Avènement des utérus artificiels : quelles conséquences pour les femmes ?

avenement uterus artificiels quelles consequences pour femmes
| iStock

Au cours des neuf mois moyens de la grossesse humaine, la femme doit endurer diverses modifications biologiques complexes (qui menacent parfois l’organisme tout entier), en plus des changements sociaux inévitables qui se produisent en conséquence, notamment au regard de sa carrière et de ses activités. Que faire lorsqu’une femme veut un enfant biologique, mais que sa santé ne le lui permet pas ? Que faire lorsqu’une femme ne veut pas choisir entre une grossesse et sa carrière ? Au cours des dernières années, la science a tenté d’apporter une réponse : les utérus artificiels. Cette alternative à la grossesse naturelle pourrait solutionner les problèmes précédemment cités, et bien plus encore, comme sauver des enfants extrêmement prématurés. Mais elle pourrait aussi sérieusement menacer les droits des femmes. Il y a 30 ans, cela aurait semblé être pure science-fiction, mais aujourd’hui, les utérus artificiels sont à notre porte.

Une équipe de scientifiques israéliens a annoncé une grande nouvelle la semaine dernière. Des chercheurs du Weizmann Institute of Science ont révélé dans la revue Nature qu’ils avaient réussi à faire croître des centaines de souris dans un utérus artificiel. Ils ont placé des œufs nouvellement fécondés dans des flacons en verre tournant dans un incubateur ventilé et ont fait grandir les embryons pendant 11 jours — la moitié du temps de grossesse chez la souris — à l’extérieur du corps de leur mère.

Les embryons se sont développés normalement ; leurs cœurs, visibles à travers les flacons en verre, battaient régulièrement à 170 battements par minute. Les souris n’étaient pas plus grosses que des graines de tournesol, mais ce qu’elles représentent est énorme : la percée nous rapproche de la reproduction sans grossesse. La différence d’implication biologique due à la gestation est le déséquilibre le plus insoluble entre les sexes.

À LIRE AUSSI :
Des images satellite révèlent une présence militaire russe sans précédent dans l'Arctique
protocole experimental uterus artificiel souris
A et B) Schéma et photo du protocole expérimental de gestation artificielle des souris. C) Images de comparaison du développement des embryons de souris in utero et ex utero (utérus artificiel). © Alejandra Aguilera-Castrejon et al. 2021

Les hommes apportent une seule cellule pour engendrer un bébé, alors que les femmes portent les enfants pendant neuf mois et accouchent, risquant parfois la santé de leur corps et souvent leur carrière. Un utérus artificiel signifierait une parité reproductive complète entre les sexes : tout ce que chacun a à faire est de fournir ses gamètes et le reste est pris en charge. Mais cette égalité pourrait coûter cher aux femmes. Il s’agit d’une technologie radicalement perturbatrice, et à chaque nouveau développement, nous entrons dans un monde de choix éthiques difficiles.

Comprendre le développement embryonnaire et sauver les bébés les plus vulnérables

L’idée de bébés cultivés dans des tubes à essai peut évoquer les champs de fœtus des films The Matrix, mais les scientifiques tentent d’y parvenir depuis des décennies. En 1992, des chercheurs japonais ont réussi à cultiver des chèvres dans des sacs en caoutchouc. En 2017, des chercheurs de l’hôpital pour enfants de Philadelphie (CHOP) ont révélé qu’ils avaient cultivé des fœtus d’agneau dans des sacs en plastique de l’équivalent d’environ la moitié d’une grossesse typique de brebis à terme.

En 2019, des chercheurs néerlandais ont reçu une subvention de 2.9 millions d’euros de l’UE pour développer un utérus artificiel qui utiliserait des répliques de bébés humains parsemés de capteurs avant d’être déployé dans les hôpitaux. Les scientifiques à l’origine de ces innovations sont motivés par de nobles intentions : ils veulent sauver les êtres humains les plus vulnérables de la planète en améliorant les pronostics pour les bébés très prématurés, ou pour comprendre le début de la gestation et pourquoi tant de grossesses se terminent par une fausse couche.

À LIRE AUSSI :
COVID-19 : tout ce qu'il faut savoir sur la vaccination des enfants

Les utérus artificiels offrent une fenêtre sur le monde fermé du développement embryonnaire, de sorte que les raisons pour lesquelles il pourrait mal tourner peuvent être étudiées en temps réel. Ils permettent au processus de gestation de se poursuivre en dehors du corps, afin que les bébés nés trop tôt n’aient plus à faire face au risque élevé d’invalidité et de maladie chronique associé à une prématurité extrême. Il est difficile de soutenir que quelque chose qui a un tel potentiel pour sauver des vies ne devrait pas exister.

Entre science et droits de la femme : le cas de l’avortement

Mais les utérus artificiels peuvent aussi saper le fondement des droits et libertés reproductifs des femmes. En Angleterre, en Écosse et au Pays de Galles, la limite d’avortement est liée à la viabilité des fœtus en dehors du corps humain ; il est actuellement fixé à 24 semaines de gestation, car les fœtus à un stade précoce de développement ne devraient pas pouvoir survivre en dehors de l’utérus. Et si tous les fœtus, et même les embryons, étaient potentiellement viables parce qu’ils pourraient être placés dans un utérus artificiel ?

Dans les pays où l’avortement est légal, l’accès à celui-ci découle du droit de la femme de choisir ce qui arrive à son corps. Mais si les bébés non désirés pouvaient être « sauvés » par la technologie — placés dans un utérus artificiel puis abandonnés pour adoption — alors l’avortement pourrait être à la fois pro-choix et « pro-vie ». Pourquoi une mère devrait-elle être en mesure de décider de mettre fin à un bébé non désiré si un utérus artificiel peut lui sauver la vie, demandent certains chercheurs ?

À LIRE AUSSI :
Trump prévoit son retour en force sur le web, avec "sa propre plateforme sociale"

L’arrivée imminente des utérus artificiels

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

De nombreuses entreprises de technologie et de médias, notamment Apple, Google, Facebook, VICE et Buzzfeed, proposent déjà de couvrir le coût de congélation des ovules/spermatozoïdes de leurs employés afin qu’ils n’aient pas à s’inquiéter de la baisse de la fertilité pendant les années les plus productives de leur carrière. La gestation d’un bébé dans un utérus artificiel peut un jour être un choix ouvert aux femmes dont les entreprises vont payer pour cela, ou qui peuvent se permettre de couvrir elles-mêmes le coût.

Un remplacement complet de la grossesse peut ne pas émerger avant des décennies, mais les utérus artificiels arrivent plus tôt qu’on le l’aurait pensé. À l’heure actuelle, des équipes de chercheurs du monde entier travaillent sur des systèmes concurrents pour reproduire l’utérus humain. Le CHOP est en train de faire approuver par la Food and Drug Administration des États-Unis les essais de son dispositif « biobag », intégrant des bébés humains, et d’autres équipes en Australie et au Japon sont aussi entrées dans la course.

Les obstacles à la reproduction humaine en dehors du corps humain seront éthiques et juridiques, et non technologiques. Nous devons discuter des utérus artificiels maintenant et de la base prudente et contingente des droits reproductifs des femmes, avant que cette technologie n’arrive dans nos hôpitaux et nos cliniques de fertilité.

Laisser un commentaire