Des scientifiques de l’Université de Nottingham ont découvert que le fait de boire une tasse de café peut stimuler l’une des défenses clés permettant de lutter contre la graisse corporelle, appelée « graisse brune ». Cela pourrait être le secret de la lutte contre le surpoids, l’obésité et le diabète.

L’étude réalisée est l’une des premières en son genre à avoir été effectuées directement sur l’Homme. Le but était d’identifier des composants qui pourraient avoir un effet direct sur les fonctions de la « graisse brune » (ou tissu adipeux brun), une partie importante dans la composition du tissu adipeux humain, qui joue un rôle clé dans la rapidité avec laquelle le corps peut brûler des calories en les transformant en énergie. Les résultats ont été publiés aujourd’hui dans la revue Scientific Reports.

Le tissu adipeux brun (BAT, de l’anglais Brown Adipose Tissue), également appelé graisse brune, est l’un des deux types de graisse que l’on trouve chez l’humain et d’autres mammifères. Initialement attribué uniquement aux bébés et aux mammifères en hibernation, il a été découvert ces dernières années que les adultes peuvent aussi avoir de la graisse brune. Sa fonction principale est de générer de la chaleur corporelle en brûlant des calories (par opposition à la graisse blanche, qui résulte du stockage des calories en excès). Les personnes ayant un indice de masse corporelle (IMC) inférieur ont donc une plus grande quantité de graisse brune.

« La graisse brune fonctionne différemment des autres graisses du corps et produit de la chaleur en brûlant du sucre et des graisses, souvent en réponse au froid. L’augmentation de son activité améliore le contrôle de la glycémie ainsi que l’optimisation du taux de lipides dans le sang et la perte de poids supplémentaire en calories. Mais jusqu’à présent, personne n’avait trouvé un moyen acceptable de stimuler son activité chez l’Homme » a déclaré le professeur Michael Symonds de la faculté de médecine de l’Université de Nottingham, qui a dirigé l’étude.

« C’est la première étude chez l’Homme qui montre que le simple fait de prendre une tasse de café peut avoir un effet direct sur les fonctions de la graisse brune. Les conséquences potentielles de nos résultats sont plutôt importantes, car l’obésité est une préoccupation majeure pour la santé publique. Le nombre de cas de diabète est en augmentation, et la graisse brune pourrait potentiellement faire partie de la solution pour combattre cela » ajoute-t-il.

L’équipe a commencé par une série d’études sur les cellules souches afin de déterminer si la caféine pouvait stimuler la graisse brune. Une fois qu’ils ont trouvé la bonne dose, ils ont débuté des essais cliniques (sur des humains) pour voir si les résultats étaient similaires.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Les chercheurs ont utilisé une technique d’imagerie thermique qu’ils avaient précédemment mis au point, permettant de cerner les réserves de graisse brune du corps. La technique, non invasive, a aidé l’équipe à localiser la graisse brune et à évaluer sa capacité à produire de la chaleur.

Sur le même sujet : Le café agirait sur le cerveau comme le cannabis, mais de manière inversée

« D’après nos travaux précédents, nous savions que la graisse brune se situait principalement dans la région du cou. Nous avons donc été en mesure d’estimer ce qui se passait tout de suite après avoir bu une tasse de café, pour déterminer l’augmentation de température à ce niveau là », a déclaré le professeur Symonds.

observation avant apres cafeine temperature cou

Effet in vivo de la consommation de caféine sur la production de chaleur à partir de graisse brune chez un homme adulte. (a) La caféine a entraîné une élévation significative de la température de la région supraclaviculaire (TSCV), là où se trouve la graisse brune, ce qui reflète (b) l’augmentation de la température supraclaviculaire par rapport à la température de surface corporelle de référence (Trel). (c) Image thermique représentative avant (i) et après (ii) l’ingestion de caféine. Les cercles blancs indiquent le point de température de référence. Crédits : Université de Nottingham

« Les résultats ont été positifs, mais nous devons maintenant vérifier si la caféine est vraiment l’un des ingrédients du café jouant un rôle stimulant dans ce cas là ou s’il existe un autre composant contribuant à l’activation de la graisse brune. Nous examinons actuellement des suppléments de caféine pour vérifier si l’effet est similaire. Une fois que nous aurons confirmé le composant responsable de ce phénomène, il pourrait éventuellement être utilisé dans le cadre d’un régime de gestion du poids ou d’un programme de régulation de la glycémie pour aider à prévenir le diabète ».

Source : Scientific Reports

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.