225 Partages

Il est tout à fait possible qu’en un demi-siècle, le nombre de comptes d’utilisateurs Facebook décédés devienne plus important que celui des membres vivants et actifs sur le site. Cette assomption provient de deux chercheurs de l’Université d’Oxford, qui ont compté sur le vaste public de Facebook pour faire valoir un fait intéressant. À savoir qu’il ne s’agit pas uniquement de Facebook, mais plutôt de comment la société et certaines entreprises traitent, en général, les données numériques des personnes décédées.

À notre époque, les réseaux sociaux sont omniprésents et une grande majorité de la population dans les pays développés ou en développement possèdent au minimum un compte sur ce type de réseau. Cependant, au cours des dernières années, certaines questions se sont posées, notamment la suivante : qu’advient-il de nos données stockées sur les réseaux sociaux une fois que nous mourrons ?

Selon les chercheurs Carl Öhman et David Watson de l’Oxford Internet Institute (OII), bien que certaines personnes prennent des mesures pour récupérer ou fermer les comptes des membres de leur famille décédés, la question reste globalement sous-explorée à l’heure actuelle. « Jamais auparavant, de si vastes archives du comportement humain et de la culture n’avaient été rassemblées en un seul endroit. Contrôler ces archives sera en quelque sorte contrôler notre histoire », a déclaré Watson.

Selon les chercheurs, jusqu’à présent, que très peu d’études ont été consacrées aux aspects macroscopiques et quantitatifs de la « mort en ligne ». Pour illustrer l’ampleur du phénomène, dans un premier temps, les chercheurs ont décidé de mettre en lumière l’ampleur réelle d’un réseau social tel que Facebook.

À l’heure actuelle, le réseau social compte plus de 2.3 milliards d’utilisateurs actifs chaque mois. Bien entendu, le nombre d’utilisateurs réel est encore plus grand, car de nombreuses personnes utilisant Facebook ne le font pas tous les mois ou de manière régulière. Mais l’une des raisons de l’absentéisme des utilisateurs est tout simplement car beaucoup sont déjà morts. En effet, selon les estimations, environ 30 millions d’utilisateurs Facebook sont décédés au cours des huit premières années de l’existence du réseau social.

C’est pour cette raison que dans leur nouvelle étude, Öhman et Watson souhaitaient extrapoler des faits intéressants à partir de ce type de données, et prouver que nous ne faisons qu’effleurer la surface de ces problématiques modernes telles que la « mort numérique ». À savoir que les chercheurs ont notamment utilisé des données actualisées sur la mortalité provenant des Nations Unies, ainsi que des informations directement issues des statistiques d’audience de Facebook.

Avec toutes ces données, les chercheurs ont examiné deux scénarios : le scénario A ; qui analyse ce qui se passerait si aucun nouvel utilisateur ne rejoignait Facebook à partir de 2019, et le scénario B ; qui suppose une croissance annuelle constante avec le taux de croissance actuel de Facebook, qui est de 13% par année.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.
accumulation comptes reseaux sociaux morts

Accumulation globale de comptes appartenant à des personnes décédées. Ici, le scénario A, dans lequel Facebook ne compte plus de nouveaux utilisateurs à partir de 2019. Crédits : Öhman & Watson/Big Data & Society

Selon le scénario A, 1.4 milliard d’utilisateurs seraient décédés d’ici 2011, avec un nombre de décès en augmentation constante et un sommet en 2077 avec plus de 29 millions de décès. « Notez que dans ces hypothèses conservatrices, le nombre de morts dépassera celui des vivants sur Facebook, dans environ 50 ans », expliquent les chercheurs.

L’équipe reconnaît toutefois que le scénario A est très improbable, car rien n’indique que Facebook arrêtera immédiatement la possibilité d’ajouter de nouveaux utilisateurs au service.

Vous aimerez également : La Chine a lancé son « système de crédit social », et il semble tout droit sorti d’un film de science-fiction dystopique

C’est pourquoi le scénario B est très intéressant. Cette projection de croissance continue (jusqu’à saturation) suggère que Facebook pourrait prospérer dans un avenir lointain, jusqu’à ce que la masse des utilisateurs décédés de Facebook rattrape le nombre de membres vivants du site.

« Un taux de croissance continu de 13% par an multiplie le nombre de comptes appartenant à des personnes décédées par 3.5. Mais, contrairement au scénario A, les profils des personnes décédées ne montrent aucun signe de dépassement du nombre de profils des utilisateurs vivants au cours de ce siècle. Cependant, la proportion est encore importante et les morts devraient atteindre la parité avec les vivants au cours des premières décennies du 22ème siècle », écrivent les chercheurs.

accumulation comptes reseaux sociaux morts

Accumulation globale de comptes appartenant à des personnes décédées. Ici, le scénario B, dans lequel la croissance du nombre d’utilisateurs Facebook reste constante. Crédits : Öhman & Watson/Big Data & Society

Le plus important à retenir de cette nouvelle étude, est qu’il faut absolument que nous commencions à réfléchir à comment traiter les informations personnelles des personnes et des identités en ligne, sur le long terme. « Sur le plan sociétal, nous commençons à peine à nous poser ces questions et nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir », a déclaré Öhman. « La gestion de nos restes numériques affectera à terme tous ceux qui utilisent les médias sociaux, car nous allons tous mourir un jour et laisser nos données derrière nous », a-t-il ajouté.

Source : Big Data & Society

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

225 Partages
225 Partages
Partager via
Copier le lien