Des archéologues égyptiens ont découvert un trésor exceptionnellement rare dans le delta du Nil : les vestiges d’un ancien village datant d’environ 5000 ans avant notre ère. Il s’agit de l’un des plus anciens vestiges jamais découverts dans la région, précédant donc les pyramides de Gizeh de 2500 ans.

Selon le ministère égyptien des Antiquités, le site néolithique — situé à Tell el-Samara, soit à 140 kilomètres au nord du Caire — a environ 7000 ans. L’équipe de fouille conjointe (franco-égyptienne) a découvert plusieurs silos de stockage contenant de la matière organique, notamment des os d’animaux et des résidus de plantes, ce qui a permis aux chercheurs de dater le site. L’équipe de fouille a également trouvé des outils de poterie et de pierre, indiquant une communauté stable.

Ces découvertes offrent la possibilité d’identifier et d’en apprendre davantage sur les communautés préhistoriques qui ont occupé le delta du Nil, des milliers d’années avant que le légendaire Roi Menes n’ait uni la Haute et la Basse Égypte, fondant de ce fait la première dynastie pharaonique.

« L’analyse du matériel biologique qui a été découvert nous donnera une vision plus claire des premières communautés installées dans le Delta et sur les origines de l’agriculture en Égypte », a déclaré Nadia Khedr du ministère égyptien des Antiquités.

Vous aimerez également :

Les archéologues ont retiré et analysé le contenu du mystérieux sarcophage égyptien noir

Les chercheurs pensent que les pratiques agricoles dans le village dépendaient fortement de la pluie. Cela pourrait aider à mieux comprendre le développement de l’agriculture basée sur l’irrigation, pratiquée plus tard dans le delta du Nil.

Une autre découverte récente a mis en lumière que les anciens Égyptiens avaient délibérément momifié leurs morts bien plus tôt que prévu : l’équipe de recherche avait effectivement identifié des preuves de momification précoce jusqu’à 5600 ans (soit également avant l’époque des pharaons).

Bien qu’il n’y ait aucune mention de momification retrouvée sur le site, ce dernier pourrait néanmoins constituer une ressource inestimable pour en savoir davantage sur la colonisation de l’Égypte ancienne.

À présent, les fouilles du site se poursuivent. Par la suite, une analyse complète des découvertes sera effectuée.

Sources : Egyptian Ministry of Antiquities, Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.