L’International Papillomavirus Society a annoncé que l’Australie pourrait bien devenir le tout premier pays réussissant à complètement éliminer le cancer du col de l’utérus.

Selon une nouvelle étude, les efforts déployés par l’Australie pour distribuer gratuitement un vaccin contre le virus du papillome humain (VPH) dans les écoles ont été couronnés de succès.

Cette infection transmissible sexuellement provoque 99.9% des cas de cancer du col de l’utérus. En 2007, le gouvernement fédéral australien a commencé à offrir le vaccin aux filles âgées de 12 à 13 ans et, en 2013, il a été mis à la disposition des garçons également. Les filles et les garçons en dehors de cette tranche d’âge, mais ayant moins de dix-neuf ans, ont également droit à deux doses gratuites du vaccin.

Entre 2005 et 2015, le pourcentage de femmes australiennes âgées de 18 à 24 ans ayant contracté un VPH est passé de 22.7% à seulement 1.1%. Les taux de vaccination ont encore augmenté depuis 2015, contribuant à ce qui est décrit comme un effet de « protection du troupeau ».

Dans d’autres pays à travers le monde, ce vaccin contre le VPH n’est pas forcément gratuit. C’est notamment le cas aux Etats-Unis, où il peut coûter jusqu’à 450 USD pour un traitement complet, selon l’Association of Reproductive Health Professionals, bien qu’une aide financière soit souvent disponible. En 2016, 78.6% des filles australiennes de 15 ans et 72.9% des garçons australiens de 15 ans ont été vaccinés. Aux États-Unis, seulement 50% des filles entre 13 et 17 ans et 38% des garçons américains entre 13 et 17 ans ont été vaccinés, selon les données publiées par la Henry J. Kaiser Family Foundation.

La situation est bien pire dans les pays en voie de développement, où le taux d’incidence du papillomavirus reste très élevé. « Les deux tiers de la population mondiale des femmes n’ont pas accès à ce que font les femmes australiennes. À moins que nous fassions quelque chose, ce sera toujours l’un des principaux cancers dans les pays en développement », a déclaré Joe Tooma, directeur général de la Fondation australienne du cancer du col de l’utérus. L’administration du vaccin contre le VPH dans les écoles s’est également révélée efficace lors d’un essai ayant eu lieu au Bhoutan.

Offrir ce type d’accès gratuit au vaccin dans d’autres pays en développement peut sembler être une mesure coûteuse, mais comme le démontre l’exemple australien, cela pourrait grandement alléger le fardeau du cancer du col de l’utérus à travers le monde.

Sources : NCBIAssociation of Reproductive Health Professionals

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies

La publicité étant notre principale source de revenu (sans elle, nous n'existerions pas), nous utilisons des cookies afin de l'adapter. Ces derniers nous permettent également de faire des analyses statistiques (anonymes) dans le but d'améliorer notre site. Les cookies servent également à conserver vos préférences si vous êtes logués. Ainsi, nous vous garantissons une meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez nos modalités relatives aux cookies.