1 milliard de créatures marines cuites durant la vague de chaleur du Nord-Ouest Pacifique

1 milliard creatures-marines cuites mort durant vague chaleur nord-ouest pacifique
Une étendue de mollusques morts à Conchagua, au Salvador, le 19 novembre 2019. Une scène similaire s'est déroulée en Colombie-Britannique la semaine dernière. | Marvin Recinos/AFP/Getty Images

La vague de chaleur récente du Nord-Ouest Pacifique continue de faire des ravages, cette-fois-ci à la faune marine, après avoir dévasté forêts et villages. Des chercheurs estiment en effet que plus d’un milliard d’animaux marins (dont des palourdes, des moules, des bernacles et des escargots) ont été cuits « à mort » pendant la vague de chaleur.

Chris Harley, biologiste marin à l’Université de la Colombie-Britannique, a déclaré à la CBC qu’il était stupéfait en se baladant le long de la plage Kitsilano de Vancouver à la fin du mois dernier, où il a pu constater la mort massive des animaux marins, avec des quantités impressionnantes de moules ouvertes (ce qui indiquait qu’elles étaient mortes récemment).

Cette triste situation résulterait selon lui d’un mauvais timing entre les marées et les températures incroyablement chaudes de Vancouver, qui par effet combiné ont provoqué ce véritable désastre. Pendant la vague de chaleur de la fin juin, alors que les températures atteignaient 40 degrés Celsius à Vancouver, le laboratoire de Harley a enregistré des températures allant jusqu’à 50 °C le long du littoral, à l’aide d’une caméra thermique. Des crustacés — principalement des moules et les palourdes — ont ensuite été exposés à ces températures extrêmes pendant plus de six heures lorsque la marée est descendue.

Plus d’un milliard d’animaux marins morts en quelques jours…

« Une moule sur le rivage est en quelque sorte comme un bambin laissé dans une voiture par une journée chaude », a déclaré Harley à la CBC. « Ils (les animaux) sont coincés là jusqu’à ce que le parent revienne, ou dans ce cas, que la marée remonte, et il y a très peu qu’ils puissent faire. Ils sont à la merci de l’environnement. Et samedi, dimanche, lundi, pendant la vague de chaleur, il a fait tellement chaud que les moules étaient condamnées ».

À LIRE AUSSI :
Le cerveau des poissons grossit lorsqu'ils réfléchissent davantage et rétrécit dans le cas contraire

Harley et les étudiants de son laboratoire ont déclaré qu’ils s’efforcent de rassembler des preuves pour calculer combien de créatures marines sont véritablement mortes dans la mer des Salish, une mer intérieure qui englobe les eaux au large de Vancouver et de Seattle, pendant la vague de chaleur de la semaine dernière, mais il estime que le nombre est d’au moins un milliard, sur la base de quelques calculs qu’il a effectués en se promenant sur la plage.

« Si l’on perd quelques centaines ou quelques milliers de moules pour chaque grand littoral, on arrive rapidement à un chiffre très, très élevé », a-t-il déclaré. Ce chiffre élevé rappelle la souffrance généralisée observée en Australie lors des feux de brousse de 2019-2020, où l’on estime que 3 milliards d’animaux ont péri ou ont été touchés. Mais plus tragiquement, c’est aussi un indicateur des dommages généralisés qui se produisent dans l’océan alors que le climat continue de se réchauffer.

Un impact sur l’ensemble de la chaîne alimentaire

Selon Harley, si les populations de la côte devraient rebondir d’ici un an ou deux, des vagues de chaleur plus intenses et récurrentes pourraient finir par nuire aux populations de crustacés. C’est une mauvaise nouvelle pour les animaux qui servent de nourriture aux moules et aux palourdes, comme le plancton, ainsi que pour les animaux plus gros qui se nourrissent de crustacés.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

L’acidification des océans, un autre impact du changement climatique, a également été un grand problème sur la côte ouest et a fortement impacté les populations de moules et autres créatures similaires. « À terme, nous ne serons tout simplement plus en mesure de maintenir ces populations de filtreurs sur le littoral dans une mesure aussi importante que celle à laquelle nous sommes habitués », a déclaré Harley à la CBC.

Les effets du changement climatique ne se limitent pas aux crustacés ni au seul nord-ouest du Pacifique. Les étoiles de mer sont mortes en masse ces dernières années en raison d’une maladie mortelle qui est devenue plus fréquente au cours des périodes de chaleur océanique extrême. Et le mois dernier, les Nations unies ont averti que la Grande Barrière de Corail était « en danger » en raison du réchauffement rapide des eaux.

À LIRE AUSSI :
Incendies destructeurs et inondations meurtrières frappent simultanément trois continents

« Nous nous inquiétons du changement climatique depuis longtemps », a déclaré Lissa James Monberg, directrice marketing de l’entreprise familiale Hama Hama. « Je veux que les gens sachent que ce n’est pas quelque chose d’abstrait qui arrive à des gens très éloignés. Ce n’est pas le problème de quelqu’un d’autre. C’est notre problème. Il s’agit de notre approvisionnement alimentaire ».

Laisser un commentaire