Australie : les incendies sont en train de modifier le climat mondial

climat icendies
| Glen Morey

L’ampleur des incendies de brousse en Australie est devenue aujourd’hui telle que le phénomène ne concerne plus uniquement l’Australie, mais menace également ses alentours et les pays plus éloignés. L’intensité des feux est responsable d’un taux croissant de pyrocumulonimbus évacuant d’immenses quantités de fumées, de suie, et d’aérosols en tout genre dans l’atmosphère, se déplaçant ensuite lentement vers d’autres endroits du monde. L’importance des incendies est ainsi responsable d’une modification progressive du climat mondial et d’une pollution généralisée aux particules fines.

L’un des phénomènes météorologiques les plus frappants sont les nuages ​​de pyrocumulonimbus ou « pyroCb » massifs et explosifs. Ces nuages ​​sont créés par la chaleur et la fumée des incendies de forêt, formant d’immenses structures semblables à des cheminées, qui ont les mêmes caractéristiques violentes qu’un orage.

Ces nuages ​​remplis d’éclairs sont souvent observés après des éruptions volcaniques et ont été observés lors d’autres incendies de forêt à grande échelle comme la saison des incendies de 2018 en Californie.

Pyrocumulonimbus : ils génèrent des panaches massifs de fumée atmosphérique persistante

Et comme une cheminée, ils envoient de la fumée dans la stratosphère terrestre avec des « effets néfastes persistants », selon la NASA. En 2018, les climatologues ont découvert que les nuages ​​de pyroCb peuvent perturber l’atmosphère à des niveaux similaires aux éruptions volcaniques, injectant des panaches de fumée qui persistent dans l’atmosphère pendant des mois après la disparition du nuage de feu.

Craig Clements, fondateur du Fire Weather Research Lab de la San Jose State University, déclare que le taux de nuages ​​pyroCb liés aux incendies en Australie est unique.

À LIRE AUSSI :
Une enquête australienne révèle l’ampleur de la censure scientifique

« Il s’agit probablement de la plus grande épidémie de pyrocumulonimbus sur Terre ». Les nuages ​​entraînent également d’autres événements météorologiques dangereux tels que des « attaques de braises », où des brindilles, des branches et d’autres matériaux brûlants se propagent dans l’air et qui pleuvent sur les environs, menaçant la vie des personnes et des animaux pris dans l’incendie.

nuage orage
Formation des pyrocumulonimbus. Crédits : BOM
Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Deux pompiers australiens ont survécu à une attaque de braises lorsqu’ils ont été coincés dans un « flashover » mardi. Ces événements météorologiques puissants causent des dommages aigus, mais d’autres conditions météorologiques liées aux incendies peuvent entraîner des effets généralisés, parfois retardés.

Dioxyde de carbone, carbone noir et assombrissement

Les incendies en Australie ont produit un énorme volume de dioxyde de carbone, d’aérosols, de suie, de pollution par les particules fines et de gaz à effet de serre — remplissant non seulement le ciel du sud de l’Australie, mais aussi certaines parties de la Nouvelle-Zélande et de l’Amérique du Sud. Ces émissions sont responsables de l’étrange brume rougeoyante observée ces derniers jours dans le ciel néo-zélandais.

Les scientifiques estiment que les incendies de forêt dans le monde sont responsables d’environ cinq à dix pour cent des émissions totales de CO2 par an. Ces gaz toxiques ont une relation compliquée avec les températures mondiales. Certains aérosols peuvent avoir un effet de refroidissement temporaire, en rendant l’atmosphère plus réfléchissante et en bloquant la lumière du Soleil, tandis que d’autres émissions, comme le carbone noir, emprisonnent la chaleur et entraînent une augmentation de la température atmosphérique.

À LIRE AUSSI :
Un duo d'enzymes bactériennes se montre ultra efficace pour décomposer le plastique

Sur le même sujet : Australie : les incendies sont maintenant si importants qu’ils génèrent un micro-climat empirant la situation

Une pollution à l’échelle mondiale

La fumée des incendies à grande échelle peut se déplacer sur des milliers de kilomètres à travers le monde, augmentant la pollution de l’air dans des pays lointains.

Une étude de 2018 a montré que la fumée des incendies de forêt au Canada entraînait des pics dangereux de niveaux d’aérosols à des milliers de kilomètres, en Europe — 20 fois plus élevés que ceux observés avec l’éruption volcanique de Pinatubo en 1991.

feux australie fumee
Les fumées générées par les incendies en Australie se déplacent lentement vers le reste du monde, augmentant progressivement les taux de pollution atmosphérique. Crédits : NASA

Dans le même temps, les émissions des incendies de forêt comme ceux qui se produisent partout en Australie contribuent à un problème de pollution atmosphérique répandu, qui menace le bien-être de millions de personnes dans le monde. La recherche montre que le vent peut également transporter de la fumée jusqu’aux régions alpines comme l’Arctique, l’Alaska et le Groenland, où la suie peut accélérer la fonte des calottes glaciaires et des glaciers.

Plus d'articles
textes apocryphes sorciers démons
Des textes religieux chrétiens anciens évoquent des batailles de sorciers et démons