605 Partages

L’Antarctique de l’Est était censé être le côté stable du continent glacé, dont le flanc occidental est en train de perdre de la glace rapidement. Mais les glaciologues constatent que plus ils se rapprochent de l’Antarctique de l’Est, plus ils observent de changements. Les chercheurs ont rapporté le 10 décembre, lors d’une réunion de l’American Geophysical Union à Washington, que quatre glaciers de la région de la baie de Vincennes s’amincissaient à un rythme étonnamment rapide.

« Les gens pensent que l’Antarctique de l’Est est stable » déclare Helen Fricker, glaciologue à la Scripps Institution of Oceanography. « Mais c’est là que nous devrions enquêter ». Les glaciers réagissent aux eaux chaudes de l’océan, qui se rapprochent maintenant beaucoup plus près du bord glacé de l’Antarctique oriental que par le passé — et pourraient continuer à le faire.

Les glaciers de la baie de Vincennes se trouvent à côté d’un géant de l’Antarctique oriental, une immense rivière de glace appelée Totten. Le flux de Totten vers la mer s’est accéléré entre 2001 et 2007, probablement parce que de l’eau chaude pénétrait sous l’extrémité flottante du glacier et le faisait fondre par le dessous.

Maintenant, les voisins du géant pourraient aussi se réveiller selon Walker. La baie de Vincennes a attiré son attention alors qu’elle regardait une carte montrant la rapidité avec laquelle la glace coule dans différentes parties de l’Antarctique. Les quatre glaciers — Vanderford, Adams, Bond et Underwood — semblaient accélérer leur course vers la mer.

Des satellites pour estimer les niveaux de glace de l’Antarctique Est

C’est important, car les glaciers de Totten et de la baie de Vincennes drainent un énorme bassin enterré qui contient suffisamment de glace pour faire monter le niveau de la mer de 9 mètres. Walker et ses collègues ont décidé d’examiner de plus près la baie de Vincennes pour calculer la quantité de glace perdue. Et pour cela, ils avaient besoin d’une vue 3D de la façon dont les surfaces des glaciers montaient ou descendaient au fur et à mesure qu’elles épaississaient ou s’amincissaient.

carte glacier totten

Supposé stable depuis plusieurs années, l’Antarctique de l’Est accuse une fonte rapide de ses glaces. Ce constat est particulièrement visible concernant les glaciers de Totten. Crédits : Britannica

L’équipe a étudié les mesures satellitaires, y compris les données sur la hauteur de la glace recueillies par l’ICESat de la NASA entre 2003 et 2009 et par Cryosat-2 de l’Agence spatiale européenne depuis 2011. En combinant ces flux d’informations, les scientifiques ont généré un aperçu mensuel de l’évolution des hauteurs de la glace tout au long de l’année.

Sur le même sujet : Réchauffement climatique : plus de la moitié de la glace permanente de la banquise arctique a disparu

Le travail s’appuie sur un projet financé par la NASA, intitulé Série chronologique inter-missions de la vitesse et de l’altitude des glaces terrestres (ITS LIVE), qui associe des décennies de mesures de la vitesse et de la hauteur des glaces, effectuées par différents satellites. Le résultat est un aperçu complet de la façon dont la glace s’écoule en trois dimensions dans le temps. « Cela nous donne une nouvelle paire de lunettes pour observer le changement » déclare Walker.

Une fonte des glaces plus rapide que prévu

Grâce à cette vision plus précise, les scientifiques ont pu constater comment les glaciers de la baie de Vincennes avaient vu leur hauteur diminuer au cours des années 1990 en raison de la fonte des glaces. Les glaciers se sont accumulés à la fin des années 2000, avant de recommencer à s’amincir en 2010. Maintenant, la hauteur de leur glace de surface baisse en moyenne de 0.5 mètre par an, bien plus rapidement que leur voisin Totten.

banquise antarctique est

Tandis que les glaciologues étudient les relevés satellitaires, ils constatent que les glaciers de l’Antarctique Est diminuent bien plus rapidement que les précédentes estimations ne le suggéraient. Crédits : Stocktrek Images/Alamy

Walker a examiné les données des flotteurs océanographiques, ainsi que les phoques occasionnels en plongée profonde que les chercheurs ont équipés de sondes thermométriques, qui indiquaient la température de l’océan dans la région à partir de 2008. Les températures ont commencé à se réchauffer autour de 2010, lorsque les glaciers de la baie de Vincennes ont commencé à s’amincir.

La température de l’eau dans l’Antarctique de l’Est varie d’une année à l’autre en fonction de facteurs tels que la vitesse et la direction du vent et la présence ou l’absence de banquise. Mais en général, les climatologues s’attendent à ce que les eaux chaudes se rapprochent plus régulièrement de l’Antarctique oriental à l’avenir, à mesure que les conditions météorologiques changent. « Tant que les choses continuent d’évoluer dans ce sens, nous devrions nous attendre à plus d’eau chaude » conclut Walker.

Source : Nature

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

605 Partages
605 Partages
Partager via