Le temps des humains augmentés serait-il arrivé ? Qu’il s’agisse d’Elon Musk au MIT ou encore du département américain de la Défense, il semblerait que beaucoup de monde s’intéresse à la recherche des implants cérébraux. Cela pourrait être une question de temps avant que ces appareils soient prêts à aider les humains à étendre leurs capacités naturelles.

Un professeur de l’Université de Californie du Sud (USC) aux États-Unis a démontré l’utilisation d’un implant cérébral pour améliorer la mémoire humaine. Ce dispositif pourrait avoir des implications majeures concernant le traitement de l’une des maladies les plus meurtrières au monde : la maladie d’Alzheimer.

Dong Song est professeur associé à la recherche en ingénierie biomédicale à l’USC et il a récemment présenté ses conclusions concernant une véritable « prothèse de mémoire » lors d’une réunion de la Society for Neuroscience, à Washington DC. L’implant permet d’imiter ce que l’hippocampe fait naturellement dans le cerveau : il stimule les capacités de mémorisation. Le dispositif pourrait donc être utile pour les personnes qui souffrent de perte de mémoire, les patients atteints de démence ou de la maladie d’Alzheimer.

Afin de tester l’appareil, l’équipe de Song a demandé de l’aide à 20 volontaires, qui avaient des électrodes cérébrales implantées, pour le traitement de l’épilepsie. Une fois le dispositif de Song implanté chez les volontaires, des données sur leur activité cérébrale au cours de tests conçus pour stimuler la mémoire à court terme ou la mémoire de travail ont pu être collectées.

Les chercheurs ont ensuite déterminé le modèle associé aux performances optimales de la mémoire et ont utilisé les électrodes de l’appareil pour stimuler le cerveau en suivant ce modèle lors de tests ultérieurs. Sur la base de leurs recherches, une telle stimulation a permis d’améliorer la mémoire à court terme d’environ 15% ainsi que la mémoire de travail d’environ 25%. « Nous écrivons le code neuronal pour améliorer la fonction de la mémoire, ce qui n’a jamais été fait auparavant », a expliqué Song.

Comme Bill Gates l’a fait remarquer lorsqu’il a annoncé son intention d’investir 100 millions de dollars dans la recherche sur la démence et la maladie d’Alzheimer, cette maladie est un problème à plusieurs niveaux, qui risque fort d’empirer.

En effet, selon l’Alzheimer’s Association, l’âge est le plus grand facteur de risque pour la maladie d’Alzheimer. À savoir que la grande majorité des personnes souffrant de cette maladie sont âgées de plus de 65 ans. Avec les progrès de la médecine et des soins de santé qui ne font que s’améliorer continuellement, nous vivons plus longtemps, et ce segment de la population augmente donc considérablement. D’ici 2030, 20% des citoyens américains devraient avoir plus de 65 ans.

Cette augmentation potentielle du nombre de personnes souffrant de démence peut être très coûteuse sur le plan financier et émotionnel. Toujours selon l’ Alzheimer’s Association, en 2016, le coût total des soins de santé et des soins de longue durée pour les personnes atteintes de démence et de la maladie d’Alzheimer était estimé à 236 milliards de dollars aux États-Unis.

Bien entendu, à présent, d’autres tests seront nécessaires avant que le dispositif de Song puisse être approuvé comme traitement potentiel de la démence ou de la maladie d’Alzheimer.

Source : USC

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
Share