaccins COVID-19 et contre le paludisme en sont un excellent exemple et démontrent à quel point la sécurité de l’humanité dépend de la nouvelle science. Un vaccin antipaludique efficace et sûr serait une arme supplémentaire extrêmement importante dans l’arsenal nécessaire pour vaincre le paludisme, qui tue encore plus de 270 000 enfants chaque année », conclut Gareth Jenkins, de Malaria No More UK.

Sources : The Lancet

Laisser un commentaire
Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.