L’interdiction des trottinettes et vélos électriques à Atlanta révèle des résultats surprenants

velo trottinette electrique interdit atlanta impact economique ecologique couv
| Georgia State University
⇧ [VIDÉO]   Vous pourriez aussi aimer ce contenu partenaire (après la pub)

Ces dernières années, les trottinettes et les vélos électriques ont très vite gagné en notoriété grâce au gain de temps qu’ils permettent lors de trajets courts et à l’impact environnemental positif qui en découle, bien que ces effets soient vivement débattus au sein de la communauté scientifique. Récemment, des chercheurs ont démontré de façon claire l’intérêt de cette micromobilité en termes de trafic et d’écologie, dans le cadre de l’interdiction — respectée de manière quasi parfaite — à Atlanta de ces moyens de transport. Ils apparaissent alors comme une vraie solution durable en ces temps de crise climatique, si les infrastructures urbaines évoluent également.

La micromobilité partagée, comme les trottinettes et les vélos électriques, a rapidement inondé les villes, offrant des solutions bon marché et pratiques pour les trajets courts dans de nombreuses métropoles à travers le monde. Cette micromobilité partagée se veut une stratégie de progrès vers l’électrification des transports et devrait représenter un marché mondial de 300 milliards de dollars américains d’ici 2030.

Lorsque les trottinettes électriques et les vélos électriques remplacent les véhicules thermiques, des réductions nettes des émissions de gaz à effet de serre y sont associées, pour les trajets quotidiens et l’utilisation récréative. Mais la preuve que l’adoption de la micromobilité peut réduire la congestion du trafic ou offrir des avantages de durabilité grâce à la substitution des modes de déplacement, reste difficile à obtenir et à démontrer.

:: LE T-SHIRT QUI SOUTIENT LA SCIENCE ! ::
Soutenez-nous en achetant un poster qui en jette :

De nombreuses villes ont interdit les dispositifs de micromobilité en invoquant la sécurité personnelle ou d’autres préoccupations, tandis que d’autres ont autorisé sa prolifération en grand nombre, mais sans modifications des infrastructures urbaines nécessaires à une adoption généralisée.

Karen Johnston, directrice associée du Center for the Comparative Study of Metropolitan Growth au College of Law (Atlanta), explique : « Lorsqu’elles sont arrivées en 2018, les trottinettes électriques étaient tout de suite extrêmement populaires. Cependant, elles étaient également considérées comme une nuisance, fréquemment retrouvées éparpillées et renversées sur les trottoirs, ou jugées dangereuses, entrant et sortant brusquement de la circulation ». Au lieu de les interdire, comme l’ont fait certaines autres villes, Atlanta a été parmi les premières villes à adopter une ordonnance et des réglementations sur la micromobilité.

Récemment, des chercheurs de la Georgia Tech’s School of Public Policy ont examiné l’impact de l’interdiction d’Atlanta en 2019 sur ces véhicules électriques dans la ville. Certes, cela peut réduire la congestion des trottoirs et assurer la sécurité des cyclistes et des piétons potentiels, mais cela a un coût en termes de temps de trajets et de pollution. L’étude est publiée dans la revue Nature Energy.

Un gain de temps confirmé, un impact écologique assuré

Les études précédentes sur la micromobilité étaient controversées et contradictoires, car elles s’appuyaient sur des enquêtes peu fiables, car sujettes à des biais résultant de données autodéclarées. Il était donc primordial d’adopter une approche plus rigoureuse et axée sur les données pour déterminer les réels impacts de ce type de transport.

L’occasion s’est présentée lorsqu’Atlanta a interdit les trottinettes avec une politique de géolocalisation en 2019. L’interdiction a été faite avec un arrêt à distance de toutes les trottinettes dans un certain périmètre, ce qui a assuré la conformité dans toute la ville. Les moratoires précédents dans d’autres endroits reposaient sur le choix des personnes de coopérer et de suivre les règles, de sorte que ce taux de conformité de 100% était unique à Atlanta. Cette disposition a été mise en place en réponse à l’augmentation des accidents et des hospitalisations dues aux dispositifs de micromobilité.

Omar Asensio, auteur principal de l’étude, déclare dans un communiqué : « Je me suis dit, d’accord, c’est intéressant parce que nous avons maintenant une conformité comportementale presque parfaite en réponse à une intervention politique, ce qui s’avère extrêmement rare ».

De plus, Asensio et son équipe ont reçu un accès anticipé au tout nouvel ensemble de données sur les mouvements d’Uber, qui leur a donné des informations détaillées sur les temps de trajet à travers la ville — qui devaient auparavant être également collectées par des enquêtes.

C’est ainsi qu’ils ont découvert que les temps de trajet moyens avaient augmenté d’environ 10%. Les déplacements vers des événements dans des stades tels que des matchs de football ont augmenté de près de 12 minutes par trajet (soit 37%) pendant que l’interdiction était en vigueur.

Pour les habitants d’Atlanta, cela représente 784 000 heures supplémentaires assises dans la circulation chaque année — et ce juste entre 21 heures et 4 heures du matin, lorsque l’interdiction était en vigueur. Sans compter que les effets des premiers jours suivant l’interdiction — recours à la voiture — se sont maintenus pendant de nombreuses semaines. Par conséquent, cette persistance de comportements a aggravé les coûts économiques liés à l’augmentation de la congestion du trafic. Un moratoire aux heures de pointe entraînerait encore plus de congestion, confirme Asensio.

Un impact économique positif pour un projet durable de renouveau urbain

Les chercheurs ont découvert que les trottinettes et vélos électriques réduisaient en fait la congestion sur la route en remplaçant l’utilisation d’un véhicule personnel ou du covoiturage, plutôt que le transport en commun ou la marche uniquement. Lorsque le gain de temps estimé pour les conducteurs à l’échelle nationale est traduit en valeur monétaire, Asensio estime qu’il représente environ 536 millions de dollars par an, soit le coût estimé de la congestion du trafic.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Il faut savoir que des zones métropolitaines telles que Singapour, Montréal et West Hollywood, ont institué des interdictions et d’autres restrictions sur la micromobilité partagée, ce qui risque d’entraîner des coûts économiques supplémentaires liés à l’augmentation des temps de trajet. Les auteurs estiment que pour accélérer l’adoption de la micromobilité et obtenir les avantages de durabilité qui y sont associés, les villes doivent investir davantage dans les infrastructures physiques et numériques nécessaires.

Pour la suite, le Data Science and Policy Lab s’associera au secteur privé et aux gouvernements municipaux sur les innovations en matière de données dans l’analyse des politiques et l’évaluation d’impact. Les recherches de suivi de ce projet pourraient approfondir les substitutions de transport spécifiques que les gens choisissent et aider à comprendre pourquoi, explique Asensio.

Il conclut : « Je pense que la modélisation des impacts des émissions pour ceux-ci continuera d’être une sorte d’enquête en cours. En matière d’électrification, la micromobilité n’est qu’une des nombreuses stratégies dans lesquelles les secteurs public et privé investissent de manière agressive. C’est une opportunité vraiment excitante de réduire de manière significative les émissions et de bénéficier du co-bénéfice pour la santé publique de la réduction de la pollution atmosphérique ».

Source : Nature Energy

Laisser un commentaire
Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.