Au cours des derniers mois, plusieurs laboratoires pharmaceutiques se sont lancés dans le développement d’un vaccin contre le coronavirus SARS-CoV-2. Quelques-uns d’entre eux sont arrivés suffisamment loin dans le processus pour avoir commencé les essais cliniques humains. C’est notamment le cas de Moderna, qui a récemment annoncé lancer le début de la phase finale (phase 3) de ses tests à travers les États-Unis.

Le vaccin contre le coronavirus SARS-CoV-2 fabriqué par la société de biotechnologie américaine Moderna et développé en collaboration avec les National Institutes of Health (NIH) a commencé sa phase finale de test hier (lundi 27 juillet). Cette phase est appelée test d’efficacité de phase 3 et est conçue pour déterminer si le vaccin prévient réellement la maladie. Jusqu’à 30’000 volontaires seront affectés à l’un des deux groupes.

Un groupe recevra deux injections espacées d’environ 28 jours d’ARNm-1273, le nom de code du vaccin. L’autre groupe recevra une injection contenant uniquement de l’eau salée. Ni le volontaire ni la personne qui administre l’injection ne sauront ce qu’il y a dans la seringue afin d’éviter tout biais en faveur d’un résultat ou d’un autre. Les personnes qui dirigent l’essai, elles, sauront qui obtient quoi.

Les chercheurs surveilleront les deux groupes pour voir qui, le cas échéant, tombe malade. Les organisateurs de l’essai disent qu’il ne devra y avoir qu’environ 150 cas de COVID-19 parmi les participants à l’étude pour affirmer avec confiance que le vaccin est réellement efficace. Combien de temps il faudra pour atteindre ce nombre et combien de participants devront être inscrits à l’étude, sont des questions ouvertes. Cela dépend en partie de la circulation du virus dans les communautés où l’essai a lieu.

Sur le même sujet : Coronavirus ; plusieurs vaccins expérimentaux débuteront leurs tests finaux le mois prochain

Il faudra peut-être jusqu’à 30’000 bénévoles pour obtenir la réponse, et l’ensemble du processus prendra probablement des mois. Selon une liste maintenue par l’Organisation mondiale de la santé, il y a quatre autres vaccins candidats atteignant les tests de phase 3 : trois fabriqués par des entreprises chinoises et un par une collaboration entre l’Université d’Oxford et AstraZeneca.

Le vaccin de Moderna est un nouveau type de vaccin basé sur le matériel génétique qui compose le coronavirus. Des fragments d’ARN sont enfermés dans une nano-capsule et injectés dans le bras. L’ARN contient des instructions pour fabriquer une protéine trouvée sur la surface externe du coronavirus. Cette protéine est ce qui stimule le système immunitaire à fabriquer des anticorps contre le virus. L’idée est que si cette protéine inoffensive dans le vaccin peut générer ces anticorps, alors si l’individu vacciné est exposé au virus, son système immunitaire sera en mesure de le combattre.

Sources : Clinical Trials

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.