Organisé chaque année, le Wildlife Photographer of the Year Awards (Prix du photographe de la vie sauvage de l’année) récompense les plus belles photos de la faune et de la flore capturées partout à travers le globe. Cette année, le concours était axé sur les espèces animales en danger d’extinction. Voici quelques-unes des plus belles photos soumises au vote du jury. 

En tête du concours organisé par le National History Museum de Londres, le grand gagnant était une photo intitulée « The Golden Couple » (le couple en or), capturée par le photographe néerlandais Marsel van Oosten. Les singes rhinopithèques dorés, considérés en danger d’extinction, ne se trouvent que dans les montagnes éloignées de Qinling en Chine — et les photographier ne s’est pas avéré être une tâche facile. Oosten a déclaré qu’il avait dû apprendre et prévoir leur comportement, capturant le duo alors qu’ils se reposaient, après s’être balancés d’arbre en arbre.

singes rhinopitheques

« The Golden Couple », grand gagnant du concours. Crédits : Marsel van Oosten

Sa photo a surpassé celles de 45’000 participants dans 18 catégories, montrant des amphibiens, des reptiles, des oiseaux et des insectes du monde entier. En outre, van Oosten a remporté une récompense de 10’000 £. Une des catégories les plus attendues était celle du plus jeune photographe du monde animal de l’année. Et c’est Skye Meaker, un adolescent sud-africain de 16 ans, qui a gagné le prix avec sa photo d’un léopard nommé Mathoja, prise dans la réserve naturelle de Mashatu au Botswana.

leopard mathoja

Crédits : Skye Meaker

Et voici les photos des autres gagnants du concours dans différentes catégories :

Les animaux dans leur environnement : « Bed of Seals » par Cristobal Serrano (Espagne)

phoques peninsule antarctique

Crédits : Cristobal Serrano

Cette image exceptionnelle a été prise par un drone lancé au large des côtes de la péninsule antarctique. On y voit des phoques crabiers se prélasser sur une banquise. Ce qui semble être du sang, est en réalité les restes digérés de leur nourriture préférée aux teintes rouges, le krill.

Sur le même sujet :

Une bataille aérienne oppose un Pygargue à tête blanche et un renard

Comportement des amphibiens et des reptiles : « Hellbent » par David Herasimtschuk (USA)

serpent salamandre menopome

Crédits : David Herasimtschuk

Cette photo montre un serpent d’eau du Nord coincé dans les mâchoires de la plus grande salamandre des États-Unis, une ménopome (ou salamandre-alligator). En général, les amphibiens en danger d’extinction chassent les petits insectes et les œufs en immobilisant leurs proies par succion. Le serpent — qui était donc un choix de repas assez surprenant — a pu se libérer une fois la photo prise.

Comportement des oiseaux : « Blood Thirsty » par Thomas Peschak (Allemagne)

geospize oiseau mer sang

Crédits : Thomas Peschak

Cette image montre un Géospize à bec pointu (une espèce de passereaux endémique des îles Galápagos) picorer les plumes d’un Fou de Nazca (espèce d’oiseau marin) afin de se nourrir de son sang pour survivre, étant donné le manque de nourriture qui est un problème majeur sur les îles Galápagos.

Comportement des invertébrés : « Mud-Rolling Mud-Dauber » par Georgina Steytler (Australie)

guepes boules boue

Crédits : Georgina Steytler

Cette photo montre des guêpes sur le rivage en train de façonner et transporter des boules de boue pour fabriquer ou consolider leur nid.

Comportement des mammifères : « Kuhirwa Mourns Her Baby » par Ricardo Montero (Espagne)

gorille femelle bebe

Crédits : Ricardo Montero

Sur cette photo, une jeune femelle gorille des montagnes nommée Kuhirwa câline et toilette le corps sans vie de son bébé décédé. Quelques semaines plus tard, la gorille a dévoré les restes du cadavre.

Plantes et champignons : « Desert Relic » par Jen Guyton (Allemagne/USA)

welwitschia mirabilis desert

Crédits : Jen Guyton

Prise dans le désert de Namibie, cette photo montre la structure de Welwitschia mirabilis, une plante panchronique endémique des déserts côtiers. Elle peut vivre plus de 1000 ans. Au cours de sa vie, deux feuilles géantes à croissance lente s’étendent autour d’elle.

Sous l’eau : « Night Flight » par Michael Patrick (USA)

poisson volant eau

Crédits : Michael Patrick

Cette image montre un poisson volant nageant lentement juste sous la surface de l’eau.

Faune urbaine : « Crossing Paths » par Marco Columbo (Italie)

ours brun femelle marsican

Crédits : Marco Columbo

Sur cette photo, une rare femelle ours brun Marsican se déplace sur les routes nocturnes d’un village. Isolé et en danger critique d’extinction, l’habitat de ces ours est morcelé et menacé par l’urbanisation constante.

Environnements terrestres : « Windsweep » par Orlando Fernandez Miranda (Espagne)

dunes desert namibie

Crédits : Orlando Fernandez Miranda

Une dune de sable photographiée sur la Côte des Squelettes dans le désert de Namibie, en Afrique, montrant l’humidité qui alimente la vie du désert lorsque le brouillard se déverse à l’intérieur des terres.

Noir et Blanc : « The Vision » par Jan van der Greef (Hollande)

colibri plante perou

Crédits : Jan van der Greef

Les ailes d’un colibri photographiées s’étendant de part et d’autre d’une plante, alors que l’oiseau replie sa queue pour imiter une croix parfaite. Le cliché a été réalisé au Pérou.

Vision créative : « The Ice Pool » par Cristobal Serrano (Espagne)

iceberg coeur phoques

Crédits : Cristobal Serrano

Un iceberg en forme de cœur photographié par des drones montre des phoques crabiers dans leur habitat naturel.

Photojournalisme du monde animal (image unique) : « The Sad Clown » par Joan de la Malla (Espagne)

singe clown indonesie

Crédits : Joan de la Malla

Timbul, un macaque à longue queue, appuie sa main sur son visage pour soulager l’inconfort causé par son masque. En Indonésie, beaucoup de personnes entraînent les macaques, animaux très sociaux, à exécuter des tours pour gagner de l’argent.

La galerie complète des images du concours, celles des gagnants et celles des participants ayant reçu la mention honorable, est disponible sur le site du Natural History Museum.

Source : London’s Natural History Museum

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.