Une étude révèle qu’un acide gras polyinsaturé peut tuer les cellules cancéreuses humaines

cellule cancereuse cancer acide gras
| FaridGhanbari/CG Society

Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Université de Washington a permis de démontrer qu’un acide gras polyinsaturé oméga-6, connu sous le nom d’acide dihomo-γ-linolénique (dit DGLA), peut tuer les cellules cancéreuses humaines. Au coeur de ce processus se trouve la ferroptose, une forme de mort cellulaire qui constitue (notamment) un espoir dans le domaine de la lutte contre le cancer.

Cette nouvelle étude a permis de révéler que le DGLA peut induire la ferroptose dans un modèle animal et dans des cellules cancéreuses humaines réelles. À savoir que la ferroptose est un type de mort cellulaire non apoptotique et dépendante du fer, associée aux acides gras polyinsaturés oxydés, qui a été découverte ces dernières années et qui est devenue un point clé dans le domaine de la recherche sur les maladies, car ce processus est étroitement lié à de nombreux mécanismes pathologiques.

Jennifer Watts, professeure agrégée à l’Université de l’État de Washington (WSU) et auteure correspondante du document, a déclaré que cette découverte avait de nombreuses implications et qu’elle constituait également une étape importante vers un nouveau traitement potentiel du cancer : « Si nous pouvions administrer la DGLA de manière précise à une cellule cancéreuse, cela pourrait favoriser la ferroptose et entraîner la mort des cellules tumorales », a déclaré Watts. « Par ailleurs, le simple fait de savoir que cette graisse favorise la ferroptose pourrait également changer notre compréhension de certaines maladies telles que les maladies rénales et la neurodégénérescence, où nous voulons prévenir ce type de mort cellulaire », a-t-elle ajouté.

À LIRE AUSSI :
Un traitement expérimental élimine les cellules cancéreuses sans aucun médicament

Il faut savoir que le DGLA est un acide gras polyinsaturé présent en petites quantités dans le corps humain, bien que rarement dans l’alimentation humaine. Comparé à d’autres acides gras, tels que ceux trouvés dans l’huile de poisson, le DGLA reste aujourd’hui relativement peu étudié.

Quant à Watts, elle étudie les graisses alimentaires (y compris le DGLA) depuis près de vingt ans, en utilisant le nématode Caenorhabditis elegans comme modèle animal. C. elegans est un ver microscopique (d’un millimètre environ et non parasitaire) qui est souvent utilisé dans la recherche moléculaire car il est transparent et permet aux scientifiques d’étudier facilement l’activité au niveau cellulaire chez un animal entier au cours de sa durée de vie relativement courte. Les résultats trouvés dans les cellules de C. elegans sont également souvent transférables aux cellules humaines.

L’équipe de recherche de Watts a découvert que l’alimentation des nématodes, avec un régime de bactéries chargées en DGLA, a tué toutes les cellules germinales des vers ainsi que les cellules souches qui fabriquent les cellules germinales. La mort des cellules portait de nombreux signes de ferroptose. « De nombreux mécanismes que nous avons vus dans les nématodes étaient conformes aux caractéristiques de la ferroptose dans les systèmes mammifères, y compris la présence de réaction d’oxydoréduction du fer et l’incapacité à réparer les lipides oxydés, qui sont comme des bourreaux moléculaires », a déclaré Marcos Perez, doctorant de la WSU et auteur principal de l’étude.

Dans le but de voir si les résultats se traduiraient dans des cellules humaines, Watts et Perez ont collaboré avec Scott Dixon de l’Université de Stanford, qui étudie la ferroptose et son potentiel de lutte contre le cancer depuis de nombreuses années. En se basant sur leurs découvertes effectuées sur les nématodes, les chercheurs ont pu démontrer que la DGLA pouvait induire la ferroptose dans les cellules cancéreuses humaines.

Vous aimerez également : Des chercheurs détruisent des cellules cancéreuses grâce à une nouvelle technique basée sur les ultrasons

Ils ont également trouvé une interaction avec une autre classe d’acides gras, appelée étherlipide (ou parfois alcoxyglycéride), qui a un effet protecteur contre le DGLA. Lorsqu’ils ont retiré l’étherlipide, les cellules sont mortes plus rapidement en présence de DGLA. En plus de ces nouvelles connaissances, l’étude a également démontré que C. elegans peut être un modèle de recherche animale utile dans l’étude de la ferroptose, un domaine qui a dû s’appuyer principalement sur des cultures cellulaires jusqu’à présent.

À LIRE AUSSI :
Formes graves de COVID-19 : un héritage des Néandertaliens

L’équipe de recherche de Watts a récemment reçu une subvention de 1,4 million de dollars des National Institutes of Health (NIH) pour étudier ce qui rend les cellules germinales des nématodes si sensibles au DGLA et explorer le rôle des mitochondries (les organites cellulaires impliqués dans la combustion des graisses et la régulation du métabolisme) dans la ferroptose.

Source : Developmental Cell

Plus d'articles
réinfections covid-19 immunité
COVID-19 : une potentielle immunité remise en cause par les cas de réinfection