Une enquête de 5 ans sur le commerce criminel de parties de tigres en République Tchèque a abouti à la découverte d’un horrible abattoir d’animaux à Prague. Cette étude met en lumière le fait que le trafic illégal de grands félins n’est pas un problème qui se trouve uniquement en Asie, mais également en Europe.

En juillet dernier, des inspecteurs du Czech Environmental Inspectorate (CEI) ont été secondés par plus de 200 policiers et douaniers dans le cadre de l’événement « Operation Trophy » : une perquisition de 10 locaux à Prague et dans les alentours. Malheureusement, ce qu’ils ont découvert à l’intérieur de ces locaux est tout simplement tragique. (Avertissement pour les lecteurs : nous avons inclus quelques images pouvant être considérées comme choquantes dans cet article).

Dans l’un des établissements, étendu sur le sol, un tigre fraîchement tué, âgé de quatre ans, a qui il manquait un œil et montrant une blessure par balle au cou. Une autopsie a révélé qu’il avait reçu une balle dans la gorge et que, par conséquent, sa précieuse peau pourrait être épargnée (et donc vendue).

Les inspecteurs affirment que cette affaire est en lien avec une entreprise criminelle récemment découverte qui opère en République Tchèque, et potentiellement ailleurs en Europe : dans ces endroits, les tigres élevés illégalement sont abattus pour leurs organes, qui se vendent à des prix élevés sur le marché noir, tout comme les médicaments traditionnels chinois une fois extraits, préparés et exportés en Asie.

« Cela fait plusieurs années que nous avertissons que le commerce illégal de produits à base de tigre constitue un problème très grave en Europe, et pas seulement en Asie », a déclaré Pavla Říhová, inspecteur de la CEI. « Il y a beaucoup de tigres en captivité en Europe, mais il y a un manque de visibilité sur qui les détient, et où », ajoute-t-elle.

tigre abattoir peau marche noir illegal criminel

Crédits : CEI

Dans un rapport rédigé à l’intention des membres de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), qui se sont réunis en Russie le mois dernier, les enquêteurs expliquent comment une augmentation des saisies de parties de corps de tigres et de produits dérivés de l’animal en République Tchèque depuis 2013, a mené à la découverte d’un réseau international de criminels vendant des animaux abattus, pièce par pièce, à des acheteurs vietnamiens.

Avant de découvrir l’abattoir cette année, une série de preuves a lentement révélé l’ampleur des opérations criminelles. En effet, en 2013, un homme a été retrouvé avec près de 8 kilogrammes d’os de tigre dans un sac poubelle noir (soit un squelette complet, mais composé des restes entremêlés de deux individus distincts).

À lire également : L’avenir de la planète Terre en péril

Les saisies ultérieures consistaient en d’autres os dissimulés dans des haut-parleurs, des dents et des griffes (y compris des pendentifs décorés en dents de tigre), ainsi que diverses poudres, fluides et ingrédients de bouillon (y compris des cubes de bouillon), tous issus de tigres.

tigre abattoir peau marche noir illegal criminel

Crédits : CEI

Selon le rapport, jusqu’à 10 kilogrammes de stock de tigre peuvent être fabriqués à partir d’un seul animal, et se vend en moyenne à près de 60 euros le gramme, en raison des croyances culturelles traditionnelles concernant ses propriétés de guérison supposées. Concernant les griffes de tigre, ces dernières se vendent environ 100 euros chacune.

Selon l’organisation de défense des animaux Four Paws, les spécimens vivants, quant à eux, sont de base élevés pour des zoos et des cirques (si ce n’est pour leurs parties de corps) et valent beaucoup plus cher : soit plus de 22’000 euros par individu.

« La conviction que les tigres d’Europe sont plus grands et plus forts est répandue en Asie. C’est similaire avec les voitures – l’origine européenne est synonyme de qualité. Les commerçants asiatiques de la faune disent ouvertement qu’eux-mêmes et leurs clients préfèrent les ’’Euro-Tigres’’ », a déclaré Kieran Harkin, responsable des campagnes sur la vie sauvage, du groupe.

L’Operation Trophy a donc pu mettre en lumière tout un réseau criminel très macabre, ce qui a même réussi à choquer certains enquêteurs qui travaillent sur ce type de cas depuis des décennies. « Je travaille pour l’inspection depuis 25 ans… mais cette situation est vraiment horrible. Si vous pouvez imaginer : un vieux congélateur, sans électricité, plein de viande et de cadavres, dans le jardin, et pendant deux ans. Absolument terrible », a déclaré Říhová.

tigre abattoir peau marche noir illegal criminel

Crédits : CEI

Outre le tigre fraîchement abattu, les inspecteurs ont trouvé un certain nombre de tigres présentant divers états de décomposition, des peaux de couguar, ainsi que du matériel de traitement : un chaudron utilisé pour réduire les os des animaux en bouillon, des griffes suspendues, des scies électriques et autres ustensiles de cuisine. À savoir que les animaux ont été élevés dans un autre local, dans des coffres en béton et des cages sales.

Aussi abominables que soient ces opérations d’abattoirs, c’est encore pire lorsque l’on prend en compte le fait qu’il reste moins de 4000 tigres dans la nature.

Comme l’indique le rapport, bien que la menace principale de ce type d’exploitation est principalement réservée aux animaux captifs, et non aux animaux sauvages, elle stimule néanmoins la demande de produits de tigre illégaux sur le marché noir, ce qui contribue à créer une « situation qui ne contribue certainement pas à la protection des populations de tigres sauvages restantes », expliquent les enquêteurs.

Avec une si petite quantité de tigres restants sur la planète, ces animaux requièrent toute la protection dont ils peuvent potentiellement bénéficier.

Sources : Environmental Investigation Agency, CITES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.