Apprentissage : mieux vaut regarder deux fois un cours à vitesse doublée qu’une seule fois à vitesse normale

D’après une enquête menée auprès de 231 étudiants universitaires.

apprentissage regarder deux fois cours vitesse doublee mieux qu une fois vitesse normale
| Trust My Science (Edit)/iStock
⇧ [VIDÉO]   Vous pourriez aussi aimer ce contenu partenaire (après la pub)

Une étude américaine s’est intéressée à l’impact de la vitesse de visionnage de vidéos de cours sur l’apprentissage. Les étudiants ont aussi été testés sur la compréhension immédiate et différée d’une semaine, selon la vitesse de visionnage. En fin de compte, il n’y a pas d’avantage à doubler la vitesse de lecture de vidéos si le cours n’est regardé qu’une seule fois. En revanche, la compréhension s’améliorait si les participants regardaient à nouveau la vidéo à vitesse doublée immédiatement avant le test, par rapport à un visionnage à vitesse normale une semaine avant. Toutefois, il est possible que la stratégie ne fonctionne pas pour des sujets complexes ou pour des vidéos avec un débit de parole plus rapide.

Le visionnage de vidéos de cours fait désormais partie intégrante de l’expérience universitaire de nombreux étudiants. Certains les préfèrent aux cours en présentiel, car ils peuvent choisir le moment pour étudier. Et, selon une enquête menée auprès d’étudiants de l’université de Californie à Los Angeles (UCLA), de nombreux étudiants réduisent le temps consacré à l’apprentissage en accélérant la vitesse de lecture des vidéos !

Quel est alors l’impact de cette manière de visionner les cours sur la compréhension et l’apprentissage ? Inchangé dans certaines limites, selon une nouvelle étude parue dans la revue Applied Cognitive Psychology. Mais si, de façon stratégique, cette expérience est répétée au moins une fois, la vitesse doublée devient dès lors bénéfique sur l’apprentissage.

Ainsi, ces résultats diffèrent de ceux de 2016 sur la vitesse de lecture de livres. Publiée dans la revue Psychological Science, l’étude menée par des experts en psychologie de l’Université de San Diego révélait que certaines techniques de lecture rapide — comme la lecture simultanée de larges segments d’une page — ne permettaient pas de comprendre le texte aussi bien qu’après une lecture exhaustive. Ces techniques empêchent également notre « petite voix intérieure » de prononcer mentalement les mots et la compréhension du texte en est altérée. Heureusement pour les étudiants, la vitesse de lecture de vidéos n’agit pas de la même façon sur leur compréhension du sujet.

À LIRE AUSSI :
Notre cerveau détecte les voix inconnues même lors du sommeil profond

Autant visionner le cours à vitesse doublée

Dans les faits, l’équipe de chercheurs de l’UCLA a demandé à 231 étudiants de regarder deux vidéos YouTube (l’une sur l’évaluation immobilière et l’autre sur l’Empire romain), à plusieurs vitesses : normale, 1,5 fois supérieure, 2 fois supérieure, ou 2,5 fois supérieure. Il leur a été demandé de regarder les vidéos en mode plein écran, de ne pas les mettre en pause et de ne pas prendre de notes.

Après chaque vidéo, les élèves ont passé des tests de compréhension, également répétés une semaine plus tard. Résultat : les groupes 1,5x et 2x ont obtenu d’aussi bons résultats aux tests que ceux qui avaient regardé les vidéos à vitesse normale, immédiatement après et une semaine plus tard. L’apprentissage a seulement été altéré pour le groupe qui a regardé les vidéos à vitesse 2,5 fois supérieure.

Lorsque l’équipe a interrogé un autre groupe d’étudiants de l’UCLA, elle a constaté que 85% d’entre eux regardaient habituellement les cours préenregistrés à une vitesse supérieure à la normale. Cependant, 91% d’entre eux ont déclaré qu’ils pensaient que la vitesse normale ou légèrement plus rapide (1,5x) était meilleure pour l’apprentissage que doublée. Alors que finalement, un étudiant pourrait simplement regarder des vidéos à une vitesse deux fois plus rapide et diviser par deux le temps qu’il consacre aux cours…

Le visionnage juste avant l’examen permet d’obtenir de meilleurs résultats

Ou encore mieux, il pourrait regarder deux fois un cours à vitesse doublée et obtenir de meilleurs résultats à son examen que s’il l’avait regardé une seule fois à vitesse normale — selon les résultats d’autres études antérieures mentionnées dans la nouvelle étude. Toutefois, le moment choisi pour le visionnage avait de l’importance : seuls ceux qui avaient regardé la vidéo à vitesse doublée juste avant le test, plutôt qu’après le premier visionnage, obtenaient cet avantage.

À LIRE AUSSI :
Erwin Schrödinger était un « prédateur sexuel » selon une enquête récente

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

En outre, les scientifiques américains ont cherché à savoir si le fait de varier les vitesses de visionnage d’une semaine sur l’autre pouvait influer sur les résultats des tests : par exemple d’abord à la vitesse normale, puis à la vitesse double, ou vice-versa. Alors que 76% des participants à cette étude ont déclaré qu’ils pensaient que regarder la vidéo à la vitesse normale avant de la revoir en double vitesse serait le meilleur moyen d’apprendre, cet ordre n’a en fait eu aucun impact sur les résultats des tests. « Ainsi, bien que les étudiants puissent préférer certains horaires ou techniques d’étude, il arrive que leurs croyances en matière d’apprentissage autorégulé n’améliorent pas les résultats d’apprentissage », rapporte l’équipe.

En résumé, l’augmentation de la vitesse des vidéos (jusqu’à 2x) peut être une stratégie efficace pour étudier davantage ou pour revoir les vidéos, mais les étudiants devraient planifier ce revisionnage peu de temps avant un examen.

Les chercheurs ajoutent cependant quelques mises en garde. Si le visionnage de vidéos a permis aux étudiants de se familiariser avec l’évaluation immobilière et l’Empire romain, il est possible que cela ne fonctionne pas pour des sujets plus complexes, ni pour des vidéos avec un débit de parole plus rapide. Mais comme de nombreux étudiants déclarent de toute façon visionner les cours à une vitesse supérieure à la normale, ces travaux sont utiles. Ils suggèrent que tant que la vitesse n’est pas supérieure à deux fois la vitesse normale, la stratégie est loin d’être mauvaise.

À LIRE AUSSI :
Démence : un spray nasal préventif bientôt en essai clinique
Source : Applied Cognitive Psychology

Laisser un commentaire